Iraq: Note d'information OMS sur la santé

Activités de l’OMS

L’équipe de l’Organisation mondiale de la Santé en Iraq contribue activement à faire en sorte que le système de santé du pays continue de fonctionner. Travaillant avec les autorités nationales, les personnels de l’OMS distribuent des médicaments et d’autres fournitures médicales dans le nord de l’Iraq. L’OMS apporte son soutien au système de santé public chaque fois qu’il lui est demandé. Une équipe de l’OMS s’occupe également de demander les autorisations voulues pour se rendre de Bagdad à Bassorah pour fournir une assistance au cas où une situation d’urgence de santé publique se déclarerait dans la deuxième ville du pays. On ne dispose à l’heure actuelle que de peu d’informations sur la situation humanitaire à Bassorah. Le personnel de l’OMS continue de penser que la santé de la population est gravement menacée en raison du manque d’eau potable. Pour le moment, les autorités n’ont signalé aucune épidémie dans cette ville. L’équipe d’intervention rapide de l’OMS est cependant prête à évaluer la situation et à faire face à tout problème de santé survenant dans la ville. Pour le moment, les conditions de sécurité n’autorisent pas les déplacements vers Bassorah, mais nous espérons que la situation évoluera très prochainement.

Bagdad

Le personnel de l’OMS dans la capitale indique que les bombardements incessants commencent à avoir un sérieux impact sur le bien-être physique et mental de la population, en particulier les enfants et autres groupes vulnérables (femmes enceintes, personnes âgées et personnes handicapées). En raison des bombardements, il est extrêmement difficile pour le personnel médical de se rendre auprès des personnes qui ont besoin de soins, y compris les femmes sur le point d’accoucher. De même, les personnes qui auraient besoin de soins hésitent à consulter ou ne peuvent pas le faire en raison du danger potentiel. Le contact direct de l’OMS en Iraq a indiqué qu’à l’heure actuelle aucune épidémie ne s’est déclarée à Bagdad ou dans les environs et que les hôpitaux de la capitale ne signalent aucune pénurie de fournitures médicales ou de personnel.

Neutralité des installations médicales

Plusieurs informations ont fait état de dommages causés à des installations médicales ou d’installations médicales utilisées à des fins de défense. S’il est impossible de vérifier ces informations de façon indépendante, l’Organisation mondiale de la Santé rappelle à tous les participants au conflit leurs engagements de respecter et de préserver la neutralité des installations médicales et des agents de santé.

Gouvernorats du nord

Le personnel de l’OMS dans les gouvernorats du nord a organisé une série d’évaluations rapides de l’état de santé des personnes qui ont quitté leur foyer dans la ville de Suleiymaniyah et aux alentours. Ces équipes collaborent avec les autorités sanitaires locales pour faire face aux flambées éventuelles de maladies diarrhéiques et d’infections respiratoires aiguës parmi ces personnes. L’OMS s’est employée à renforcer la capacité des installations de santé locales, en particulier en apportant des médicaments et d’autres fournitures. L’OMS s’est également efforcée d’améliorer le système de surveillance dans la communauté locale, ce qui est indispensable pour déceler rapidement les flambées de maladies et prendre les mesures qui s’imposent.


Pour plus de renseignements, s’adresser aux porte-parole de l’OMS, Fadela Chaib à Amman (00 4179 475 5556) ou Iain Simpson à Genève (00 4179 475 5534)

Les spécialistes ci-après de l’OMS pourront répondre aux questions des journalistes :
Dr G. Popal, Chef du Bureau de l’OMS en Irak (+962 795 7092) ;
Dr Mohamed Jama, Directeur régional adjoint, Bureau régional OMS de la Méditerranée orientale, Le Caire (+202 276 5026) ;
Dr Jim Tulloch, Coordonnateur régional de la santé (+4179 509 0640) ;
Dr David Nabarro, Directeur exécutif, OMS Genève (+41 22 791 2363, +41 79 217 3446)

Partager