Temps forts de la Cinquante-Huitième Assemblée mondiale de la Santé

26 mai 2005

De nouvelles règles pour se protéger contre la propagation internationale des maladies

Un des temps forts de l'Assemblée mondiale de la Santé cette année a été l'adoption d'un nouveau règlement sanitaire international pour faire face aux urgences de santé publique de portée internationale. Ce règlement vise à "prévenir la propagation internationale des maladies, à s'en protéger, à la maîtriser et à y réagir par une action de santé publique". Les flambées de SRAS en 2003 et, dernièrement, de grippe aviaire ont montré combien de nouvelles règles étaient nécessaires pour définir le rôle des pays et de l'OMS dans la détection des urgences sanitaires et l'action à mener pour y faire face.

Interventions sanitaires en cas de crise

L'Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution dans laquelle elle demande à la communauté internationale de continuer à soutenir les zones en crise, en particulier celles affectées par le tsunami de décembre 2004. Elle demande également à l'OMS d'intensifier son aide aux personnes des zones sinistrées en mettant l'accent sur les systèmes de surveillance de la maladie, l'accès à de l'eau propre, à des moyens d'assainissement et à des soins de santé, y compris de santé mentale. Aujourd'hui, plus de 30 pays dans le monde connaissent une crise importante et souvent déjà ancienne.

Paludisme

Le paludisme cause chaque année plus d'un million de décès évitables, principalement en Afrique chez les enfants en bas âge. Pour réduire la mortalité paludéenne dans le monde et sauver davantage d'enfants, l'Assemblée de la Santé a adopté une résolution dans laquelle elle une résolution dans laquelle elle demande à l'OMS et à ses partenaires de mieux soutenir les pays afin d'atteindre les objectifs convenus sur le plan international pour faire reculer le paludisme. Elle demande également à l'OMS d'étudier la possibilité de faire des achats en gros de moustiquaires imprégnées d'insecticide et de médicaments antipaludiques.

Grippe : préparation et action

L'Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution dans laquelle elle invite instamment les pays à élaborer et mettre en œuvre des plans nationaux de préparation et de riposte à une pandémie de grippe, et notamment d'améliorer la surveillance pour une détection précoce et une intervention rapide. Elle demande par ailleurs à l'OMS de collaborer avec ses partenaires pour réduire la pénurie mondiale de vaccins antigrippaux.

La vaccination dans le monde : vision et stratégie

L'Assemblée mondiale de la Santé a approuvé une nouvelle stratégie mondiale de vaccination s'étendant sur dix ans. Les maladies à prévention vaccinale font actuellement plus de deux millions de morts par an. Le but est de vacciner davantage de personnes contre un plus grand nombre de maladies, d'adopter une série de vaccins nouveaux et de technologies nouvelles, et d'associer d'autres interventions aux services de vaccination, par exemple la distribution de moustiquaires imprégnées d'insecticide et l'administration de vitamine A.

Améliorer la qualité de vie des personnes handicapées

L'Assemblée mondiale de la Santé a également été marquée par l'adoption d'une résolution qui pourrait sensiblement améliorer la qualité de vie des quelque 600 millions de personnes handicapées recensées aujourd'hui. Elle demande aux pays de promouvoir les droits et la dignité des personnes handicapées, de favoriser la réadaptation au sein de la communauté et de prévoir un volet sur les incapacités dans leurs politiques et programmes de santé nationaux. Elle prie par ailleurs l'OMS d'établir un rapport mondial sur les incapacités et la réadaptation en se fondant sur les meilleures données scientifiques disponibles.

Prévention et lutte anticancéreuses

Face à l'augmentation des taux de cancers dans le monde, l'Assemblée de la Santé a adopté une résolution dans laquelle elle demande de meilleures mesures préventives, un dépistage et un traitement précoces ainsi qu'une amélioration des soins palliatifs dans tous les Etats Membres. L'OMS va élaborer une stratégie de prévention et de lutte anticancéreuses, prenant ainsi une nouvelle initiative importante qui aidera les pays à faire face à ce problème de plus en plus préoccupant.

Usage nocif de l'alcool

Les modes de consommation d'alcool, l'augmentation de la consommation et l’abus de l’alcool, notamment chez les jeunes, sont quelques-uns des facteurs qui contribuent au fait que l’usage nocif de l’alcool devient l’un des risques majeurs pour la santé. Il représente maintenant 4 % de la charge mondiale de morbidité en tant qu’agent étiologique de plus de 60 maladies, qui comprennent entres autres les maladies cardio-vasculaires, les troubles mentaux, les blessures et les décès liés aux accidents de la circulation. Devant ce constat, l'Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution dans laquelle elle enjoint l'OMS d'examiner les problèmes de santé publique que provoque l'usage nocif de l'alcool.

LIENS CONNEXES

Partager