Lutter pour respirer: Elaine Ackley

Elaine assise devant une fenêtre
GOLD/ICC/Douglas Levere

Elaine Ackley, 58 ans, vit à Buffalo, dans l'état de New York. Á l'âge de 16 ans elle s'est mise à fumer pour perdre du poids, suivant les conseils de son médecin de l'époque. "Chaque fois que je commençais un régime je me mettais à fumer," explique-t-elle. Après des décennies de tabagisme, elle a développé une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). En célébrant son anniversaire le 15 novembre, en même temps que la Journée mondiale de la BPCO, elle célèbre aussi les succès qui lui ont permis de vivre plus sainement.

"J'ai arrêté de fumer pour de bon il y a 15 ans et je me suis mise à courir," raconte Elaine. Au lieu de se sentir mieux, son essoufflement s'est aggravé, signe de l'existence d'un problème. Comme la BPCO se développe lentement, elle est le plus souvent diagnostiquée chez des personnes de plus de quarante ans.

La BPCO est une maladie pulmonaire chronique invalidante qui compromet la qualité de la vie et peut entraîner un décès prématuré. Le diagnostic est confirmé par un simple test appelé spirométrie, par lequel on mesure la capacité respiratoire d'une personne et la vitesse à laquelle l'air entre et sort des poumons.

Elaine avec des membres de famille
GOLD/ICC/Douglas Levere

Après le diagnostic, Elaine n'a pas baissé les bras. Elle s'efforce de faire un peu d'exercice tous les jours et de rester active. Même si l'exercice ne lui rendra pas sa capacité pulmonaire, il s'agit d'un moyen efficace d'améliorer son bien-être et son état de santé général.

Elaine montant l'escalier
GOLD/ICC/Douglas Levere

Quelles que soient ses activités physiques, danser, faire de longues promenades le long de la rivière avec son mari, ou simplement monter des marches d'escalier, Elaine se félicite de ses succès. "J'ai vécu plus longtemps que la moyenne des patients et je n'ai toujours pas besoin d'oxygène en permanence."

Elaine avec ses deux petits enfants
GOLD/ICC/Douglas Levere

Elaine s'est fixé comme but de vivre pleinement, au jour le jour. "J'aime embrasser mes enfants et mes petits enfants… mais j'ai très peur que la bronchopneumopathie chronique obstructive affecte leurs vies futures."

Partager