À la recherche du réservoir naturel du virus de Marbourg chez les chauves-souris

17 août 2007

Des scientifiques examinent les chauves-souris capturées
OMS/Chris Black

La fièvre hémorragique de Marbourg est une maladie grave, très fréquemment mortelle, provoquée par un virus de la même famille que celui à l'origine de la fièvre Ebola. Ces deux maladies sont assez rares mais elles peuvent causer des flambées épidémiques spectaculaires provoquant une forte mortalité.

On ne dispose pour l'instant d'aucun traitement ou vaccin. Deux cas d'infections par le virus de Marburg ont été récemment notifiés en Ouganda. L'un des deux, un mineur, est mort en juillet.

Une équipe internationale de scientifiques essaient actuellement d'identifier les hôtes du virus et les modalités de la transmission naturelle dans l'environnement. Ils explorent plus particulièrement les mines et leurs zones voisines.

Cette semaine, des experts des Centres de lutte contre la maladie (Centers for Disease Control and Prevention- CDC) de l'Institut sud-africain des maladies transmissibles (National Institute of Communicable Diseases (NICD) et de l'OMS, sont entrés dans une mine de plomb et d'or, dans une réserve forestière isolée de l'ouest de l'Ouganda, pour y rechercher des chauves-souris, que l'on soupçonne être à l'origine de la dernière flambée de fièvre de Marbourg. Ce reportage photographique témoigne de leur expédition.

Photo reportage

Liens connexes

Réunions et consultations

Ressources documentaires