Lutte contre les maladies non transmissibles: la Turquie progresse

Septembre 2012

Il y a à peine six ans, en Turquie, plus d’un adulte sur trois consommait des produits du tabac, ce qui accroît considérablement le risque de maladies non transmissibles (MNT) telles que les maladies cardio vasculaires, le cancer du poumon et les maladies respiratoires chroniques. Mais aujourd’hui la Turquie est un exemple de réussite.

Une nouvelle étude portant sur les professionnels de santé montre que plus d’un administrateur de la santé turc sur deux a renoncé au tabac au cours des quatre dernières années, ce qui correspond à ce que l’on observe un peu partout dans le pays.

Un homme pose un panneau d'interdiction de fumer dans le centre commercial de Karum en Turquie
AP Photo/Burhan Ozbilici

Consommation du tabac en baisse

En Turquie, la consommation de tabac baisse à un rythme sans précédent. Dans la population adulte, les données provenant de l’enquête mondiale sur le tabagisme chez l’adulte Global Adult Tobacco Survey (GATS)) 2012 qui seront publiées prochainement feront apparaître une diminution de la consommation de tabac au cours des trois dernières années et demie.

La même tendance positive est observée parmi les professionnels de la santé, à en croire la dernière enquête sur les professionnels de la santé turcs (2011). La prévalence du tabagisme chez les médecins spécialistes est tombée à 12,7% (soit une diminution de 42,5% par rapport à 2007), et chez les généralistes à 23,9% (diminution de 22,6% par rapport à 2007). La baisse la plus forte est intervenue chez les administrateurs de la santé (55,5% de baisse par rapport à 2007).

La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac – clé du succès

Une telle baisse de la prévalence du tabagisme ne peut être obtenue sans une forte volonté politique et sans un engagement du gouvernement à adopter et à mettre en œuvre des politiques fermes de lutte antitabac. À cet égard, les pays disposaient d’un instrument puissant avec la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. La Turquie est devenue Partie à la Convention en 2005, et, en 2009, elle était le troisième pays européen à devenir à 100% sans fumée, après le Royaume-Uni et l’Irlande.

«C’est une réussite capitale de la Turquie», a déclaré le Dr Maria Cristina Profili, Représentant de l’OMS en Turquie. «Le gouvernement turc a adopté avec succès une approche engageant l’ensemble du gouvernement sous la direction du Premier Ministre et fait passer plusieurs nouvelles lois de lutte antitabac ainsi que des dispositifs d’application. Sous la conduite essentiellement du Ministre de la Santé, un système sophistiqué de coopération intersectorielle concernant les différentes initiatives a été mis en place en coordination avec la Commission parlementaire de la Santé pour lutter contre l’épidémie de tabagisme. »

Le succès de la lutte antitabac en Turquie est d’autant plus impressionnant que le pays compte de nombreux cultivateurs de tabac et que, jusqu’en 2006, il enregistrait l’un des taux de prévalence du tabagisme les plus élevés d’Europe.

L'action gouvernementale turque distinguée par l'OMS

Au cours des quatre dernières années, des responsables turcs (le Ministre de la Santé en 2008, le Premier Ministre en 2010 et le Président de la Commission Santé de l’Assemblée nationale turque en 2012) ont reçu trois distinctions de l’Organisation mondiale de la Santé en reconnaissance du rôle joué par l’ensemble du gouvernement pour protéger les citoyens de la fumée du tabac en très peu de temps.

Si partout dans le monde l’action contre les autres principaux facteurs de risque – mauvaise alimentation, manque d’exercice physique et usage nocif de l’alcool – s’accélère, le tabac reste l’une des principales causes évitables de morbidité et de mortalité prématurées. Il entraîne en effet près de six millions de décès par an, dont 600 000 non-fumeurs exposés au tabagisme passif.

Programme MPOWER

Une jeune femme passe à proximité d'un panneau interdisant de fumée dans un espace public
AP Photo/Burhan Ozbilici

La Turquie a été l’un des 15 pays prioritaires pour l’Initiative Bloomberg visant à réduire l’usage du tabac. L’OMS collabore avec l’Initiative dans les pays pour encourager d’autres États Membres à suivre l’exemple de la Turquie.

Le module MPOWER de l’Initiative (qui comprend des mesures pour surveiller la consommation de tabac et mettre en place des politiques de prévention, protéger les gens de la fumée du tabac, proposer une aide au sevrage, mettre en garde contre les dangers du tabac, faire respecter les interdictions concernant la publicité en faveur du tabac, la promotion et le parrainage, et augmenter les taxes sur les produits du tabac) contribue à réduire la demande de tabac.

La Turquie a fait l’objet de plusieurs voyages d’étude de représentants de haut niveau de différents pays venus s’inspirer des meilleures pratiques et des enseignements de la lutte antitabac dans le pays, et en particulier du système d’imposition.

La Turquie: un exemple pour d’autres pays

Il est urgent que d’autres pays suivent l’exemple de la Turquie. Moins de 11% de la population mondiale est protégée par des lois complètes de lutte anti-tabac au niveau national. Pratiquement la moitié des enfants respirent régulièrement un air pollué par la fumée du tabac et plus de 40% ont au moins un parent qui fume. En 2004, les enfants représentaient 31% des décès attribuables à la fumée secondaire. On estime qu’environ une personne meurt toutes les six secondes à cause du tabac, ce qui représente un décès d’adulte sur dix. Jusqu’à la moitié des consommateurs actuels mourront d’une maladie liée au tabac.

Partager