Vers des soins de santé sans mercure en Argentine

Octobre 2013

Une convention internationale visant à protéger la santé humaine contre le mercure donne aux personnels de santé l’occasion de promouvoir le principe «avant tout, ne pas nuire».

Comme d’autres personnels de santé dans le monde, le personnel de l’Hôpital Rivadavia de Buenos Aires (Argentine) utilisait jusqu’à il y a peu des dispositifs médicaux qui, paradoxalement, s’ils étaient indispensables pour promouvoir la santé, contenaient des substances très toxiques. L’appareil classique pour mesurer la tension (sphygmomanomètre) ou le simple thermomètre médical contiennent tous deux du mercure.

OMS/H. Ruiz

Lorsque ces appareils se cassent ou sont éliminés, le mercure qu’ils contiennent pollue l’environnement. «Nous avons fait un calcul et nous avons constaté que le mercure que nous déversions dans l’environnement en une seule semaine équivalait à la quantité suffisante pour entraîner des niveaux dangereux dans le lac Nahuel Huapi, l’un des plus grands de Patagonie, pendant une année entière», explique le Dr Mercedes  Zarlenga, responsable des services de néonatalité à l’Hôpital Rivadavia.

L’hôpital – suivi par tous les établissements médicaux du pays – a donc commencé à éliminer les appareils médicaux contenant du mercure.

Dangers du mercure

L’OMS a désigné le mercure comme l’une des 10 principales substances chimiques mettant en danger la santé. Le métal peut avoir des effets préjudiciables sur les systèmes nerveux, digestif et immunitaire ainsi que sur les poumons et les reins; une surexposition peut même être mortelle.

«Le mercure que nous déversions dans l’environnement en une seule semaine équivalait à la quantité suffisante pour entraîner des niveaux dangereux dans le lac Nahuel Huapi, l’un des plus grands de Patagonie, pendant une année entière.»

Dr Mercedes Zarlenga, Hôpital Rivadavia, Argentine

En outre, le mercure est dangereux pour le fœtus. «Les enfants exposés à une dose, même relativement faible, de mercure in utero peuvent connaître des retards intellectuels pendant l’enfance », déclare le Dr Ana Boischio, Conseiller en toxicologie au Bureau régional OMS des Amériques/Organisation panaméricaine de la Santé.

En janvier 2013, reconnaissant ces risques, 147 gouvernements ont convenu d’un projet de texte pour la convention de Minamata sur le mercure, qui vise à protéger la santé humaine et l’environnement des émissions et rejets de mercure et de composés du mercure. La convention devrait être adoptée lors d’une conférence diplomatique qui aura lieu au Japon les 10 et 11 octobre.

Position de l’OMS sur les dispositifs de mesure sans mercure

Dans le contexte du mouvement mondial contre le mercure, l’OMS s’emploie activement à encourager tous ses États Membres à éliminer les dispositifs médicaux de mesure contenant du mercure. Depuis 2008, l’Argentine, l’Inde, la Lettonie, le Liban, les Philippines, le Sénégal et le Viet Nam participent à un projet mondial de gestion des déchets médicaux mis en œuvre par l’OMS, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la coalition Health Care Without Harm. Ce projet vise à améliorer la gestion des déchets médicaux et à réduire le rejet de mercure et d’autres polluants dans l’environnement.

L’Argentine a pris des mesures particulièrement fermes, notamment une initiative visant à réduire l’utilisation des amalgames à base de mercure pour les soins dentaires restaurateurs. Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) estime que les dentistes du monde entier ont utilisé entre 240 et 300 tonnes de mercure pour les amalgames dentaires en 2005. La convention de Minamata appelle à une élimination progressive de ces amalgames dentaires.

À l’Hôpital Rivadavia, le personnel a maintenant adopté des thermomètres numériques, un projet de recherche interne ayant constaté qu’ils étaient aussi précis et faciles à stériliser que les thermomètres au mercure. À leur grande surprise, il a également découvert qu’ils étaient intéressants financièrement à long terme. Les thermomètres numériques sont peut-être plus coûteux mais durent en définitive plus longtemps.

Partager

Liens connexes