Conditionnement neutre des produits du tabac: l'expérience australienne

Mai 2013

La mesure novatrice de l’Australie sur le conditionnement neutre des produits du tabac, adoptée en décembre 2012, a été activement soutenue par l’OMS. Elle est attentivement observée par les autres pays.

Le 1er décembre 2012 restera une journée mémorable dans l’histoire de la lutte antitabac dans le monde. Ce jour-là, une première mondiale, les lois australiennes portant création du conditionnement neutre pour les produits du tabac sont pleinement entrées en vigueur. Depuis lors, tous les produits du tabac doivent être vendus avec un conditionnement normalisé de couleur marron foncé sur lequel sont apposées des mises en garde sanitaires explicites en grosses lettres. Il n’y a ni logo de l’industrie du tabac, ni dessin, couleur ou texte promotionnel du cigarettier. Les noms de marques et de produits sont imprimés avec les mêmes caractères de petite taille, au-dessous des mises en garde choc illustrant les conséquences du tabac sur la santé.

Le tabac: l’un des principaux facteurs de risque pour les maladies non transmissibles

Jane Halton, Secrétaire du ministère australien de la Santé et des personnes âgées, présente un dossier d’information sur le conditionnement neutre des produits du tabac.
Ministère australien de la Santé et des personnes âgées

Le tabac ne ressemble à aucun autre produit commercialisé: c’est le seul produit de consommation légal qui est mortel lorsqu’il est utilisé comme prévu par le fabricant. Chaque année, plus de 5 millions de personnes décèdent parce qu’elles fument. Quelque 600 000 non-fumeurs décèdent, quant à eux, en raison d’une exposition à la fumée secondaire. Cette situation place le tabac parmi les principaux facteurs de risque évitables pour les maladies non transmissibles comme les maladies cardio-vasculaires, le cancer, les pneumopathies chroniques et le diabète.

En 2011-2012, 2,8 millions d’Australiens de 18 ans et plus fumaient quotidiennement (16,3 %). On estime que le tabac décime chaque année 15 000 Australiens.

«De très nombreux fumeurs ont déclaré qu’ils n’aimaient pas les nouveaux paquets et ont trouvé de surcroît que le goût des cigarettes était moins bon.»

Kylie Lindorff, Commission australienne chargée des questions liées au tabac du «Cancer Council»

«La mesure rendant obligatoire le conditionnement neutre des produits du tabac est un investissement à long terme pour la santé des Australiens,» explique Jane Halton, Secrétaire du ministère australien de la Santé et des personnes âgées. «C’est une partie capitale du train complet de mesures de lutte antitabac prises par les pouvoirs publics Australiens pour ramener la consommation de tabac à 10% ou moins de la population, ce qui est notre objectif.»

Le conditionnement neutre: est-ce que ça marche?

Le conditionnement neutre vise à réduire l’attrait des produits du tabac et l’intérêt qu’ils suscitent, à accroître la visibilité et l’efficacité des mises en garde sanitaires obligatoires et à réduire la capacité d’induire en erreur les consommateurs sur la nocivité du tabac (paquets vendus au détail). La mesure prise par l’Australie repose sur de vastes recherches et est appuyée par d’éminents experts en santé publique. En promulguant la nouvelle législation comme s’inscrivant dans un ensemble de mesures, l’Australie a ouvert la voie à l’application des articles 11 et 13 de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac – l’instrument mondial qui engage ses plus de 170 Parties à réduire la demande et l’offre de produits du tabac.

Exemples de conditionnement neutre  proposés par l’Australie pour les produits du tabac
Ministère australien de la Santé et des personnes âgées

Or la neutralité du conditionnement rend-elle le tabac moins attrayant? Les effets complets de cette mesure pourront être constatés sur le long terme. Les experts de la lutte antitabac en Australie sont, toutefois, très confiants au vu des premières données empiriques tendant à prouver qu’un conditionnement neutre est susceptible d’avoir des répercussions.

D’après Kylie Lindorff, Président de la Commission chargée des questions liées au tabac auprès du «Cancer Council» (Australie), le nombre d’appels enregistrés sur la Quitline, le service téléphonique australien d’aide au sevrage tabagique, a considérablement progressé depuis l’entrée en vigueur de la loi. «De très nombreux fumeurs ont fait savoir qu’ils n’aimaient pas l’aspect des nouveaux paquets et trouvaient de surcroît que le goût des cigarettes étaient moins bon, bien que les cigarettiers aient confirmé que le produit était identique»,rapporte Kylie Lindorff. «Cela prouve tout simplement la puissance du conditionnement pour communiquer sur la qualité et les caractéristiques supposées d’une marque donnée.»

Un défi pour l’industrie du tabac

L’industrie du tabac a fait parler d’elle en prenant notamment des mesures agressives contre la législation australienne, mais ces dernières n’ont pas été dissuasives. En août 2012, la Haute-Cour de l’Australie a rejeté les recours constitutionnels déposés par les fabricants de tabac en leur imputant les frais de justice engagés. Plusieurs recours judiciaires sont en cours d’examen à l’Organisation mondiale du Commerce et aux termes du Traité bilatéral d’investissement conclu entre l’Australie et Hong Kong.

L’OMS a soutenu activement la mesure novatrice de lutte antitabac prise par l’Australie et se tient fermement aux côtés de tous les pays menacés par l’industrie du tabac.

L’expérience du conditionnement neutre qui se déroule en Australie est minutieusement observée par les autres pays. La Nouvelle-Zélande a fait connaître son intention d’adopter une législation similaire et l’Afrique du Sud, la France, l’Inde, le Royaume-Uni et l’Union européenne réfléchissent aussi à l’adoption d’une législation plus contraignante sur le conditionnement des produits du tabac.

Partager

Liens connexes