L'Inde améliore la vaccination conte la rougeole grâce aux succès de la lutte contre la polio

Avril 2013

L’Inde s’appuie sur son expérience de la campagne d’éradication de la poliomyélite pour augmenter le nombre d’enfants vaccinés contre la rougeole.

Cela fait maintenant plus de deux ans qu’il n’y a plus eu d’enfants infectés par la poliomyélite en Inde, pays autrefois considéré comme l’épicentre mondial de la maladie.

La campagne nationale d’éradication de la poliomyélite, dirigée par le gouvernement indien et ses partenaires, dont l’Organisation mondiale de la Santé, a été l’une des campagnes de vaccination les plus grandes, les plus complexes et les plus méticuleusement exécutées jamais organisées au cours de l’histoire humaine.

Vacciner davantage d'enfants

OMS/A. Caballero-Reynolds

Des campagnes intenses de vaccination antipoliomyélitique se sont déroulées sur six jours plusieurs fois par an en Inde depuis 1996. Au cours de chacune d’entre elles, 2,3 millions d’agents de la vaccination ont fait du porte à porte et visité 191 millions de foyers pour vacciner 171 millions d’enfants par an.

Désormais, l’Inde s’appuie sur le succès de la stratégie d’éradication de la poliomyélite pour vacciner davantage d’enfants contre d’autres maladies dangereuses.

La rougeole, par exemple, reste l’une des principales causes de mortalité du jeune enfant. Maladie très contagieuse, elle se répand comme une trainée de poudre dans les communautés où les enfants ne sont pas vaccinés. Et comme le virus diminue l’immunité, les enfants qui ont eu la rougeole, notamment s’ils sont dénutris, peuvent ensuite mourir de pneumonie, de diarrhée ou d’encéphalite.

Un vaccin sûr contre la rougeole

Pourtant, ce n’est pas une fatalité. Il existe un vaccin sûr et efficace qui a joué un rôle majeur pour ramener le nombre mondial des décès par rougeole de 548 000 à 158 000 par an entre 2000 et 2011. Mais il faut vacciner davantage d’enfants: en 2011, 20 millions d’enfants n’ont pas bénéficié de cette vaccination.

«Le réseau de surveillance sur le terrain par les laboratoires apporte un appui crucial aux activités de lutte contre la rougeole dans le pays.»

Dr Nata Menabde, Représentant de l’OMS en Inde

Vu la contagiosité très élevée de la rougeole, un pays doit veiller à ce qu’au moins 95% des enfants reçoivent deux doses du vaccin. Environ 15% des enfants vaccinés ne réussissent pas à développer une immunité après la première dose, ce qui signifie que si seulement 80% ont bénéficié de la vaccination complète, une flambée épidémique est probable.

Près d'un tiers des décès par rougeole dans le monde (56 000 en 2011) sont survenus chez des enfants en Inde. En novembre 2010, avec l’appui de l’OMS, l’Inde a lancé un projet de vaccination massive contre la rougeole, sur le style de la campagne antipoliomyélitique, dans 14 États à forte charge de morbidité, dans le cadre d’une campagne en trois phases.

Campagnes de rattrapage

Les agents de santé ont été formés à la détection et à la notification des flambées de rougeole et ont trouvé un nombre étonnamment élevé d’infections. Les autorités ont réagi en mettant sur pied un système garantissant que chaque enfant vacciné par une première dose bénéficie systématiquement de la seconde. Elles ont aussi entrepris des campagnes de «rattrapage» dans les zones où la couverture de la première dose était inférieure à 80%.

OMS/A. Caballero-Reynolds

Après avoir achevé deux phases de la campagne de vaccination contre la rougeole et avec la troisième phase en cours, plus de 102 millions d’enfants dans 344 districts ont été vaccinés, ce qui représente une couverture entre 87% et 90%.

Des retombées spectaculaires

Selon le Dr Nata Menabde, Représentant de l’OMS en Inde, les enseignements tirés du programme contre la poliomyélite marchent encore. «Le réseau de surveillance sur le terrain par les laboratoires apporte un appui crucial aux activités de lutte contre la rougeole dans le pays», affirme-t-elle.

S’il n’est pas encore possible d’évaluer l’impact national, la campagne en étant à différentes phases selon les États, dans certains d’entre eux les retombées ont été spectaculaires. Le Gujarat par exemple est passé de 1000 cas en 2010 à aucun en 2012.

Dans le Bihâr, autrefois l’état ayant les plus faibles niveaux de couverture vaccinale de tout le pays, la proportion des enfants vaccinés contre les maladies infantiles courantes a triplé avec l’intensification des activités d’éradication de la poliomyélite (de 18,6% en 2005 à 66,8% en 2010), ce qui souligne bien les liens synergiques entre les efforts contre la poliomyélite et la rougeole.

«L’Inde est un bon exemple d’un vaste pays avec une grande diversité et de nombreux défis à relever par le système de santé, explique le Dr Hamid Jafari, Directeur à l’OMS du département Poliomyélite: opérations et recherche. Ce programme démontre l’impact que l’on peut avoir en associant les efforts pour éradiquer la poliomyélite à ceux pour améliorer la vaccination contre une maladie telle que la rougeole.»

Partager