Philippines: une nouvelle jambe, une nouvelle chance

Septembre 2013

Depuis septembre 2013, la Caisse d’assurance-maladie du gouvernement philippin propose, pour la première fois, des prothèses aux personnes amputées d’un membre.

En avril 2013, Alan Santos, ouvrier de la construction de 25 ans a heurté un fil électrique sous tension alors qu’il travaillait sur un chantier et ses blessures ont nécessité une amputation de la jambe au-dessous du genou. Son contrat ne lui donnait pas droit à des prestations d’assurance-maladie ou d’hospitalisation. Il est marié, a un enfant d’un an et était le seul soutien de famille. Sans son salaire mensuel, sa famille s’est appauvrie.

Dans le «Rapport mondial sur le handicap», publié en 2011, l’OMS a recommandé aux pays d’inclure la réadaptation dans leurs régimes d’assurance-maladie afin d’accroître l’accès aux services pour des personnes comme Alan.

Les services de réadaptation inclus dans l’assurance-maladie

Alan Santos marche dans le couloir de l'hôpital avec sa jambe apprareillée
OMS/Alan Esquillon

Les Philippines font figure de pionnier en ce qui concerne la couverture sanitaire universelle. En 1995, le gouvernement a lancé PhilHealth, la Philippine Health Insurance Corporation (Caisse philippine d’assurance maladie), et a régulièrement augmenté le nombre d’affiliés et l’éventail des services couverts.

Grâce aux conseils de l’OMS et de partenaires locaux du secteur du handicap et de la réadaptation, en septembre 2013, les Philippines ont à nouveau fait œuvre de pionnier avec l’inclusion de services de réadaptation pour les handicapés dans leur régime d’assurance.

Il était évident dès le départ que Philhealth ne pourrait adopter toutes les mesures de réadaptation d’un seul coup. Mais elle a procédé pas à pas, la question étant: par où commencer?

Fournir des prothèses: le premier service de réadaptation

Les prestataires de services de réadaptation aux Philippines et les organisations représentant les personnes handicapées ont entamé des discussions avec Philhealth. En 2012, le Conseil de Philhealth a été saisi de données nationales montrant que, selon les estimations, 30% des personnes handicapées pourraient retourner au travail si elles étaient équipées d’un dispositif d’aide tel qu’une prothèse.

Le déficit était important – une ONG avait une liste de près de 2000 personnes en attente de prothèses qui n’avaient pas les moyens d’en payer une.

Le Conseil a été convaincu. La fourniture de prothèses a été retenue comme le premier service de réadaptation couvert par Philhealth et baptisé le «Z package». L’intégration de la réadaptation dans les régimes d’assurance maladie universelle permet d’accroître l’accès et est conforme à la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Une mesure qui transforme la vie des handicapés

Avec l’appui du gouvernement local, Alan Santos a pu souscrire à Philhealth et a été le premier bénéficiaire d’une prothèse au titre du nouveau régime. En septembre, il était admis à l’Hôpital général des Philippines de Manille pour des mesures en vue de la pose de la prothèse et pour apprendre à marcher avec cette nouvelle jambe. Son employeur a proposé de le reprendre à sa sortie de l’hôpital.

Pour Alan Santos, le «Z package» lui a offert une nouvelle chance dans la vie et pas uniquement parce qu’il peut retourner travailler et recommencer à faire vivre sa famille. «Je n’aurais pas voulu voir grandir mon enfant avec une jambe en moins, sans pouvoir courir et jouer avec elle, et en risquant un jour de devenir dépendant d’elle alors que c’est moi qui devrais prendre soin d’elle», a-t-il déclaré.

Partager