L’OMS ouvre un centre de coordination régional pour lutter contre la maladie à virus Ebola

Juillet 2014

OMS/S. Saporito

Conakry (Guinée), le 24 juillet 2014 – En réponse aux signalements continus de nouveaux cas de maladie à virus Ebola et de nouveaux décès attribuables à cette maladie en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, l’OMS a activé aujourd’hui un Centre sous-régional de coordination de la riposte à la flambée à Conakry (Guinée).

«Le Centre servira de plateforme de lutte et de coordination pour consolider et harmoniser l’appui technique aux pays d’Afrique de l’Ouest et aider à mobiliser les ressources.»

Dr Francis Kasolo, Directeur du Groupe Prévention et lutte contre les maladies au Bureau régional OMS de l’Afrique

«Le Centre servira de plateforme pour consolider et harmoniser l’appui technique aux pays d’Afrique de l’Ouest concernés par la flambée. Il aidera également à mobiliser les ressources nécessaires à la riposte», explique le Dr Francis Kasolo, Directeur du Groupe Prévention et lutte contre les maladies au Bureau régional OMS de l’Afrique et responsable du Centre de coordination. «Outre les autorités nationales et l’OMS, d’autres institutions partenaires prenant part à la lutte contre la maladie à virus Ebola, par exemple Médecins sans Frontières (MSF), la Croix-Rouge, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis et les partenaires techniques du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN), travailleront également depuis le Centre.»

La création du Centre fait suite aux recommandations de la réunion d’urgence

La mise sur pied du Centre a été demandée par les ministres de la santé de 11 pays d’Afrique lors d’une réunion d’urgence convoquée par l’OMS à Accra (Ghana) les 2 et 3 juillet.

La réunion d’Accra a permis de cerner les principales difficultés et lacunes de la riposte: coordination, communications, collaboration transfrontalière, traitement des patients, recherche des contacts et participation de la communauté, ressources humaines et soutien financier.

«Un mécanisme de coordination unique permettra de faire face à ces difficultés dans trois pays de façon beaucoup plus efficace.»

Dr Benido Impouma, épidémiologiste à l’OMS et coordonnateur technique du nouveau Centre

D’après le Dr Benido Impouma, épidémiologiste à l’OMS et coordonnateur technique du nouveau Centre: «Un mécanisme de coordination unique permettra de faire face à ces difficultés dans trois pays de façon beaucoup plus efficace. Retrouver et traiter toutes les personnes atteintes de la maladie à virus Ebola, puis retracer et placer en observation les gens ayant été en contact étroit avec ces personnes sur une période de 21 jours pour s’assurer qu’ils n’ont pas été infectés, voilà la clé pour arrêter la transmission. La participation de toute la communauté est indispensable pour y parvenir.»

Au 12 juillet 2014, le nombre cumulé de cas attribués à la maladie à virus Ebola dans les trois pays atteignait 964, avec 603 décès.

Garantir l’utilisation efficace des ressources

L’étendue géographique de la flambée nécessite une capacité d’intervention et des structures solides et de grande ampleur. Étant donné qu’il s’agit de la première flambée importante de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest, les pays concernés doivent renforcer leurs systèmes de préparation et d’intervention en cas d’épidémie.

Le Centre sous-régional sera chargé d’assurer une utilisation efficace et le déploiement des ressources rares, limitées, mais absolument essentielles, sur la base d’une hiérarchisation des priorités et des objectifs convenus. L’organisation et la coordination des fonctions essentielles d’appui et des opérations sur le terrain se rapprocheront des zones touchées, dites sensibles.

De plus, le Centre sous-régional:

  • veillera à ce que l’aide technique et opérationnelle et les ressources soient suffisantes pour soutenir les activités de riposte sur le terrain, facilitera la coordination des partenaires du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN), préparera les matériels et les activités de communication destinés au grand public, s’engagera dans la planification d’urgence, les évaluations du risque et l’intensification des opérations autant que de besoin, et garantira un environnement permettant l’efficacité et le succès des opérations sur le terrain;
  • définira les périodes opérationnelles pour atteindre les objectifs convenus et veillera à la planification, à la coordination et à l’utilisation optimale des ressources limitées, ainsi qu’à la continuité de l’action et de la gestion;
  • orientera des ressources humaines et matérielles sur la communication et la mobilisation sociale, les investigations sur les alertes et les nouvelles flambées, le dépistage des cas et la recherche des contacts, la surveillance et la gestion des données, le traitement et les soins des patients, la logistique, la constitution des réserves et le transfert des équipements de protection individuelle dans les zones clés; et
  • donnera des avis techniques à toutes les équipes de terrain déployées dans la sous-région, leur fournira des ressources, leur apportera une aide dans le domaine de la communication, participera à la prise de décisions et rédigera des rapports.
Partager

Liens connexes