Accélérer les interventions d’urgence de l’OMS en réponse à la flambée de virus Ebola: recherche des contacts

Juillet 2014

OMS/C. Banluta

C’est dans des conditions humides et boueuses et sous la pluie que le personnel de l’OMS s’est rendu dans un camp de la ville fortement peuplée de New Kru, à l’extérieur de la capital du Libéria, Monrovia, pour rechercher des personnes ayant eu des contacts avec des individus infectés par le virus Ebola. Un conseiller technique de l’OMS en provenance du Rwanda, dépêché pour aider le coordonnateur de zone, a parlé avec une femme qui avait soigné un malade atteint d’une infection à virus Ebola. Celle-ci a compris la nécessité d’être suivie pour guetter l’apparition éventuelle de la maladie, mais un autre homme, avec lequel l’équipe s’était entretenue, a nié connaître quiconque porteur du virus et a refusé tout contact ultérieur avec l’équipe.

De nouveaux cas de maladie à virus Ebola continuant d’être notifiés par les ministères de la santé de Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone, l’OMS a entrepris d’accélérer sa riposte dans des domaines essentiels pour la maîtrise de la flambée.

Personnes en contact étroit avec des individus atteints d’une maladie à virus Ebola

L’un des plus importants de ces domaines est la recherche des contacts, ou identification des personnes ayant été en contact étroit avec des individus infectés par le virus Ebola, leur suivi pour savoir si elles ont été infectées, ainsi que leur éducation et leur soutien.

La riposte de l’OMS et de ses partenaires visant à interrompre la transmission du virus Ebola est en cours d’accélération à travers l’élargissement de mesures efficaces de lutte contre les flambées et la prévention d’une propagation à plus grande échelle de ce virus, comme l’avaient demandé instamment 11 pays d’Afrique de l’Ouest, dans le cadre d’une nouvelle stratégie approuvée en juillet. Les autorités sanitaires sont préoccupées car le virus Ebola continue de se transmettre au sein des communautés et en milieu de soins et a fait son apparition dans des grandes villes ainsi que dans des zones rurales et frontalières.

Généralités sur le virus Ebola

OMS/C. Banluta

Les 3 pays touchés (Guinée, Libéria et Sierra Leone) ont notifié quelque 930 cas d’infection par ce virus, parmi lesquels 580 décès, et de nouveaux cas continuent d’être signalés. La maladie, qui provoque des hémorragies sévères et peut tuer jusqu’à 90% des individus infectés, se propage par contact direct avec du sang ou des fluides corporels provenant d’animaux ou de personnes infectés.

L’OMS, le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) et les partenaires de l’OMS fournissent un appui et des recommandations et ont déployé des équipes d’experts dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, notamment des épidémiologistes pour collaborer avec les pays à la surveillance et au suivi de la flambée et des experts dans le domaine analytique pour appuyer les laboratoires mobiles sur le terrain dans la confirmation précoce des cas de virus Ebola. Ont également été déployés, des experts de la prise en charge clinique pour aider les établissements de soins à traiter les patients touchés, des experts de la lutte contre les infections et de la prévention pour aider les pays à interrompre la transmission du virus au sein des communautés et en milieu de soins, ainsi que des logisticiens pour faire parvenir l’équipement et le matériel nécessaires.

Délivrance de messages appropriés

En outre, des équipes de mobilisation sociale et de communication sur les risques s’efforcent, dans les 3 pays, d’aider les responsables sanitaires à délivrer des messages appropriés sur la façon de notifier, de prendre en charge et de traiter les cas de virus Ebola.

Comme exemple de l’accélération des activités, on peut mentionner la recherche des contacts à Monrovia et à New Kru, dans le comté de Montserrado au Libéria, où 107 volontaires communautaires travaillent à cette recherche, dans des équipes encadrées par 33 superviseurs et un coordonnateur, en vue de retrouver les personnes susceptibles d’avoir eu des contacts avec des individus infectés.

Le conseiller technique de l’OMS Dr André Rusanganwa et le coordonnateur de zone pour la surveillance du virus Ebola Emmanuel Lassana ont rejoint les chercheurs de sujets contacts visitant certaines zones de Monrovia à la recherche d’individus entrés en contact avec des patients positifs pour l’infection à virus Ebola. À New Kru, des individus ayant eu des contacts avec de tels patients ont été identifiés et ont reçu un soutien sachant qu’ils avaient été exposés et devaient être suivis.

Partager

Liens connexes