Les Îles Marshall éliminent la filariose lymphatique en tant que problème de santé publique

30 mars 2017

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a félicité aujourd’hui la République des Îles Marshall d’avoir éliminé la filariose lymphatique, aussi appelée éléphantiasis, en tant que problème de santé publique.

Des enfants marchent le long de la plage aux ìles Marshall
OMS/Y. Shimizu

La filariose lymphatique est une maladie transmise par les moustiques qui atteint le système lymphatique et provoque des difformités, des douleurs et des handicaps graves. Pour les personnes touchées, les difformités et la stigmatisation qui en découle sont lourdes de conséquences: les malades perdent souvent leur source de revenu et souffrent de conséquences psychologiques telles que dépression et angoisse.

«La filariose lymphatique est une maladie épouvantable qui inflige d’immenses souffrances aux personnes touchées. Je félicite sincèrement la République des Îles Marshall d’avoir éliminé cette maladie en tant que problème de santé publique. C’est un progrès extrêmement important pour la santé de votre peuple», a déclaré le Dr Shin Young-Soo, Directeur régional de l’OMS pour le Pacifique occidental.

Six pays de la Région du Pacifique occidental ont déjà éliminé la filariose lymphatique

La République des Îles Marshall rejoint les 6 autres pays de la Région OMS du Pacifique occidental qui ont éliminé la filariose lymphatique en tant que problème de santé publique depuis que l’OMS a mis sur pied le Programme mondial pour l’élimination de la filariose lymphatique en 2000: le Cambodge, la Chine, les Îles Cook, Nioué, la République de Corée et Vanuatu.

La filariose lymphatique est classée par l’OMS parmi les maladies tropicales négligées (MTN). Cette catégorie regroupe différentes maladies transmissibles surtout répandues dans les populations les plus déshéritées des zones tropicales et subtropicales.

Ces maladies provoquent une morbidité grave et entraînent parfois la mort, mais il est possible de les prévenir. Grâce à une série de stratégies de santé publique comme le traitement préventif des communautés, la prise en charge intensive, la lutte antivectorielle, la vaccination contre les maladies chez l’animal pouvant se transmettre à l’homme, l’approvisionnement en eau potable, l’assainissement et l’hygiène, il est possible de juguler de nombreuses maladies tropicales négligées et, à terme, de les éliminer.

Endiguer la filariose lymphatique une priorité pour l'OMS

La lutte contre la filariose lymphatique dans les 17 pays et zones de la Région du Pacifique occidental où elle demeure endémique est une priorité importante de l’OMS dans la Région.

Depuis la mise en place du Programme mondial pour l’élimination de la filariose lymphatique, beaucoup de ces pays et zones progressent vers l’élimination.

Collaborant directement avec les pays et ses partenaires, l’OMS soutient les campagnes d’administration massive de médicaments menées à grande échelle et les mesures visant à faciliter l’accès aux médicaments et aux tests de diagnostic performants. Ces efforts portent leurs fruits puisqu’un nombre croissant de pays, comme la République des Îles Marshall, s’approchent du seuil d’élimination de la filariose lymphatique.

«La République des Îles Marshall a montré qu’avec détermination et créativité, l’élimination est possible malgré les obstacles géographiques importants à surmonter pour atteindre les habitants de nombreuses îles éloignées. L’OMS est résolue à apporter son soutien aux États Membres pour débarrasser notre Région du fléau de la filariose lymphatique afin que plus personne ne souffre de cette affreuse maladie», a conclu le Dr Shin.

947 millions de personnes sous la menace de la filariose lymphatique

  • La filariose lymphatique atteint le système lymphatique et peut entraîner une augmentation anormale de volume de certaines parties du corps, à l’origine de douleurs, d’incapacité sévère et de stigmatisation sociale.
  • Dans 54 pays du monde, environ 947 millions de personnes sont sous la menace de la filariose lymphatique et ont besoin d’une chimiothérapie préventive pour stopper la propagation de cette parasitose.
  • En 2000, plus de 120 millions de personnes étaient infectées, et environ 40 millions d’entre elles souffraient de difformités et étaient handicapées par la maladie.
  • On peut éliminer la filariose lymphatique en arrêtant la propagation de l’infection au moyen d’une chimiothérapie préventive associant des médicaments sûrs et répétée tous les ans pendant au moins 5 ans. Depuis 2000, quelque 6,2 milliards de traitements ont été distribués.
  • Environ 351 millions de personnes n’ont plus besoin de la chimiothérapie préventive grâce au succès avec lequel les stratégies de l’OMS ont été appliquées.
  • Un ensemble de soins de base recommandés permet de soulager les souffrances et de prévenir les incapacités pouvant survenir chez les personnes touchées par la filariose lymphatique