Quels sont les principaux risques pour la santé de l'enfant?

Questions-réponses
13 septembre 2012

Q: Quels sont les principaux risques pour la santé de l'enfant et que fait l'OMS à ce sujet?

R: Quelque 6,9 millions d’enfants de moins de cinq ans sont morts en 2011 – cela représente près de 800 décès d'enfants par heure – alors que beaucoup pourraient survivre aux menaces auxquelles ils sont exposés et se développer à condition d’avoir accès à des interventions simples et peu coûteuses.

C'est au cours du premier mois de vie que le risque de décès est le plus élevé. La prématurité, l'asphyxie à la naissance et les infections à la naissance sont les causes de décès néonatal les plus courantes. On peut réduire les risques pour la santé des nouveau-nés par les moyens suivants:

  • des soins de qualité pendant la grossesse;
  • un accouchement pratiqué dans des conditions satisfaisantes de sécurité par un personnel qualifié;
  • des soins néonatals de qualité; en veillant immédiatement à ce que le nouveau-né respire, à le maintenir au chaud, à dispenser des soins hygiéniques du cordon et à instituer l'allaitement maternel exclusif.

Entre un mois et cinq ans, les principales causes de décès sont la pneumonie, la diarrhée, le paludisme, et la rougeole. La malnutrition contribuerait à plus d'un tiers de la mortalité de l'enfant.

  • La pneumonie vient en tête des causes de décès chez l’enfant de moins de cinq ans. Il est indispensable de s’attaquer aux facteurs de risque majeurs de pneumonie – notamment la malnutrition et la pollution de l'air à l'intérieur des habitations - et de recourir à la vaccination et à l'allaitement. Les antibiotiques et l’oxygène sont des outils vitaux pour une prise en charge efficace de la maladie.
  • Les maladies diarrhéiques sont une des principales causes de morbidité et de mortalité de l’enfant dans les pays en développement. L'allaitement permet d'éviter la diarrhée chez le jeune enfant. Le traitement des enfants malades au moyen de sels de réhydratation par voie orale (SRO) associé à une supplémentation en zinc constitue un instrument sûr et rentable qui permet de sauver des vies.
  • Chaque minute un enfant meurt victime du paludisme. Les moustiquaires imprégnées d’insecticide permettent d’éviter la transmission et d’accroître la survie de l’enfant.
  • Plus de 90% des infections d'enfants par le VIH sont dus à la transmission mère-enfant qui pourrait être évitée par l’administration d’antirétroviraux ainsi que par des pratiques plus sûres lors de l’accouchement et en matière d’alimentation.
  • Près de 20% des décès d’enfants de moins de cinq ans pourraient être évités si les recommandations de l'OMS étaient mises en oeuvre. L’OMS recommande l’allaitement exclusif du nourrisson pendant six mois, l’introduction d’aliments complémentaires sûrs adaptés à l’âge dès six mois et la poursuite de l’allaitement jusqu’à deux ans ou au-delà.

Les deux tiers environ des décès d'enfants sont évitables par des interventions pratiques peu coûteuses. L’OMS améliore la santé de l’enfant en aidant les pays à fournir des soins intégrés efficaces de manière continue, en commençant par une grossesse en bonne santé suivie de soins appropriés à la naissance et jusqu’à l'âge de cinq ans. Un investissement en faveur d’un système de santé solide joue un rôle essentiel pour la prévention et pour dispenser des soins de qualité.

Liens

Partager