Quels sont les risques sanitaires associés aux téléphones portables et à leurs stations de base?

Questions-réponses
20 septembre 2013

Q: Quels sont les risques sanitaires associés aux téléphones portables et à leurs stations de base?

R : Il s’agit d’une question que l’OMS prend très au sérieux. Le téléphone portable étant utilisé par un nombre de personnes extrêmement élevé, la moindre augmentation de l’incidence de ses effets indésirables sur la santé pourrait avoir de graves conséquences en termes de santé publique.

L’exposition aux champs de radiofréquence (RF) émis par les téléphones portables étant généralement plus de 1000 fois supérieure à l’exposition aux champs émis par les stations de base, et les effets indésirables étant plus probablement dus aux combinés téléphoniques, les travaux de recherche ont presque exclusivement porté sur les effets éventuels de l’utilisation des téléphones portables.

Les travaux de recherche se sont plus particulièrement intéressés aux domaines suivants:

  • le cancer;
  • les autres effets sur la santé;
  • l’interférence électromagnétique;
  • les accidents de la circulation.

Cancer: le Centre international de Recherche sur le Cancer a classé les champs RF comme potentiellement cancérogènes pour l’homme (groupe 2B), sur la base de données épidémiologiques variées concernant le lien entre une exposition aux rayonnements radioélectriques provenant de téléphones sans fil et l’apparition de cancers de la tête (gliome et neurinome de l’acoustique) dans les populations humaines. Les études menées à ce jour ne fournissent aucune indication suggérant une augmentation du risque de cancer ou de toute autre maladie, qui résulterait de l’exposition environnementale aux champs RF émis par les stations de base.

Autres effets sur la santé : des scientifiques ont signalé que l'utilisation de téléphones portables pouvait avoir d'autres effets sur la santé notamment une modification de l'activité cérébrale et du temps de réaction et une modification du sommeil. Il s'agit d’effets mineurs qui n'ont apparemment pas d’incidence sur la santé. Des études sont en cours pour tenter de confirmer ces informations.

Interférence électromagnétique: lorsqu’un téléphone portable est utilisé à proximité de certains appareils médicaux (stimulateurs cardiaques, défibrillateurs implantables et certaines prothèses auditives), il peut produire des interférences et en perturber le fonctionnement. Ce risque est fortement réduit pour les téléphones utilisant la technologie 3G et les appareils les plus récents. Il existe aussi un risque d’interférence entre les ondes émises par les téléphones portables et les appareils électroniques se trouvant à bord des avions. Certains pays autorisent l’utilisation de téléphones portables à bord d’avions en vol, ayant mis en place des systèmes limitant leur puissance de sortie.

Accidents de la circulation: des travaux de recherche ont mis en évidence que les risques d’accidents de la circulation augmentaient d’un facteur 3 à 4 lors de l’utilisation d’un téléphone portable à bord d’un véhicule, le conducteur (qu’il utilise ou non un kit «mains libres») s’en trouvant distrait.

Conclusions

Bien qu’un risque accru de tumeur au cerveau résultant de l’utilisation de téléphones portables n’ait pas été établi, la multiplication de ces appareils et le manque de données disponibles concernant leur utilisation pendant des périodes excédant 15 ans rendent nécessaire de mener des recherches plus approfondies sur la corrélation entre l’utilisation de téléphones portables et le risque de cancer du cerveau.

Étant donné le succès de ces derniers, notamment auprès des plus jeunes, et l’exposition prolongée qui peut en découler, l’OMS soutient la recherche portant sur ce groupe de population et évalue actuellement les effets sanitaires des champs RF sur l’ensemble des indicateurs étudiés.

Partager