Action de santé à visée humanitaire

Préoccupations liées au nucléaire au Japon – FAQ

Septembre 2011


Mesures de protection personnelle au début de la phase d'urgence nucléaire

Comment puis-je me protéger?

  • Il faut vous tenir informé en obtenant des renseignements précis et fiables (par exemple les informations données par les autorités et transmises par la radio, la télévision ou Internet) et suivre les instructions de votre gouvernement.
  • La décision de prendre de l’iodure de potassium doit se fonder sur les informations fournies par les autorités sanitaires nationales, les mieux à même de juger si cette mesure se justifie.

En cas d’exposition à de fortes doses de radioactivité, que dois-je faire?

  • Si vous entrez dans un lieu clos après avoir été exposé à des rayonnements, déshabillez-vous sur le seuil afin d’éviter toute contamination à l’intérieur. Enlevez vos vêtements et vos chaussures et mettez-les dans un sac en plastique. Fermez hermétiquement le sac et mettez-le en lieu sûr, loin de pièces habitées et hors de portée des enfants et des animaux domestiques.
  • Se doucher ou se baigner à l’eau chaude et au savon.
  • Indiquez aux autorités que certains de vos vêtements et effets personnels sont peut-être contaminés et doivent être manipulés correctement et jetés conformément aux procédures nationales acceptées.

Lorsqu’on demande aux gens de rester confinés, qu’est-ce que cela signifie?

  • Lorsqu’un événement radiologique ou nucléaire survient, les autorités de santé publique ordonnent parfois aux habitants des zones touchées de rester confinés plutôt que de partir. Il pourra vous être conseillé de vous réfugier chez vous, à votre travail ou dans des abris publics. Cette mesure peut protéger de l’exposition externe à des matières radioactives et de leur inhalation.
  • Si vous êtes amené à rester confiné, vous devez chercher la pièce la plus sûre, chez vous ou sur votre lieu de travail: si possible sans porte sur l'extérieur ni fenêtre. Les systèmes d’aération, de climatisation et de chauffage doivent être arrêtés.
  • Lorsque la température est inférieure à zéro degré, il est important de bien se couvrir. En cas d’instruction de rester à l’intérieur, brûler des combustibles – gaz, charbon ou bois par exemple pour se réchauffer peut comporter des risques. Vous risqueriez alors une intoxication au monoxyde de carbone, qui peut se produire en cas d’aération insuffisante des locaux. Si cela est faisable, il est préférable d’utiliser des systèmes de chauffage électrique.

Que sont les pilules d’iodure de potassium?

  • Les comprimés d’iodure de potassium sont une source d’iode stable (c’est-à-dire non radioactif). L’iode est nécessaire à la glande thyroïde pour produire les hormones thyroïdiennes. La présence d’iode stable dans l’organisme, en quantité suffisante, bloque l’absorption de l’iode radioactif (radio-iode) par la thyroïde. On réduit ainsi le risque de cancer thyroïdien pouvant résulter de l’exposition à cet iode radioactif.
  • Les pilules d’iodure de potassium ne sont pas des «antidotes contre l’irradiation». Elles ne protègent pas contre le rayonnement extérieur ni contre d’autres substances radioactives que l’iode. Elles peuvent également engendrer des complications médicales chez certains sujets, par exemple les sujets présentant un dysfonctionnement rénal et, de ce fait, il ne faut commencer à prendre de l’iodure de potassium que si les autorités de santé publique le recommandent expressément.

Quand et pourquoi convient-il de prendre de l’iodure de potassium?

  • L’iodure de potassium ne doit être pris que si les autorités de santé publique le recommandent. En cas d'exposition ou de risque d'exposition à l’iode radioactif, des comprimés d’iodure de potassium pourront être administrés pour éviter que la thyroïde ne fixe l’iode radioactif. L'administration avant ou peu après l’exposition permet de réduire le risque de cancer de la thyroïde à long terme.

Faut-il utiliser du sel iodé pour éviter une contamination?

  • Non, il n’y a pas lieu de consommer du sel iodé pour se protéger contre la radioactivité. Il est dangereux d'ingérer des quantités importantes de sel iodé pour augmenter la quantité d’iode stable dans l’organisme.
  • Une augmentation de la dose journalière de sel iodé sera plus néfaste que bénéfique. Le principal composant du sel iodé est le chlorure de sodium qui est lié à l’hypertension et à d’autres affections. La teneur du sel iodé en iode est trop faible pour éviter la fixation de l’iode radioactif.
  • En fortes quantités, le chlorure de sodium est extrêmement toxique: même une cuillérée à soupe de sel ingérée à plusieurs reprises sur une brève période peut provoquer une intoxication.

L’iode peut-il être consommé sous d’autres formes?

  • Non, il faut éviter de consommer des produits contenant de l’iode autres que les médicaments recommandés par les autorités de santé publique.
  • On trouve l’iode dans toute une série de produits ménagers et industriels, par exemple certains désinfectants, antiseptiques et solutions de stérilisation de l’eau. Ces produits ne sauraient remplacer les comprimés d'iodure de potassium car ils contiennent d’autres ingrédients potentiellement néfastes pour la santé.

Peut-on administrer des comprimés d’iodure de potassium aux femmes enceintes?

  • Oui, dans la plupart des cas à condition de suivre les instructions des autorités de santé publique. L’iodure de potassium traverse la barrière placentaire et protège la thyroïde du foetus au même titre que celle de la mère.

En ce qui concerne l’iodure de potassium, quelles sont les recommandations pour les femmes qui allaitent?

  • Comme le reste de la population, les femmes qui allaitent ne doivent prendre de l’iodure de potassium que quand cette mesure est conseillée par les autorités de la santé publique. Toutefois, elle ne suffit pas pour protéger pleinement l’enfant allaité, à qui il faut aussi administrer de l’iodure de potassium, sous forme de doses spécialement adaptées pour les nouveau-nés et les nourrissons.
  • C’est dans ces conditions que l’allaitement au sein peut se poursuivre.
Partager