Action de santé à visée humanitaire

Tsunamis

Description technique des risques – Profil de la catastrophe naturelle

Les risques

Un tsunami - ou raz-de-marée - est une onde océanique géante engendrée par un séisme ou une éruption volcanique.

Les tsunamis peuvent parcourir des milliers de kilomètres à une vitesse de 500 à 1000 km/h en perdant très peu de leur énergie. En atteignant la côte, ils ont des effets dévastateurs sur les communautés qui y sont établies. Des vagues successives peuvent arriver à des intervalles de 10 à 45 minutes et provoquer des destructions pendant plusieurs heures.

Facteurs de vulnérabilité

  • établissements situés à faible altitude à proximité des côtes (effet direct) ;
  • constructions qui ne sont pas conçues pour résister aux tsunamis ;
  • absence d'un système d’alerte rapide et d'un plan d’évacuation.

Principales causes de morbidité et de mortalité

Effets directs

Décès surtout par noyade. Les blessures et traumatismes, plus rares, sont souvent provoqués par des débris flottants.

On observe aussi des effets sur la santé mentale à court ou à long terme.

Effets indirects

Les effets sur l'ensemble des infrastructures, notamment les infrastructures sanitaires, sont énormes et peuvent entraîner l'interruption des services de santé publique de base (approvisionnement en eau, etc.) ainsi que des situations de pénurie alimentaire.

En attendant une évaluation plus précise, on peut prévoir notamment les besoins suivants : recherche des disparus et secours; assistance médicale; fourniture d'eau, de vivres et d'abris; maintien des approvisionnements à plus long terme (à la suite de la perte fréquente des cultures et des animaux d'élevage).

Besoins prévisibles

Si le phénomène est imprévisible, les innovations technologiques permettent aujourd'hui de repérer les tsunamis et d'alerter à temps les communautés côtières exposées.

A ne pas oublier

En l'absence de mesures spécifiques - éducation des communautés, systèmes d'alerte ou brise-lames - la mortalité peut être très élevée.

Ne pas envoyer d'équipe ou de personnel médical ou paramédical qui de toute façon arriveraient trop tard. Les services de santé locaux ou du voisinage sont les mieux placés pour apporter les soins médicaux d'urgence aux victimes.

Réactions inappropriées

Ne pas envoyer d'hôpitaux ou d'unités médicales mobiles. Ce genre de matériel est uniquement justifié lorsqu'il s'agit de répondre à des besoins à moyen terme et ne doit jamais être envisagé à moins qu'il ne s'agisse d'un don.

Ne pas envoyer de médicaments courants. Ils risquent d'être inappropriés du point de vue médical ou de ne pas respecter les normes locales. Il convient de consulter d'abord les recommandations de l'OMS sur les médicaments essentiels et les autorités compétentes du pays bénéficiaire.

Ne pas envoyer des tentes ou d'autres types d'abris temporaires. Une réinstallation provisoire chez des proches ou dans des bâtiments publics est de loin préférable à la création de camps pour personnes déplacées.

Ne pas prendre de décision unilatérale sur la répartition de ressources sans justificatifs concernant les besoins.


Pour plus de renseignements à l'OMS, s’adresser à:

Interventions sanitaires en cas de crise crises@who.int.

Situations d'urgence concernant l'environnement M. J Hueb +(41 22) 791 3553 ou Huebj@who.int

Prévention de la violence et des traumatismes, Dr E Krug +(41 22) 791 3535 or Kruge@who.int

Prestation des services de santé, Dr Mechbal mechbala@who.int


On peut aussi consulter les ouvrages suivants:

An Overview of Disaster Management, 2nd ed. Geneva, United Nations Development Programme, Disaster Management Training Programme, 1992.

Coping with Natural Disasters: The Role of Local Health Personnel and the Community. Geneva, World Health Organization, 1989.

Do’s and Don’ts After Natural Disasters. Washington, Pan American Health Organization Press Release, 1998.

Emergency Health Management after Natural Disaster. Washington, Pan American Health Organization Scientific Publication 407, 1981.

Natural Disasters: Protecting the Public’s Health. Washington, Pan American Health Organization Scientific Publication 575, 2000.

Noji E. Public Health Consequences of Disasters. New York, Oxford University Press, 1997.Noji E. Public Health Consequences of Disasters. New York, Oxford University Press, 1997.

Partager