Action de santé à visée humanitaire

Incendies de végétation

Description technique des risques – Profil de la catastrophe naturelle

RISQUES

  • Les grands incendies de végétation, qui se produisent de manière récurrente, peuvent être dus soit à l’homme, soit à des phénomènes naturels. Ils sont souvent associés à la culture sur brûlis car, en période de sécheresse, le feu peut s’étendre. Dans 50% des cas, on ne sait pas comment l’incendie a débuté. La négligence joue souvent un rôle.

  • Les personnes et les animaux périssent, les cultures et les ressources sont détruites. Les dommages sont souvent de grande ampleur. Des accidents de la circulation, des accidents d’avion ou des accidents maritimes peuvent se produire.

  • La fumée peut avoir un effet préjudiciable sur la santé de larges groupes de population, en dehors de la zone immédiate de l’incendie.

  • Il est possible de prévoir les incendies de végétation, souvent d’origine humaine et, dans bien des cas, de les prévenir en prenant des mesures appropriées.

  • Il peut être difficile de maîtriser les grands incendies, et il est impossible de maîtriser les feux de tourbières.

  • Les incendies de végétation peuvent dégager un niveau élevé de gaz dans l’atmosphère et entraîner une pollution de l’air par les particules fines pendant une longue période de temps.

Facteurs de vulnérabilité

Les facteurs influant sur la gravité des risques liés aux incendies de végétation sont les suivants:

  • sécheresse de la végétation (teneur en humidité et quantité de végétation vivante);
  • modification des variables météorologiques influant sur la propagation et l’intensité des incendies (el niño);
  • présence de matières combustibles;
  • longue période de sécheresse durant la saison sèche;
  • absence de système d’alerte précoce et/ou absence d’accès à ce système.

Les facteurs qui influent sur la vulnérabilité de la population sont les suivants:

  • toxicité des polluants;
  • importance de l’exposition des populations;
  • existence de sous-groupes de population sensibles: très jeunes enfants ou femmes enceintes, personnes âgées, personnes atteintes d’une affection respiratoire préexistante et/ou dont la fonction pulmonaire est réduite, personnes atteintes d’une maladie cardiaque;
  • les facteurs additionnels influant sur la sensibilité sont l’appartenance ethnique, le sexe, la condition socio économique, l’état nutritionnel et le tabagisme;
  • exposition professionnelle: personnes travaillant à l’extérieur, pompiers, personnes prenant part à l’intervention d’urgence; accès à l’information, aux soins médicaux et à l’eau potable;
  • absence d’interventions visant à réduire l’exposition aux polluants;
  • caractéristiques du logement;
  • absence de système d’alerte précoce.

Principales causes de mortalité et de morbidité

  • Décès de pompiers.
  • La visibilité réduite du fait de présence de fumée peut provoquer des accidents de la circulation, des accidents maritimes ou des accidents d’avion.
  • Décès pendant les opérations d’évacuation.

Effets aigus sur la santé

  • brûlures;
  • l’exposition au brouillard/à la fumée peut accroître le nombre de décès qui sont enregistrés chaque jour;
  • l’asthme et les maladies respiratoires peuvent augmenter, ainsi que les décès dus à des affections cardio-vasculaires;
  • le nombre de maladies aiguës des voies respiratoires chez l’enfant (associées à une mortalité importante et cause probable de mortalité chez le nourrisson) peut augmenter;
  • les hospitalisations dues à des affections cardio-pulmonaires peuvent être plus nombreuses;
  • le nombre de consultations aux services d’urgence/services de consultations externes peut être plus important;
  • la fonction pulmonaire peut se modifier.

Effets à long terme sur la santé

  • augmentation du risque de carcinogénèse;
  • augmentation de l’incidence de l’asthme et des maladies respiratoires;
  • apparition de nouveaux cas de maladies pulmonaires chroniques, diminution de l’espérance de vie.

Besoins prévisibles

Besoins immédiats

  • respirateurs pour les enfants et les nourrissons;
  • fourniture de conseils sur l’attitude à adopter;
  • sensibilisation des populations à l’impact des incendies sur la santé publique;
  • identification des risques d’incendie;
  • assistance et soins médicaux sur place, médecins (assistance médicale curative);
  • préparation de l’assistance dans le cadre des services de consultations externes;
  • évacuation des personnes sensibles vers des abris d’urgence.
Besoins à long terme
  • il peut être nécessaire d’assurer la sécurité alimentaire à long terme (destruction des récoltes et perte du bétail);
  • mise en place d’un système d’alerte précoce;
  • amélioration des services de prévisions météorologiques.

Considérations importantes

L’aménagement du territoire de façon à éviter la culture sur brûlis est essentiel.

Les masques chirurgicaux et masques de fortune ne sont pas très utiles pour empêcher l’inhalation de particules fines. Les respirateurs professionnels, qui sont courants dans le cadre de la médecine du travail, sont quant à eux utiles.

Il est possible de prendre des précautions pour atténuer les effets des incendies sur la santé.

Toutes les catastrophes causent un stress psychosocial parmi les populations touchées. Il convient de considérer la santé mentale comme faisant partie des soins de santé durant toutes les phases de l’assistance.

La pénurie d’eau et d’électricité peut aussi affecter directement les services de santé.

Réponses inadaptées

L’évacuation de populations entières vers d’autres lieux géographiques n’est pas recommandée.

N’envoyez pas de produits ou denrées alimentaires, sauf demande expresse ! Faites des dons en argent, qui permettront d’acheter de grandes quantités de nourriture au niveau local/régional.

N’envoyez pas de médicaments provenant de la pharmacie familiale ! Ces produits peuvent être inappropriés d’un point de vue médical et juridique. Consultez d’abord les lignes directrices de l’OMS sur les médicaments essentiels, ainsi que les autorités locales du pays bénéficiaire.

N’envoyez pas d’équipe ou de personnel médical ou paramédical ! Ils arriveraient trop tard. Les services de santé locaux ou voisins sont les mieux placés pour assurer les soins d’urgence dont les victimes ont besoin.

Ne prenez pas de décisions unilatérales concernant l’affectation des ressources sans connaître avec précision les besoins.

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec

Interventions sanitaires en cas de crise: crises@who.ch


Autres références

Do’s and Don’ts After Natural Disasters. Washington, Pan American Health Organization Press Release, 1998.

Health guidelines for vegetation fire events, Guideline Document, Geneva, World Health Organization, UNEP, WMO, Institute of Environmental Epidemiology, 1999

The use of essential drugs. Eighth report of the WHO expert committee. Geneva, World Health Organization, 1998 (WHO Technical Report Series, No. 882)

Vegetation Fires, Fact Sheet, Geneva, World Health Organization, August 2000

Fire Ecology and Biomass Burning Research Group, The Global Fire Monitoring Center (GFMC), http://www.uni-freiburg.de/fireglobe/

Partager