Académie de la Santé

Le projet pilote de l'Académie de la Santé en Jordanie

Le Ministère de la Santé et le Ministère de l'Education ont approuvé le projet pilote en Jordanie en juillet 2003. Un Comité national conjoint pour l'Académie de la Santé a alors été mis sur pied. Ce comité a sélectionné 21 écoles et a passé en revue les cours proposés. Le "Jordan Hashemite Fund for Human Development " a accepté de servir d'évaluateur indépendant de l'étude pilote.

L'OMS a formé des enseignants de chacune des écoles sélectionnées pour en faire des mentors, avec la collaboration des membres du Comité national pour l'Académie de la Santé et sous le patronage des Ministres de l'Education et de la Santé.

Le 23 février 2004, l'enquête de base a été menée dans les écoles. Les directeurs et les mentors ont été informés à ce sujet par les membres du Comité national.
Les cours ont été lancés le 25 février 2004. Des rapports bimensuels ont permis de suivre les progrès des cours dans les écoles et les élèves ont été soumis à la fin à une évaluation visant à mesurer les attitudes, les connaissances et les compétences acquises. Ils ont aussi été invités à évaluer les cybercours. Les résultats de cette évaluation ont été fournis par le "Jordan Hashemite Fund for Human Development".

Les élèves ont suivi deux cours, l'un sur la sécurité transfusionnelle et l'autre sur l'usage de tabac. Les résultats de l'étude pilote sont très positifs en ce qui concerne les connaissances, les attitudes et le comportement.

S'agissant de l'acquisition des connaissances une différence statistique significative a été relevée en faveur des étudiants inscrits aux cours de l'Académie de la Santé.

Certains changements d'attitudes et de comportement ont été mis en évidence. Dans le cas du cours sur la Sûreté du sang, ces changements concernaient la façon de parler du VIH/SIDA entre amis, avec les parents et entre frères et sœurs. Après le cours relatif à l'usage du tabac, ces changements ont surtout concerné le choix des amis, l'utilisation du tabac en présence d'élèves et les discussions en classe à ce sujet.

Un pourcentage élevé d'élèves a jugé que la durée des cours était adéquate, qu'ils étaient intéressants, faciles à utiliser et à manier, compréhensibles tant au niveau du contenu qu'à celui de la langue.