VIH/sida

Utilisation des antirétroviraux pour traiter la femme enceinte et prévenir l'infection à VIH chez le nourisson

Mise à jour programmatique

Partager

Informations sur la publication

Editeurs: OMS
Nombre de pages: 10
Date de publication: avril 2012
Langues: anglais, espagnol, francais, portugais
Numéro de référence OMS: WHO/HIV/2012.6

Télécharger

Présentation

De nouveaux éléments suggèrent que l’adoption d’un seul schéma universel utilisé à la fois pour traiter les femmes enceintes infectées par le VIH et prévenir la transmission mère-enfant de cette infection présenterait des avantages substantiels tant sur le plan clinique que programmatique. Cette simplification permettrait de maximiser le rendement des programmes de prévention de la transmission mère-enfant (PTME) par un meilleur alignement avec les programmes de traitement antirétroviral (TAR) et un renforcement des liens entre ces deux programme à tous les niveaux de prestation de services. L’option B, qui est l’une des deux options actuellement recommandées par l’OMS en matière d’antirétroviraux (ARV) pour la PTME, suit cette approche uniforme.

L’évolution de ces interventions se poursuit avec l’arrivée d’une troisième option, l’option B+, qui propose non seulement de fournir en consultation prénatale la même association de trois ARV à toutes les femmes enceintes infectées par le VIH, mais aussi de continuer ce traitement à vie chez toutes ces femmes. L’option B+ présente plusieurs avantages importants, notamment: une simplification supplémentaire des schémas et de la prestation de services, une meilleure harmonisation avec les programmes de TAR, une protection contre la transmission mère-enfant au cours des grossesses ultérieures, une prévention continue de la transmission sexuelle aux partenaires sérodiscordants pour le VIH et il n’est plus nécessaire d’arrêter puis de reprendre les ARV.

Lien