VIH/sida

Structure du HIVResNet

HIVResNet de l’OMS comprend à la fois un réseau de pays et d’institutions affiliées mettant en œuvre la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance du VIH et un réseau de laboratoires agréés exécutant des génotypages de qualité garantie pour aider la surveillance et le suivi des pharmacorésistances dans ces pays. Grâce à son comité d’orientation et à ses groupes de travail, il assure également des fonctions consultatives et d’évaluation pour l’équipe de l’OMS travaillant sur la pharmacorésistance du VIH et pour les pays et régions appliquant la stratégie.

Les principales entités au sein du HIVResNet de l’OMS sont les suivantes :

Comité d’orientation

À l’origine, le comité d’orientation du HIVResNet était présidé par deux responsables de l’International AIDS Society, cofondatrice du Réseau avec l’OMS. Il est convoqué par le secrétariat de l’OMS et se réunit au moins une fois par an. Ses fonctions sont les suivantes :

  • Évaluation de la mise en œuvre de la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance du VIH, dont les dépenses, et encadrement d’une évaluation externe au moins une fois tous les trois ans.

  • Examen du rapport annuel de l’équipe de la stratégie et avis sur les travaux futurs.

  • Évaluation des rapports du groupe consultatif du réseau de laboratoires et du groupe consultatif du réseau de surveillance et de suivi et recommandations à ces deux entités.

  • Examen de la structure et du fonctionnement des groupes de travail en cours et recommandations concernant des modifications de leur travail ou la nécessité de créer des groupes supplémentaires.

  • Contrôle de la pertinence des liens entre les travaux du réseau HIVResNet et les stratégies internationales de prévention du VIH et d’extension des traitements antirétroviraux et du soutien que le réseau leur apporte.


Le comité d’orientation du réseau HIVResNet compte au maximum 20 personnes (en dehors du secrétariat de l’OMS) et comprend :

  • Des représentants des comités internationaux sur les lignes directrices en matière de traitement antirétroviral, sur la prévention et sur la surveillance du VIH.

  • Des représentants de gouvernements, parmi lesquels ceux du Canada, des Etats-Unis d'Amérique, de l’Espagne et de l’Italie, qui soutiennent la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance et qui collaborent à sa mise en œuvre.

  • Des représentants des principales institutions et fondations donnant des fonds, comme le Fonds européen pour le sida et la Fondation William et Melinda Gates.

  • • Des représentants d’institutions collaborant avec l’OMS sur sa stratégie de lutte contre la pharmacorésistance du VIH, dont Pharmaccess, Médecins sans Frontières, Treat Asia, Les Centers for Disease Control and Prevention, l’Union européenne et des centres universitaires.

  • Des représentants des régions OMS mettant en œuvre activement des stratégies de lutte contre la pharmacorésistance du VIH.

  • Un représentant national d’un pays participant activement à la mise en œuvre de la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance du VIH dans chacune des régions actives de l’OMS.

  • Au moins un représentant de chacun des deux groupes consultatifs (voir ci-dessous).

  • Le secrétariat de la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance du VIH.


Le Réseau de surveillance et de suivi du HIVResNet

Ce réseau est composé de pays mettant en œuvre la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance du VIH et transmettant leurs données à l’OMS, ainsi que d’institutions affiliés et de personnes soutenant activement la mise en œuvre dans un ou plusieurs pays. Ce réseau est encadré par le Groupe consultatif du HIVResNet sur la surveillance et le suivi, réunissant au maximum 15 cliniciens, épidémiologistes, virologistes et statisticiens experts participant au travail sur les lignes directrices internationales concernant les traitements ARV, la prévention et l’évaluation de la pharmacorésistance du VIH et la prévention du VIH dans les institutions internationales et les pays en développement. Ses travaux sont soutenus par un secrétariat à l’OMS.

Groupe consultatif du HIVResNet sur la surveillance et le suivi

Ce groupe se réunit au moins une fois par an et les membres se consultent régulièrement par téléphone et communiquent par courrier électronique. Il a les fonctions suivantes :

  • Présenter des rapports au comité d’orientation du réseau OMS HIVResNet sur le fonctionnement du réseau mondial de surveillance et de suivi de la pharmacorésistance du VIH.

  • Recommander des points pour l’ordre du jour et proposer des questions à étudier par les groupes de travail sur la pharmacorésistance du VIH (surveillance et suivi ; information).

  • Revoir les lignes directrices produites par les groupes de travail surveillance et suivi, et information, ainsi que les rapports présentés par les consultants apportant une assistance technique.

  • Conseiller l’OMS, les ministères nationaux de la santé et les régions OMS sur la collecte, la compilation, l’interprétation et la communication des données sur la pharmacorésistance du VIH.

  • Aider l’OMS à conseiller les pays pour faire des recommandations de santé publique sur la base de leurs données sur la pharmacorésistance du VIH, mettre en œuvre ces mesures, ainsi que suivre et évaluer le fonctionnement des systèmes nationaux de prévention et d’évaluation de la pharmacorésistance du VIH.

  • Superviser la production des orientations relatives à la surveillance et au suivi de la pharmacorésistance du VIH par les groupes de travail et les consultants individuels.

  • Produire deux fois par an un rapport destiné au comité d’orientation et comprenant une synthèse des rapports des consultants.


Le Réseau de laboratoires du HIVResNet

Ce réseau se compose de laboratoires nationaux, régionaux, spécialisés et de formation qui remplissent les critères d’agrément de l’OMS pour exécuter le génotypage de la pharmacorésistance du VIH en appui de la surveillance et du suivi dans le cadre de la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance du VIH. Le site Web de l’OMS décrit plus en détails la structure de ce réseau.

Groupe consultatif du Réseau de laboratoires du HIVResNet

Le réseau est encadré par le groupe consultatif du HIVResNet, composé au maximum de 15 représentants de laboratoires agréés, consultants et experts de laboratoire. Leurs travaux sont soutenus par un secrétariat de l’OMS. Ce groupe se réunit au moins une fois par an et il a les fonctions suivantes :

  • Présenter des rapports au comité d’orientation du réseau OMS HIVResNet sur le fonctionnement du réseau de laboratoires.

  • Recommander des points pour l’ordre du jour et proposer des questions à étudier par le groupe de travail sur les laboratoires du HIVResNet.

  • Superviser le processus d’agrément des laboratoires.

  • Superviser le fonctionnement du système externe d’assurance qualité par un panel d’évaluation.

  • Recommander l’OMS et fournir l’encadrement de l’assistance technique à apporter aux laboratoires de génotypage dans les pays et les régions.

  • Revoir les lignes directrices produites par le groupe de travail sur les laboratoires, ainsi que les rapports présentés par les consultants apportant une assistance technique aux pays dans le domaine des laboratoires.

  • Recommander à l’OMS des études spéciales à faire exécuter par les laboratoires du réseau.

  • Faire des recommandations et encadrer l’élaboration de matériels de formation et la mise en œuvre de la formation relative à la stratégie des laboratoires en matière de pharmacorésistance du VIH.

  • Encadrer la production d’orientations relatives aux laboratoires par les groupes de travail.

  • Produire un rapport annuel pour le comité d’orientation, comportant une synthèse des rapports des consultants.

Groupes de travail du réseau OMS HIVResNet

L’OMS et le comité d’orientation convoquent des groupes de travail sur la pharmacorésistance du VIH pour assurer des fonctions bien précises, comme la production de documents d’orientation, la prestation d’une assistance technique pour l’OMS ou les pays, l’exécution de travaux de recherche ou d’évaluation dans le cadre de la stratégie OMS de lutte contre la pharmacorésistance du VIH ou encore les formations. Comme les groupes de travail peuvent comporter plusieurs sous-groupes axés sur différents projets, leur composition n’est pas limitée. Leurs réunions ont lieu en général sous la forme de téléconférences et des réunions consultatives peuvent être planifiées pour profiter de la présence de leur groupe dans les conférences internationales. Des réunions spéciales peuvent aussi être organisées pour faciliter des travaux spécifiques.


Structure du réseau OMS HIVResNet


Partager