Personnels de santé

Pour réaliser les OMD liés à la santé, le personnel est essentiel

De graves pénuries, l’éventail inapproprié des compétences et une répartition géographique mal équilibrée des personnels de santé sont des obstacles majeurs à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).*

Densité de personnel sanitaire pour 10 000 habitants dans 49 pays prioritaires

Seuls 5 des 49 pays classés parmi les économies à faible revenu par la Banque mondiale atteignent le seuil minimum de 23 médecins, infirmières et sages-femmes pour 10 000 habitants qui a été établi par l’OMS comme étant nécessaire pour assurer les soins maternels et infantiles les plus indispensables. La Stratégie mondiale des Nations Unies pour la santé de la femme et de l’enfant considère ces 49 pays comme prioritaires.

Les pays qui sont en dessous de ce seuil ont beaucoup de difficultés à dispenser des soins qualifiés lors de l’accouchement pour de nombreuses femmes enceintes, ainsi que des soins d’urgence et spécialisés aux nouveau-nés et aux jeunes enfants. Cela a des conséquences directes sur le nombre de décès de femmes et d’enfants.

Certains services liés à la grossesse peuvent être assurés par des agents de santé de niveau intermédiaire. Par ailleurs, les agents de santé communautaires peuvent dispenser certains services de santé infantiles vitaux, tels que les vaccinations et la prise en charge des pneumonies sans gravité. Ces personnels soignants ne sont pas pris en compte dans les calculs relatifs au seuil mentionné ci-dessus. Par conséquent, un personnel de santé efficace devrait résulter d’un équilibre soigneusement planifié entre professionnels, paraprofessionnels et agents communautaires.

Toutefois, dans presque tous les pays, l’éventail trop restreint des catégories d’agents de santé et de leurs compétences individuelles auquel vient s’ajouter la pénurie de personnels qualifiés dans les zones rurales reculées font que les femmes et les enfants sont privés de l’accès à des interventions et des services vitaux.

Une approche globale, soutenue par des orientations efficaces, une gouvernance et des systèmes d’information solides au niveau national, est nécessaire pour faire en sorte que des agents de santé qualifiés, motivés et épaulés soient au bon endroit au bon moment.

Ainsi, les autorités nationales peuvent axer leurs efforts sur un élargissement rapide des objectifs des programmes d’éducation et de formation, ainsi que sur des mesures visant à améliorer le recrutement, l’efficacité et la fidélisation des agents de santé – en particulier dans les zones rurales mal desservies – et des interventions visant à remédier aux déséquilibres dans la palette et l’utilisation des compétences dans le cadre des soins de santé primaires.

* Le personnel de santé est défini comme l’ensemble des personnes dont l’activité a pour objet essentiel d’améliorer la santé. Il s’agit des personnels soignants tels que les médecins, les infirmières, les sages-femmes, les pharmaciens et les agents communautaires, mais aussi des agents chargés de la gestion et de l’appui, tels que les administrateurs des hôpitaux, les responsables sanitaires de district et les travailleurs sociaux, qui consacrent la totalité ou une partie de leur temps à l’amélioration de la santé.

Liens

Pour plus d'informations, s'adresser à: baileyr@who.int

Partager