Pollution de l'air à l'intérieur des habitations

Multiplicité des liens entre l’énergie utilisée par les ménages et les objectifs du Millénaire pour le développemen

L’énergie est le fondement de toutes les activités économiques et une condition préalable au développement économique. En ce qui concerne l’énergie utilisée par les ménages, la dépendance par rapport à des combustibles et à des appareils polluants et inefficaces est à la fois une des causes et une des conséquences de la pauvreté : d’abord, les ménages pauvres n’ont souvent pas les ressources voulues pour acquérir d’autres combustibles et appareils plus propres et plus performants ; ensuite, l’utilisation de combustibles polluants et inefficaces et d’appareils ménagers peu élaborés limite les possibilités de développement économique et perpétue le cercle vicieux de la pauvreté et de la dépendance par rapport à ce type de combustibles et appareils.

Dans le monde entier, environ trois milliards de personnes continuent d’utiliser des combustibles solides, y compris des biocombustibles (bois, bouse, résidus agricoles) et le charbon, afin de satisfaire leurs besoins énergétiques les plus élémentaires. Le fait de cuisiner et de se chauffer avec des combustibles solides sur des feux ouverts ou sur des fourneaux traditionnels élève considérablement le niveau de pollution à l’intérieur des habitations. Cette pollution est due à toute une gamme de polluants néfastes pour la santé, tels que les microparticules et le monoxyde de carbone, et est responsable de 1,6 million de décès par an, provoqués pour la plupart par des infections respiratoires aiguës chez les enfants de moins de cinq ans. Dans les pays en développement où la mortalité est élevée, ce risque sanitaire, qui est négligé, est à l’origine de 3,7 % de tous les décès, ce qui en fait la cause de mortalité la plus dangereuse après la malnutrition, les rapports sexuels non protégés et l’absence d’approvisionnement en eau salubre et d’assainissement adéquats.

Les 191 Etats Membres de l’Organisation des Nations Unies se sont engagés à faire du droit au développement une réalité pour tout un chacun et ont arrêté une série d’objectifs spécifiques qui abordent de nombreux problèmes simultanément sur un large front. L’énergie utilisée par les ménages est inextricablement liée à plusieurs objectifs du Millénaire pour le développement et une amélioration dans l’accès à une énergie et à des pratiques énergétiques plus propres peut contribuer, de diverses façons, à les atteindre (voir tableau).

Eradiquer l’extrême pauvreté : L’une des cibles fixées pour mesurer les progrès accomplis dans la réalisation de l’objectif du Millénaire pour le développement 1 consiste à réduire de moitié la proportion de la population mondiale dont le revenu est inférieur à $1 par jour d’ici à 2015. Basé sur le lien solide qui existe entre le revenu et l’accès aux services énergétiques – que ce soit au niveau mondial ou au niveau national –, l’Agence internationale de l’Energie (AIE) prévoit que cet objectif ne sera atteint que si les gouvernements prennent des mesures décisives pour accélérer la transition vers l’emploi de combustibles modernes et briser le cercle vicieux de la pauvreté énergétique et du sous-développement humain dans les pays plus pauvres du monde.

En particulier, on ne pourra atteindre la cible de la réduction de la pauvreté que si le nombre de personnes qui dépendent presque entièrement de la biomasse traditionnelle pour la cuisine et le chauffage passe en dessous de 1,85 milliard. Toutefois, selon le scénario de référence de l’AIE, ce nombre passera de 2,40 milliards en 2002 à 2,55 milliards en 2015 et, même au-delà, à 2,63 milliards en 2030. Par conséquent, pour atteindre la cible de la réduction de la pauvreté en tenant compte de la croissance démographique, les gouvernements devront permettre à 700 millions de personnes supplémentaires d’utiliser des combustibles modernes pour la cuisine et le chauffage d’ici 2015. Les parties prenantes de différents secteurs aux niveaux local, national et international devront se concerter pour répondre à ce besoin.

Rendre compte sur l’indicateur de l’objectif du Millénaire pour le développement relatif à l’utilisation des combustibles solides : L’OMS est l’organisme qui est chargé de communiquer la proportion de la population utilisant des combustibles solides en tant qu’indicateur permettant de rendre compte des progrès réalisés vers l’objectif du Millénaire pour le développement 7 afin d’assurer un environnement durable. Cet indicateur est certes utilisé pour évaluer les progrès vers l’intégration des principes du développement durable dans les politiques et programmes nationaux et contrer la perte de ressources écologiques, mais les liens multiples avec l’ensemble des autres objectifs doivent être explicités.


Objectifs du Millénaire pour le développement Contribution des pratiques énergétiques améliorées des ménages
Objectif 1 : Réduire l’extrême pauvreté et la faim ·          La sécurité des moyens d’existence des ménages dépend de la santé de ses membres. Le fait de tomber malade ou de devoir soigner ses enfants malades réduit la capacité de gagner sa vie et entraîne des dépenses supplémentaires pour les soins de santé et les médicaments.
·          Le fait de consacrer de l’argent à l’achat de grandes quantités de combustibles à faible valeur calorique grève encore plus le budget modique des ménages.
·          Améliorer les pratiques énergétiques des ménages offre des possibilités de génération de revenus et de développement de petites entreprises : les fourneaux améliorés qui utilisent moins de combustible facilitent la préparation des aliments ; l’électricité est à la fois une source de lumière qui permet d’avoir des activités économiques le soir et une source d’énergie qui permet de faire fonctionner une machine à coudre ou un réfrigérateur.
Objectif 2 : Assurer l’éducation primaire pour tous ·          S’ils ne doivent pas rechercher du combustible ou s’ils sont moins malades, les enfants auront davantage de temps libre pour se rendre à l’école et faire leurs devoirs.
·          Un meilleur éclairage permet aux enfants d’étudier le soir sans que cela nuise à leur vision.
Objectif 3 : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ·          Le ramassage de combustible impose une lourde charge aux femmes en termes de temps. L’emploi d’appareils plus efficaces allégera cette corvée et réduira le temps consacré à la cuisine, ce qui permettra aux femmes d’entreprendre des activités génératrices de revenus, de suivre des cours pour adultes et de s’occuper des enfants.
·          Si les femmes et les jeunes filles n’ont plus à ramasser des combustibles loin de la maison, elles seront moins exposées aux attaques et aux violences.
·          La participation des femmes aux décisions du foyer en matière énergétique contribue à promouvoir l’égalité des sexes et à donner une certaine autonomie aux femmes. Le fait de posséder un fourneau moins polluant rehausse le prestige de la femme – à la fois directement car c’est un signe de richesse et indirectement car elle bénéficie ainsi d’une cuisine exempte de suie et de fumée.
Objectif 4 : Réduire la mortalité de l’enfant ·          Chaque année, la pollution de l’air à l’intérieur des habitations est responsable de près d’un million de décès chez les enfants de moins de cinq ans. Le fait de réduire l’exposition à la pollution à l’intérieur des habitations contribuera considérablement à faire baisser la morbidité et la mortalité infantiles.
·          L’exposition de l’embryon en cours de développement à la pollution à l’intérieur des habitations contribue probablement à la mortalité périnatale et à l’insuffisance pondérale à la naissance, facteur de risque majeur dans diverses maladies de l’enfance.
·          Le foyer de la cuisine et les lampes à kérosène sont à l’origine de nombreuses brûlures aux nourrissons et aux enfants qui commencent à marcher.
Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle ·          Les femmes, qui sont généralement chargées de la préparation des repas, sont davantage exposées au risque de problèmes respiratoires chroniques tels que les bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO). Le fait de réduire la pollution de l’air à l’intérieur des habitations permettra aux habitants de mieux respirer, notamment aux jeunes mères qui passent beaucoup de temps auprès du feu après la naissance de leur enfant.
·          Le fait de porter de lourdes charges est lié à un accroissement du risque de prolapsus. Une source de combustible plus accessible réduira la charge de travail et les risques sanitaires qui y sont associés.
Objectif 6 : Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies ·          Plusieurs études montrent que l’exposition à la pollution de l’air à l’intérieur des habitations accroît le risque de tuberculose. Responsable d’environ 1,6 million de décès par an, la tuberculose est l’une des principales causes mondiales de décès.
·          Les fourneaux traditionnels ont généralement un faible rendement calorique. En conséquence, un grand pourcentage d’énergie est perdu sous la forme de produits de combustion incomplète. Ceux-ci comprennent le gaz méthane qui a un effet de serre bien plus important que le CO2. Des technologies rationnelles sur le plan écologique, telles que des appareils à fort rendement énergétique et utilisant des sources renouvelables, permettent de réduire considérablement les répercussions néfastes sur l’environnement et la santé de l’homme.
·          La proportion de la population utilisant des combustibles solides (voir carte) constitue l’un des indicateurs qui servent à surveiller les progrès accomplis vers la réalisation de la cible 9, qui vise à intégrer les principes du développement durable dans les politiques et programmes nationaux et à contrer la déperdition des ressources environnementales.
Objectif 8 : Mettre en place un partenariat mondial pour le développement ·          Les programmes de développement et les partenariats doivent reconnaître le rôle fondamental que les pratiques énergétiques propres des ménages jouent dans le développement socio-économique.
Partager