Voyages internationaux et santé

Afrique de l’Ouest – Maladie à virus Ebola

28 mars 2014 – Des cas confirmés et présumés de maladie à virus Ebola (EVD) ont récemment été notifiés en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Les symptômes les plus couramment subis par les personnes infectées par ce virus sont l’apparition soudaine de fièvre, une faiblesse intense, des douleurs musculaires, des céphalées et un mal de gorge. Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhée, d’une éruption cutanée, d’atteintes rénales et d’un dysfonctionnement hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes. Les analyses biologiques font apparaître des numérations leucocytaire et plaquettaire basses et une élévation des enzymes hépatiques. Les personnes touchées sont infectieuses tant que leur sang et leurs sécrétions contiennent le virus Ebola. Les hommes qui se sont remis de la maladie peuvent encore transmettre le virus par le biais de leur sperme sur une durée allant jusqu’à sept semaines après la guérison. La période d’incubation (entre le moment où l’infection est contractée et l’apparition des symptômes) varie entre 2 et 21 jours.

Le risque d’infection est très faible pour les voyageurs car la plupart des infections humaines résultent d’un contact direct avec des fluides corporels ou des sécrétions de personnes infectées, en particulier dans les hôpitaux (transmission nosocomiale), de la mise en œuvre de procédures à risque, de l’utilisation de dispositifs médicaux contaminés (aiguilles et seringues notamment) ou de l’exposition sans protection à des fluides corporels contaminés. Les voyageurs devront éviter tout contact avec une personne infectée. Ceux qui dispensent des soins médicaux ou participent à l’évaluation d’une flambée devront porter des équipements de protection, y compris des masques, des gants, des blouses et des protections oculaires, et mettre en œuvre des mesures appropriées de lutte contre les infections et de stérilisation. Les cérémonies funéraires dans lesquelles les participants ont un contact direct avec le corps du défunt peuvent aussi jouer un rôle dans la transmission du virus Ebola.

Toute personne séjournant dans des zones où des cas d’infection par le virus Ebola ont récemment été notifiés devra connaître les symptômes d’une telle infection et solliciter un avis médical au premier signe de maladie. Il est conseillé aux praticiens prenant en charge des voyageurs revenant de ces zones et présentant des symptômes compatibles avec une infection par le virus Ebola de prendre en compte la possibilité d’une telle infection. Le paludisme, la fièvre typhoïde, la shigellose, le choléra, la leptospirose, la peste, la rickettsiose, la fièvre récurrente, la méningite, l’hépatite et d’autres fièvres hémorragiques virales sont des diagnostics différentiels à envisage chez ces patients.

En rapport avec cet événement, l’OMS ne recommande l’application d’aucune restriction aux déplacements ou au commerce.

Pour en savoir plus:

Partager