Knowledge management and health

Bibliothèques bleues


Contexte

Un contexte de pénurie d'information sanitaire

La pénurie de livres et de journaux médicaux dans beaucoup de bibliothèques universitaires des pays africains est quasi générale. Il n'est pas rare de voir que les seuls ouvrages disponibles dans ces bibliothèques datent de quelques décennies et qu'ils reposent sous un épais manteau de poussière car, à juste titre, personne ne les consulte. La richesse de ces bibliothèques se limite souvent à leur collection de thèses qui sont, elles, très consultées et recopiées. Sans budget, les bibliothèques sont vides de livres et de journaux mais non de clients. Car la soif d'information est bien réelle mais comparée à d'autres besoins, elle fait, à tort, figure de superflu.

En dehors des grandes villes, la situation est encore plus sombre. Les professionnels de la santé qui désirent se tenir informés ont peu de ressources. Les livres sont rares dans les centres de santé ou les hôpitaux. Les bibliothèques universitaires qui disposent de quelques ressources d'informations n'ont souvent pas les moyens d'entreprendre une diffusion de l'information qu'elles possèdent pour de multiples raisons : ressources limitées en papier pour les photocopies, services postaux peu fiables, manque de personnel, ignorance des besoins. Enfin les bibliothèques universitaires ne sont souvent pas mandatées pour faire ce travail car elles dépendent du Ministère de l'Education tandis que les centres de santé dépendent du Ministère de la Santé...et donc les responsabilités restent bien compartimentées.

L'opération Bibliothèques bleues est fondée sur plusieurs constatations:

  • Dans les activités de coopération technique de l'OMS, priorité a été donnée au développement des services de santé de district.
  • L'amélioration des services de santé communautaire repose en grande partie sur la formation et la mise à jour des connaissances du personnel de santé.

En raison des orientations de cette politique dans les pays, l'OMS et certains éditeurs (plus souvent anglophones que francophones) publient de nombreux manuels à l'intention des centres de santé de district mais la diffusion de ces ouvrages est souvent restreinte à quelques Ministères et à quelques individus chanceux qui ont leur nom sur la bonne liste de distribution.

L'activité des bibliothécaires dans de nombreux pays africains est limitée par le manque de crédits , de moyens et le faible statut dont ils jouissent. De plus, leur action reste circonscrite à l'institution ou l'université où ils exercent. Envisager qu'ils puissent fournir des services aux centres de santé éloignés reste du domaine de l'impossible en raison des difficultés citées plus haut.

Enfin la communauté des agents de santé de district en Afrique n'est que rarement en contact avec des livres et il en résulte que le réflexe de la lecture pour se former et s'informer ne fait pas partie des habitudes ou de la culture.

La démarche des Bibliothèques bleues consiste donc à inclure tout le savoir-faire des bibliothécaires, en amont, dans un module documentaire prêt à l'emploi et approprié aux districts de santé ; à mettre l'accent sur la diffusion des informations contenues dans cette Bibliothèque bleue au sein de la communauté sanitaire ; et à utiliser pour ce faire un responsable formé à cette mission. La Bibliothèque bleue ne prétend pas se substituer à la formation continue, mais sa mission est de servir de support validé pour les activités de formation, de promotion de la santé et d'information de la communauté dans les centres de santé périphériques.

Partager