Macroéconomie et Santé

Lettre d'information macroéconomie et santé

No. 14, février 2006

Ce numéro présente une partie seulement des travaux qui ont cours en macroéconomie et en santé dans un certain nombre de pays situés dans toutes les Régions de l’OMS. On trouvera davantage d’informations d’autres pays sur le site Web consacré à la macroéconomie et à la santé à www.who.int/macrohealth.

RAPPORTS NATIONAUX SUR LA MACROECONOMIE ET LA SANTE...

Ces derniers mois, plusieurs pays ont publié des rapports nationaux sur la macroéconomie et la santé, aboutissement des activités de suivi de la Commission Macroéconomie et Santé depuis 2001. L’axe de ces rapports et leur utilisation future varient d’un pays à l’autre. Dans des pays tels que le Ghana et l’Inde, le résultat a été un plan de santé chiffré qui tient compte de certains secteurs liés à la santé. Dans d’autres, tels que les 15 Etats Membres de la Communauté des Caraïbes, la Chine, le Mexique et Sri Lanka, un programme de recherche ciblée a été commandé afin de constituer les bases sur lesquelles s’appuieront la fixation des priorités nationales, la sensibilisation des décideurs et la planification future.

Un groupe consultatif technique du Cambodge examine comment augmenter et améliorer les ressources sanitaires

Le suivi de la Commission Macroéconomie et Santé par le Cambodge a consisté en une collaboration entre les principaux ministères du Gouvernement royal du Cambodge, les organisations de la société civile et des partenaires internationaux. Un groupe consultatif technique sur la macroéconomie et la santé a été constitué par le recrutement de personnels du Ministère de la Santé, du Ministère de l’Economie et des Finances et du Ministère de la Planification. Ce groupe a mené une série d’activités pour examiner la qualité et la quantité du financement octroyé au secteur de la santé publique, y compris un colloque national sur la recherche qui a réuni des organisations de la société civile, des partenaires internationaux et des administrateurs de ces trois ministères. Dans le cadre de ce processus, le groupe consultatif a rédigé un rapport commun intitulé Financing the Cambodian public health sector (Financement du secteur de la santé publique du Cambodge). Comme le pays consacre déjà un grand pourcentage de son budget national à la santé, ce document réunit les compétences techniques et institutionnelles des trois Ministères pour étudier la question de savoir comment le secteur de la santé publique peut mieux profiter des ressources actuellement disponibles tout en examinant la possibilité d’augmenter les flux de ressources.

Pour plus d’informations, voir http://www.who.int/macrohealth/action/cambodia_tag_report.pdf.

Commission des Caraïbes sur la Santé et le Développement : Réunir des données et proposer des solutions

Le but du document intitulé Report of the Caribbean Commission on Health and Development (Rapport de la Commission des Caraïbes sur la Santé et le Développement) consiste à analyser différents aspects de la situation sanitaire aux Caraïbes, présenter la nature des problèmes rencontrés et proposer des solutions éventuelles pour examen. Les travaux de cette Commission – initiative infrarégionale – se placent dans le cadre de l’élargissement de l’intégration dans les 15 pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) à cause de l’évolution des accords politiques, et notamment du marché et de l’économie uniques des Caraïbes. Ce rapport examine en détail la charge des maladies non transmissibles et note que, vers la fin des années 90, les maladies cardio vasculaires, le diabète sucré et le cancer représentaient 51 % des décès dans les Caraïbes. Il donne des preuves des retombées économiques en faveur de la santé de par l’impact de la santé sur l’investissement étranger direct et le tourisme. La Commission consacre également une place considérable à la pénurie critique d’infirmiers(ères) due aux migrations.Afin de réduire la participation financière des usagers, le rapport recommande que les services de santé publique soient pleinement financés sur des fonds publics et envisage la mise en place d’une assurance maladie à l’échelle des Caraïbes.

Le rapport de la Commission a été présenté à la vingt-sixième réunion des chefs de gouvernement de la CARICOM qui ont demandé que ce rapport soit distribué à toutes les parties prenantes et qu’un programme de mise en oeuvre soit mis au point.

Pour plus d’informations, cliquez sur le site : http://www.who.int/macrohealth/action/PAHO_Report.pdf.

Chine : Réduire les poches de pauvreté et soutenir la croissance économique à long terme

L’axe des travaux sur la macroéconomie et la santé en Chine a été de présenter des données pour montrer qu’il était nécessaire d’accroître le rôle du Gouvernement en vue de garantir à la population des soins de santé de qualité et financièrement abordables. Le rapport sur la macroéconomie et la santé de la Chine intitulé China: health, poverty and economic development (Chine : santé, pauvreté et développement économique), fait ressortir les obstacles qui empêchent l’accès financier aux services médicaux, avec 70 % de la population qui ne se font pas soigner et citent comme raison des difficultés financières. Il y a des failles de plus en plus marquées dans le système de santé et le coût des soins augmente en flèche. Pourtant, toutes les données montrent qu’un mauvais état de santé peut avoir un impact considérable sur la productivité totale des facteurs, qui jouera un rôle de plus en plus important pour soutenir le taux de croissance économique élevé de la Chine ces prochaines années. Le rapport passe en revue les stratégies actuellement suivies par le Gouvernement pour traiter cette question, ainsi que les stratégies en cours de planification.

Pour plus d’informations, voir le site http://www.who.int/macrohealth/action/CMH_China.pdf .

Vers la réalisation des cibles en matière de santé : Plan d’investissement dans la santé pour le Ghana

Le rapport de l’initiative du Ghana sur la macroéconomie et la santé intitulé Scaling-up health investments for better health, economic growth and accelerated poverty reduction (Intensification des investissements en faveur de la santé, de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté) met en place une stratégie pluriannuelle pour mettre à l’échelle un module de soins prioritaire afin d’améliorer les résultats sanitaires et d’élargir l’accès des pauvres aux soins. Ce module comprend des interventions sanitaires essentielles, le développement des systèmes de santé, des services proches du client et une amélioration de l’accès à l’eau et à l’assainissement. Le plan d’investissement du rapport détaille les conditions de ressources, les failles dans le financement et l’allocation des ressources conformément aux priorités en matière de politique. L’initiative a découvert qu’il faudrait US $5 milliards de plus pour la période 2002-2015 pour atteindre les priorités nationales en matière de santé. Ce rapport montre également les liens entre la santé et le développement au Ghana ; par exemple, il est estimé qu’en raison de la faible espérance de vie dans le pays (57 ans), le Ghana perd environ US $620 millions en production annuelle.

Le rapport de l’initiative suit de près les activités de planification en cours et achevées, telles que la stratégie ghanéenne de réduction de la pauvreté, le cadre des dépenses à moyen terme et le programme de travail du Ministère de la Santé. Ses conclusions sont utilisées par le système des Nations Unies pour éclairer l’évaluation de la composante santé du projet Millénaire au Ghana et en tant que référence dans la préparation de la proposition pour le Millennium Challenge Account des Etats-Unis d’Amérique. Il sera également employé dans les discussions avec les donateurs sur les options concernant le financement du plan d’investissement dans la santé, y compris la part du récent allègement de la dette du Ghana, à savoir US $4 milliards, qui sera consacrée à la santé.

Pour plus d’informations, voir le site http://www.who.int/macrohealth/action/GMHIFinalReport-web.pdf.

Partager