Macroéconomie et Santé

Lettre d’information Macroéconomie et Santé

No 12, janvier 2005

Une nouvelle commission s'appuie sur le processus macroéconomie et santé pour améliorer la situation sanitaire et instaurer une plus grande équité en santé

Trois ans après le début du processus macroéconomie et santé dans les pays, de nombreux gouvernements considèrent la santé comme un investissement important pour l'avenir de leur pays. L'action est menée dans les pays par des commissions ou d'autres organes nationaux auxquels participent les ministères de la santé, de la planification et des finances, et qui sont chargés de déterminer les interventions prioritaires, d'en calculer le coût et d'étudier comment mobiliser et dépenser les fonds destinés à la santé publique. Leurs travaux fournissent des informations utiles pour la planification de la santé et du développement dans le pays.

L'action macroéconomie et santé sera bientôt complétée dans les pays par les travaux de la nouvelle Commission des déterminants sociaux de la santé. Cette commission a été créée dans le sillage de l'Assemblée mondiale de la Santé de 2004, quand l'OMS a annoncé qu'elle amorçait un processus axé sur les causes sociales des inégalités en santé.

Il est largement admis que de nombreux déterminants de la santé sont extérieurs au secteur de la santé. Les facteurs sociaux comme la sécurité alimentaire, l'exclusion sociale et la discrimination, les zones de peuplement, le développement pendant la petite enfance et les conditions d'emploi sont à l'origine d'une part importante de la morbidité et de la mortalité dans le monde et comptent parmi les principaux facteurs de stratification de l'état de santé dans les pays et entre les pays. La Commission des déterminants sociaux de la santé, qui commencera ses travaux en mars 2005, s'appuiera donc sur l'action déjà entreprise pour améliorer la situation sanitaire et instaurer une plus grande équité en santé. Elle mettra en évidence les données scientifiques et les possibilités à exploiter pour agir sur les déterminants sociaux de la santé et renforcera le leadership politique en général et dans le domaine de la santé publique en particulier.

Plusieurs pays pilotes entreprendront de mettre en œuvre les idées de la Commission en tenant compte des enseignements du processus macroéconomie et santé. Celui-ci consiste notamment à développer les moyens dont disposent les pays d'entreprendre des travaux de recherche qui débouchent sur des politiques et de gérer l'information. Il s'agira d'un élément capital des réseaux de connaissances qui seront mis en place par la Commission. Ces réseaux s'articuleront autour de neuf déterminants sociaux de la santé. Composés d'experts du monde entier et d'un noyau d'organisations, ils s'emploieront à regrouper les informations qui montrent la nécessité et les possibilités d'agir sur les déterminants sociaux de la santé, à diffuser ce savoir et à encourager sa mise en application. Ils s'attacheront à enrichir les connaissances et à renforcer le leadership pour s'attaquer aux grands déterminants sociaux en appliquant des politiques éclairées et des mesures efficaces et équitables.

Grâce à la Commission Macroéconomie et santé (CMH), les mentalités changent depuis 2001 : la santé n'est plus considérée comme une dépense mais comme un investissement. En faisant prendre conscience aux grands décideurs de l'importance des investissements dans la santé, la CMH et l'action entreprise par la suite ont ouvert la voie à d'autres initiatives en faveur de la santé et du développement. La Commission Macroéconomie et santé a donné une idée complète de la relation de circularité entre la santé, le développement et la pauvreté et de ce qu'elle implique pour l'élaboration d'une politique ; la Commission des déterminants sociaux de la santé, quant à elle, jettera les bases de processus durables permettant de caractériser ces déterminants et de les intégrer dans la politique et la pratique de santé publique.

Pays développés et pays en développement manifestent leur attachement au principe d'équité et leur volonté de lutter contre la pauvreté sous tous ses aspects par les efforts qu'ils font pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement. Conjugués à l'action entamée par la CMH, les travaux de la Commission des déterminants sociaux de la santé ajouteront une pierre à l'édifice complexe d'un développement sanitaire durable et équitable.

Timothy G. Evans
Sous-Directeur général, Bases factuelles et information à l'appui des politiques, OMS

Partager