Centre des médias

Vaccins: ralliez-vous aux faits, pas aux idées fausses

Dr Flavia Bustreo,
Sous-Directeur général de l’OMS pour la Santé de la famille, de la femme et de l’enfant et co-Présidente du Conseil d’administration de l’Alliance Gavi

Commentaire
26 avril 2017

Hans Rosling était un brillant statisticien, médecin et communicateur qui comprenait vraiment l'intérêt de la vaccination.

Le Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l’OMS, Santé de la famille, de la femme et de l’enfant
Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l’OMS
OMS

Il était l’un des plus grands pourfendeurs d’idées fausses et il a demandé une fois à son audience au Forum économique mondial à Davos: «Quel est le pourcentage d’enfants actuellement vaccinés contre la rougeole: 30%, 50% ou 85%?». La plupart des gens présents, parmi les plus grands esprits de la planète, se sont trompés. Seul 1 sur 5 a donné la bonne réponse: 85%.

Hans Rosling racontait cette histoire pour faire bien comprendre combien peu d’entre nous saisissent l’impact positif de la vaccination. Un si faible pourcentage de bonnes réponses, disait-il, montrait clairement les idées préconçues. Pour la plupart des personnes présentes, ce n’était pas seulement l’ignorance des faits, c’était aussi le manque de connaissance de l’effet incroyable de la vaccination.

Malheureusement Hans Rosling est décédé en février et il n’est plus là pour rétablir la vérité. La vaccination est une des innovations scientifiques les plus incroyables. Elle a contribué à prévenir un grand nombre de décès, principalement chez les enfants, et elle a permis d'augmenter de façon spectaculaire l’espérance de vie et le développement. On estime que chaque dollar investi dans cette intervention rapporte 16 dollars en termes d’économie en soins de santé et d’augmentation de la productivité.

Revenons aux chiffres. Une couverture mondiale de 80% pour la rougeole est bien meilleure que 30 ou 50% mais elle reste bien inférieure aux 95% requis pour garantir la protection de l’ensemble de la population. Il y a quelques semaines seulement, le ministre de la Santé roumain a indiqué que 17 enfants étaient morts au cours d’une épidémie de rougeole avec des milliers de personnes infectées, la plupart vivant dans des zones de faible couverture vaccinale.

Cela arrive trop facilement quand les enfants n’ont pas les vaccins indispensables, raison pour laquelle nous devons nous efforcer bien davantage d’augmenter la couverture vaccinale (il n’y a eu une hausse que de 1% à l’échelle mondiale depuis 2010) pour toutes les maladies évitables par la vaccination et pas seulement pour la rougeole.

Tenez-vous en aux faits

Malgré les progrès fantastiques de la vaccination ces dernières décennies, 1,5 million d’enfants meurent toujours chaque année de maladies à prévention vaccinale. Et tous les progrès que nous avons faits ne sont pas assurés. L’an dernier, 25 pays ont indiqué une diminution nette de la couverture vaccinale depuis 2010.

Il y a à cela, un certain nombre de raisons. Dans certains pays, l’approvisionnement régulier et la conservation au froid continuent de poser des difficultés. Dans d’autres cas, les vaccins sont disponibles, mais les idées fausses dissuadent les parents de faire vacciner leurs enfants. Nous devons rétablir la vérité et promouvoir plus largement les avantages de la vaccination.

Cinq faits essentiels sur la vaccination.

«Les vaccins sont disponibles, mais les idées fausses dissuadent les parents de faire vacciner leurs enfants. Nous devons rétablir la vérité et promouvoir plus largement les avantages de la vaccination.»

Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l’OMS pour la Santé de la famille, de la femme et de l’enfant et co-Présidente du Conseil d’administration de l’Alliance Gavi

Fait N°1: L’immunisation par la vaccination est le moyen le plus sûr de se protéger contre la maladie.

Quoi que vous puissiez lire ou entendre, les vaccins confèrent une réponse immunitaire semblable à celle produite par l’infection naturelle, mais sans les risques sérieux de mort ou d’incapacité allant de pair avec la maladie.

Fait N°2: Il vaut toujours mieux se faire vacciner, même si vous pensez que le risque infectieux est faible.

Les maladies mortelles qui semblent avoir disparu mais n’ont pas été éradiquées ont la mauvaise habitude de faire leur retour quand les taux de vaccination baissent, comme nous avons pu l’observer avec les épidémies récentes de rougeole dans toute l’Europe. C’est en s’assurant que chacun ait bien toutes ses vaccinations que nous pouvons contrôler en permanence les maladies à prévention vaccinale. Nous ne devons pas nous fier à ceux qui nous entourent pour stopper la propagation des maladies, nous avons tous la responsabilité de faire tout ce que nous pouvons.

Fait N° 3: Les vaccins associés sont sûrs et bénéfiques.

L’administration simultanée de plusieurs vaccins n’a aucun effet négatif sur le système immunitaire d’un enfant, elle réduit l’inconfort pour lui et permet d’économiser du temps et de l’argent. Un simple rhume expose les enfants à davantage d’antigènes que les vaccins.

Fait N°4: Il n’y a aucun lien entre les vaccins et l’autisme.

Il n’y aucune preuve scientifique associant le vaccin ROR à l’autisme ou aux troubles autistiques. Cette malheureuse rumeur a été lancée par une étude de 1998 pour laquelle il s’est rapidement avéré qu’elle était sérieusement biaisée et qui a été retirée du journal qui l’avait publiée.

Fait N°5: Si nous arrêtons la vaccination, les maladies mortelles reviendront.

Même avec l’amélioration de l’hygiène, de l’assainissement et de l’accès à l’eau potable, les infections se propagent. Quand les populations ne sont pas vaccinées, les maladies infectieuses devenues rares peuvent rapidement revenir en force.

Lorsqu’on a des questions sur les vaccins, il faut les poser aux personnels soignants et vérifier les informations sur des sites sûrs du web. Le réseau pour la sécurité des vaccins (Vaccine Safety Net) est un réseau mondial de sites certifiés par l’OMS sur la sécurité des vaccins donnant des informations fiables et exactes. Il compte 47 sites dans 12 langues et donne chaque mois à plus de 173 millions d’utilisateurs des informations dignes de foi sur la sécurité des vaccins, contribuant ainsi à contrecarrer la désinformation néfaste.

Nous avons la chance incroyable de vivre à une époque ayant connu et maîtrisé avec succès le pouvoir des vaccins. Comme Hans Rosling aurait pu l’avoir dit, tenons-nous en aux faits et veillons à ce que chacun soit vacciné.


En savoir plus sur la Semaine mondiale de la vaccination.