Centre des médias

Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)

Aide-mémoire N°290
Octobre 2013


Principaux faits

  • À l’échelle mondiale, le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans a chuté de 12,6 millions en 1990 à 6,6 millions en 2012.
  • Dans les pays en développement, le pourcentage d’enfants de moins de cinq ans présentant un déficit pondéral, a régressé de 28% en 1990 à 17% en 2012.
  • Si le pourcentage de naissances assistées par du personnel de santé qualifié a augmenté à l’échelle mondiale, moins de 50% des naissances bénéficient d’une telle assistance dans la Région africaine de l’OMS.
  • Au niveau mondial, le nombre de nouvelles infections par le VIH a régressé de 33% entre 2001 et 2012.
  • Le nombre de cas existants de tuberculose est en baisse, de même que la mortalité parmi les cas de tuberculose négatifs pour le VIH.
  • En 2010, l’objectif du Millénaire pour le développement concernant l’accès à l’eau potable, mesuré au moyen d’un indicateur de l’accès à des sources d’eau de boisson améliorées, a été atteint au niveau mondial mais il reste beaucoup à faire pour atteindre la cible en matière d’assainissement.

Les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies désignent huit objectifs que les États Membres de l’ONU sont convenus de s’efforcer de réaliser d’ici l’année 2015.

Dans la Déclaration du Millénaire pour le développement des Nations Unies, signée en septembre 2000, les dirigeants mondiaux s’engagent à combattre la pauvreté, la faim, la maladie, l’illettrisme, la dégradation de l’environnement et les discriminations à l’égard des femmes. Les OMD sont définis à partir de cette déclaration. Chacun d’eux est assorti de cibles pour 2015 et d’indicateurs pour suivre les progrès à partir des niveaux de 1990. Plusieurs concernent directement la santé.

Rapport de situation sur les OMD liés à la santé

Si certains pays ont accompli des progrès impressionnants vers la réalisation des objectifs liés à la santé, d’autres sont en retard. Les pays ayant le moins progressé sont souvent des États fortement touchés par le VIH/sida, des difficultés économiques ou des conflits.

Objectif du Millénaire pour le développement 1: éradiquer l’extrême pauvreté et la faim

Cible 1.C: réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim

On estime que la malnutrition est la cause sous-jacente de 45% des décès d’enfants de moins de cinq ans. Le pourcentage d’enfants présentant un déficit pondéral dans les pays en développement a régressé de 28 à 17% entre 1990 et 2012. Le rythme des progrès est proche de celui nécessaire pour atteindre la cible d’OMD, néanmoins les améliorations sont irrégulièrement réparties entre les différentes régions et à l’intérieur de celles-ci.

Objectif du Millénaire pour le développement 4: réduire la mortalité infantile

Cible 4.A: réduire des deux-tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans

À l’échelle mondiale, des progrès importants ont été obtenus dans la réduction de la mortalité des enfants de moins de cinq ans. En 2012, 6,6 millions d’enfants de moins de cinq ans sont morts, contre 12,6 millions en 1990. Entre 1990 et 2012, la mortalité des moins de cinq ans a baissé de 47%, soit une diminution du taux de mortalité estimé de 90 à 48 décès pour 1000 naissances vivantes. Le rythme mondial de cette baisse s’est aussi accéléré au cours des dernières années – passant de 1,2% par an sur la période 1990-1995 à 3,9% pendant les années 2005-2012. Malgré cette amélioration, il est peu probable que le monde atteigne la cible d’OMD consistant à réduire des deux tiers les taux de mortalité entre 1990 et 2015.

Davantage de pays obtiennent maintenant des taux de couverture vaccinale élevés; en 2012, 66% des États Membres avaient atteint un taux de couverture de 90% au moins. En 2012, la couverture mondiale par la vaccination antirougeoleuse était de 84% chez les enfants de 12 à 23 mois. Entre 2000 et 2011, le nombre estimé de décès dus à la rougeole a diminué de 71%, et a été ramené de 548 300 à 157 700.

Objectif du Millénaire pour le développement 5: améliorer la santé maternelle

Cible 5.A: réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle

Cible 5.B: rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015

Malgré une baisse importante du nombre de décès maternels - passé selon les estimations de 543 000 en 1990 à 287 000 en 2010 – le rythme de baisse est à peine de moitié de celui qui serait nécessaire pour atteindre la cible d’OMD consistant à réduire de trois quarts le ratio de mortalité maternelle entre 1990 et 2015.

Pour que la mortalité maternelle diminue, il faut que les femmes aient accès à des soins de qualité et à des interventions efficaces dans le domaine de la santé génésique. En 2010, 63% des femmes de 15 à 49 ans mariées ou vivant en union consensuelle utilisaient une forme de contraception, tandis que 12% de celles souhaitant ne plus avoir d’enfants ou différer la prochaine grossesse ne bénéficiaient d’aucune contraception.

Le pourcentage de femmes ayant bénéficié de soins anténatals au moins une fois pendant leur grossesse était de 81% environ sur la période 2005-2012, mais le pourcentage de celles ayant bénéficié de quatre visites anténatales ou plus (soit le nombre minimum recommandé) chutait en revanche à 55% environ.

Le pourcentage de naissances assistées par du personnel médical qualifié – paramètre déterminant dans la réduction de la mortalité périnatale, néonatale et maternelle – est supérieure à 90% dans les six régions de l’OMS. Une augmentation de cette couverture est néanmoins nécessaire dans certaines régions comme la Région africaine où le taux reste inférieur à 50%.

Objectif du Millénaire pour le développement 6: combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies

Cible 6A: d’ici 2015, avoir enrayé la propagation du VIH/sida et commencer à inverser la tendance actuelle

Cible 6B: d’ici 2010, assurer à tous ceux qui en ont besoin l’accès au traitement contre le VIH/sida

Le nombre de personnes nouvellement infectées par le VIH en 2012 a été estimé à 2,3 millions – soit une baisse de 23% par rapport aux 3,4 millions de nouvelles infections enregistrées en 2001. C’est en Afrique sub-saharienne que vivaient 70% des personnes ayant contracté une infection à VIH dans le monde.

On estimait à 35 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH en 2012, un chiffre en augmentation par rapport aux années précédentes. Comme l’accès au traitement antirétroviral s’améliore dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (un peu plus de 9,7 millions de d’habitants de ces pays recevaient le traitement en 2012), la population vivant avec le VIH continuera de s’accroître car le nombre de personnes mourant de causes liées au sida diminue.

Cible 6C: d’ici à 2015, avoir maîtrisé le paludisme et d’autres maladies graves et commencer à inverser la tendance actuelle

Paludisme
Près de la moitié de la population mondiale est exposée au risque de paludisme et sur les 219 millions de cas estimés en 2010, l’on a enregistré environ 660 000 décès– pour la plupart des enfants de moins de cinq ans vivant en Afrique. Les progrès en matière de réduction de l’incidence et des taux de mortalité ont été plus rapides dans les pays où le nombre de cas et de décès était le plus faible. Néanmoins on estime avoir évité davantage de cas et de décès entre 2001 et 2010 dans les pays à plus forte charge de la maladie en 2000.

La couverture par des interventions telles que la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide et les pulvérisations intradomiciliaires d’insecticides à effet rémanent doit être maintenue pour prévenir la résurgence de la morbidité et de la mortalité dues au paludisme.

Tuberculose
Le nombre annuel de nouveaux cas de tuberculose dans le monde diminue lentement depuis 2006 et a chuté de 2,2% entre 2010 et 2011. On estime que 8,7 millions de nouveaux cas de tuberculose sont apparus en 2011, parmi lesquels 13% de personnes vivant avec le VIH. La mortalité due à la tuberculose a régressé de 41% depuis 1990 et tend vers une réduction à l’échelle mondiale de 50% à l’horizon 2015. Les taux d’incidence sont aussi en baisse dans l’ensemble des six régions de l’OMS. À l’échelle mondiale, les taux de succès thérapeutique se sont maintenus à des niveaux élevés supérieurs ou égaux à la valeur cible de 85% depuis 2007.

Autres maladies
Les maladies tropicales négligées sont un groupe hétérogène de pathologies provoquées par une diversité d’agents pathogènes: virus, bactéries, protozoaires et helminthes.

Les 17 maladies jugées prioritaires par l’OMS touchent plus d’un milliard de personnes et occasionnent d’immenses souffrances et de nombreux décès. Elles sont présentes dans 149 pays, entraînent de multiples infections chez la même personne et sont presque toujours associées à la pauvreté.

Malgré une nouvelle dynamique qui a permis des progrès sans précédent, les maladies tropicales négligées demeurent un obstacle à la santé, une entrave la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et un obstacle à la lutte contre la pauvreté et au développement économique.

Deux des 17 maladies font l’objet de campagnes d’éradication: la dracunculose (maladie due au ver de Guinée) d’ici 2015, et le pian d’ici 2020, et quatre autres de campagnes d’élimination: le trachome cécitant , la trypanosomiase humaine africaine, la lèpre et la filariose lymphatique, d’ici 2020.

Objectif du Millénaire pour le développement 7: assurer un environnement durable

Cible 7C: réduire de moitié d’ici 2015 le pourcentage de la population qui n’a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable et à un système d’assainissement de base

Le monde a maintenant atteint la cible d’OMD relative à l’accès à une eau de boisson sans risque sanitaire. En 2010, 89% de la population utilisait une source de boisson améliorée alors que ce chiffre n’était que de 76% en 1990. Les progrès ne sont cependant pas homogènes entre les différentes régions, entre les zones rurales ou urbaines, riches ou pauvres.

Concernant l’assainissement de base, les taux actuels de progression sont trop faibles pour que la cible d’OMD soit atteinte à l’échelle mondiale. En 2010, 2,5 milliards de personnes n’avaient pas accès à des installations d’assainissement améliorées dont près d'un milliard continuent à déféquer à ciel ouvert. Le nombre de personnes vivant dans des zones urbaines et privées d’accès à un assainissement amélioré est en augmentation en raison du développement démographique rapide de ces zones.

Objectif du Millénaire pour le développement 8: mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Cible 8E. En coopération avec l'industrie pharmaceutique, rendre les médicaments essentiels disponibles et abordables dans les pays en développement

De nombreuses personnes sont confrontées à la rareté des médicaments dans le secteur public, ce qui les contraint à s’adresser au secteur privé, dont les prix peuvent être substantiellement plus élevés. Les enquêtes menées entre 2007 et 2012 montrent que la disponibilité d’une sélection de médicaments génériques n’était en moyenne que de 57% dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Les prix acquittés par les patients dans le secteur privé pour les génériques les moins coûteux étaient en moyenne cinq fois supérieurs au prix de référence international de ces médicaments et pouvaient atteindre jusqu’à 16 fois environ ce prix dans certains pays. En conséquence, même les génériques les moins onéreux peuvent mettre des traitements courants hors de portée des ménages à faible revenu dans les pays en développement. Le prix le plus élevé est payé par les malades souffrant de maladies chroniques. Il existe des traitements efficaces pour la majorité des pathologies chroniques que l’on rencontre dans le monde, mais l’accès universel à ces traitements reste impossible.

Action de l’OMS

L’OMS collabore avec ses partenaires pour appuyer les efforts nationaux en vue d’atteindre les OMD liés à la santé. L’OMS s’emploie notamment:

  • à définir des directives préventives et thérapeutiques et d’autres normes et critères;
  • à fournir une assistance technique aux pays pour mettre en œuvre les directives;
  • à analyser les facteurs sociaux et économiques et à faire ressortir les risques plus généraux et les opportunités pour la santé.

L’OMS aide les autorités nationales à élaborer des politiques et des plans sanitaires et les gouvernements à collaborer avec les partenaires au développement pour que l’assistance venant de l’extérieur réponde aux priorités domestiques. L’Organisation collecte et diffuse des données sur la santé pour permettre aux pays de planifier leurs dépenses sanitaires et de suivre les progrès.

Partager

Pour plus d'informations:

WHO Media centre
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int