Centre des médias

La santé des populations autochtones

Aide-mémoire N°326
Octobre 2007

Qu'entend-on par populations autochtones?

On estime que les populations autochtones représentent 370 millions de personnes vivant dans soixante-dix pays à travers le monde. Leur diversité est grande en matière de culture, de religion, de tradition, de langue et de parcours historique, mais elles continuent pourtant à faire partie des groupes de population les plus marginalisés de la planète. L'état de santé des populations autochtones diffère considérablement de celui des autres groupes de population, où que ce soit dans le monde.

Aucune définition du mot "autochtone" n'a été adoptée par le système des Nations Unies en raison de la diversité des populations autochtones du monde. On a préféré élaborer une notion moderne et inclusive selon laquelle les peoples "autochtones" sont ceux qui:

  • se reconnaissent eux-mêmes comme tels et sont reconnus et acceptés en tant qu'autochtones par leur communauté;
  • font preuve d'une continuité historique avec les sociétés précoloniales;
  • entretiennent des liens étroits avec leurs territoires et les ressources naturelles qui les entourent;
  • disposent de systèmes sociaux. économiques ou politiques distincts;
  • pratiquent des langues, des cultures et des croyances distinctes;
  • constituent des groupes non-dominants au sein de la société;
  • sont résolus à conserver et reproduire leurs environnements et leurs systèmes ancestraux en tant que populations et communautés distinctes.

Dans certaines régions, on préfère parfois utiliser d'autres termes tels que tribus, premiers habitants/premières nations, aborigènes, groupes ethniques, adivasi et janajati. Tous ces termes recouvrent la notion moderne de populations "autochtones".1

"Les populations autochtones restent en marge de la société: elles sont plus pauvres, moins bien éduquées, vivent moins longtemps, sont beaucoup plus susceptibles de se suicider et leur état de santé est généralement plus mauvais que celui du reste de la population". (Source: The Indigenous World 2006, International Group on Indigenous Affairs (IWGIA), Statut consultatif auprès de l'ECOSOC, p10)

Le concept autochtone en matière de santé et de guérison

Selon la définition qu'en donne la Constitution de l'OMS, la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. Cette définition va au-delà du paradigme biomédical occidental traditionnel qui traite le corps, l'esprit et la société comme des entités séparées en reflétant une conception plus holistique de la santé. Les populations autochtones ont une conception similaire de la santé, car elles considèrent que le bien-être est affaire d'harmonie entre les individus, les collectivités et l'univers.

Dans toutes les régions du monde les pratiques traditionnelles cohabitent avec les soins médicaux à l'occidentale. Cependant, pour les populations autochtones, les systèmes traditionnels jouent un rôle particulièrement vital dans leurs stratégies de guérison. Selon les estimations de l'OMS, au moins 80% de la population des pays en développement s'en remet aux systèmes traditionnels en tant que principale source de soins.2

"Les enfants nés dans des familles autochtones vivent souvent dans des régions reculées où les pouvoir publics n'investissent pas dans les services sociaux de base. Il en résulte que les enfants et les jeunes autochtones n'ont que peu ou pas du tout accès à des soins de santé, à une éducation de qualité, à la justice et à la participation. Ils risquent particulièrement de ne pas être enregistrés à la naissance et d'être privés d'identité." (Source: United Nations Permanent Forum on Indigenous Issues, Fourth Session, UN Document E/C.19/2005/2, Annex III, Item 13)

Instantanés du monde entier

Diabète: dans certaines régions de l'Australie, les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres présentent des taux de prévalence du diabète pouvant atteindre 26%, c'est-à-dire six fois plus élevés que dans la population générale.3

Conditions de vie: chez les Twas du Rwanda, la prévalence de mauvaises conditions d'assainissement et le manque d'eau potable est respectivement sept et deux fois supérieure à celle de la population nationale.4

Santé génésique: dans les minorités ethniques du Vietnam, plus de 60% des accouchements se déroulent en l'absence de soins prénatals contre 30% dans la population Kinh, qui constitue la majorité ethnique du Vietnam.5

Suicide: chez les jeunes Inuits du Canada, les taux de suicide sont parmi les plus élevés du monde et onze fois supérieurs à la moyenne nationale.6

Mortalité infantile: La mortalité infantile moyenne chez les autochtones du Panama est plus de trois fois supérieure à celle de l'ensemble de la population (60-85 décès par 1000 naissances vivantes contre une moyenne nationale de 17.6).7

Graphique: mortalité infantile pour 1000 des autochtones comparée à celle de la population totale

Assurer l'égalité

Flagrante ou implicite, la discrimination viole l'un des principes fondamentaux des droits de l'homme et fait souvent le lit de la mauvaise santé. La discrimination à l'égard des minorités ethniques, religieuses et linguistiques, des populations autochtones et d'autres groupes marginalisés de la société engendrent et aggravent à la fois la pauvreté et la mauvaise santé.

La Conférence mondiale de l'ONU contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance a encouragé les états à adopter des politiques actives et des plans efficaces, notamment une action positive, pour assurer l'égalité, particulièrement en matière d'accès aux services sociaux tels que le logement, l'éducation primaire et les soins de santé.8

"L'information et les statistiques constituent un outil puissant en vue de la création d'une culture de la responsabilité et pour garantir les droits de l'homme" (Source: Programme des Nations Unies pour le Développement, Rapport sur le développement humain 2000, New York and Oxford: Oxford University Press, p. 10.)

Les statistiques relatives à l'état de santé des populations autochtones sont rares. C'est particulièrement notable en ce qui concerne les populations autochtones de l'Afrique, de l'Asie et de l'Europe de l'est. Afin de combler ce manque d'information, il importe de subdiviser les données sur la base de variables pertinentes aux populations autochtones telles que leur affiliation ethnique, culturelle et tribale, leur langue et/où leur géographie.

Une meilleure information sur la santé des populations autochtones pourrait permettre de prendre des mesures visant à assurer leur accès à des soins de santé culturellement appropriés, ainsi qu'à de l'eau salubre et potable, à un logement adéquat et à une éducation aux questions de santé.9

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Centre des médias de l'OMS
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int


1 United Nations Permanent Forum on Indigenous Issues, Fifth Session, Fact Sheet 1: Indigenous Peoples and Identity.
2 The Health of Indigenous Peoples - WHO/SDE/HSD/99.1
3 Diabetes in Indigenous Populations, Anthony J. Hanley, Medscape Today.
4 Health of Indigenous Peoples in Africa, Lancet Series on Indigenous Health, Vol. 367, June 2006, p. 1940.
5 Health and Ethnic Minorities in Viet Nam, Technical Series No. 1, June 2003, WHO, p. 10.
6 Facts on Suicide Rates, First Nations and Inuit Health, Health Canada.
7 Health in the Americas, Volume 1, 2002 Edition, Pan American Health Organization, p.181.
8 Source: Programme of Action, Report of the World Conference Against Racism, Racial Discrimination, Xenophobia and Related Intolerance, Durban, 2001 (A/CONF.189/12)
9 General Comment 14 on the right to the highest attainable standard of health sets out that the right to health is an inclusive right which extends to access to safe and potable water and adequate sanitation, an adequate supply of safe food, nutrition and housing, healthy occupational and environmental conditions and access to health-related education and information, including sexual and reproductive health. General Comment 14 was adopted by the Committee on Economic, Social and Cultural Rights in May 2000 (E/C.12/2000/4, CESCR dated 4 July 2000)

Partager