Centre des médias

Pneumonie

Aide-mémoire n°331
Novembre 2013


Principaux faits

  • C’est la première cause de mortalité dans le monde chez l’enfant.
  • On estime que 1,1 million d’enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de pneumonie, soit plus que du sida, du paludisme et de la rougeole réunis.
  • Elle peut être provoquée par des virus, des bactéries ou des champignons.
  • La prévention est possible grâce à la vaccination, un état nutritionnel satisfaisant et une amélioration des facteurs environnementaux.
  • On peut traiter les pneumonies causées par les bactéries avec des antibiotiques, mais seulement environ 30% des enfants reçoivent les antibiotiques dont ils ont besoin.

La pneumonie se définit comme une infection respiratoire aiguë affectant les poumons. Ceux-ci sont constitués d’alvéoles qui se remplissent d’air quand une personne en bonne santé respire. En cas de pneumonie, les alvéoles sont remplies de pus et de liquide, ce qui rend la respiration douloureuse et limite l’absorption d’oxygène.

La pneumonie est la première cause de mortalité chez l’enfant. On estime qu’elle tue chaque année 1,1 million d’enfants de moins de 5 ans, soit 18% des décès dans ce groupe d’âge à l’échelle mondiale. Elle affecte les enfants et les familles partout dans le monde, mais sa prévalence est la plus forte en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne. Ces enfants peuvent être protégés grâce à des interventions simples et soignés par des médicaments et des soins peu coûteux.

Causes

La pneumonie est causée par un certain nombre d’agents infectieux, bactéries, virus ou champignons. Les plus courants sont les suivants:

  • Streptococcus pneumoniae – l’agent pathogène le plus souvent à l’origine de la pneumonie bactérienne chez l’enfant;
  • Haemophilus influenzae type b (Hib) – la deuxième bactérie la plus courante à l’origine de pneumonies;
  • Le virus respiratoire syncytial est l'agent pathogène le plus fréquent en cas de pneumonie virale.
  • Pneumocystis jirovec est une cause majeure de pneumonie chez l’enfant de moins de six mois infecté par le VIH/sida. Il est responsable d’au moins un quart des décès chez les nourrissons séropositifs.

Transmission

La pneumonie peut se transmettre de différentes manières. Les virus et les bactéries couramment présents dans les voies nasales ou le pharynx des enfants peuvent infecter les poumons en cas d’inhalation. Ils se transmettent également par voie aérienne, par le biais des gouttelettes émises lors de la toux ou des éternuements. De plus, la pneumonie est aussi transmissible par voie sanguine, pendant ou peu après la naissance. Il faudra faire davantage de travaux de recherche sur les différents agents pathogènes et leurs modes de transmission, car cela a une importance primordiale pour le traitement et la prévention.

Symptômes

Les symptômes sont identiques pour les pneumonies virales ou bactériennes. Dans le cas d’une pneumonie virale, ils peuvent néanmoins être plus nombreux que pour une pneumonie bactérienne.

Chez l’enfant de moins de cinq ans qui présente une toux et/ou une respiration difficile, avec ou sans fièvre, on peut faire un diagnostic de pneumonie en cas de polypnée ou d’une inspiration au niveau de la paroi thoracique inférieure s’accompagnant d’un repli ou d’une rétraction de la cage thoracique (chez un sujet sain, l’inhalation provoque l’expansion de celle-ci). Une respiration sibilante est plus typique d’une infection virale.

Les nourrissons très gravement malades peuvent être incapables de s’alimenter ou de boire, et peuvent également souffrir de pertes de conscience, d’hypothermie et de convulsions.

Facteurs de risques

Tandis que la plupart des enfants en bonne santé ont des défenses naturelles leur permettant de combattre l’infection, ceux qui ont un système immunitaire affaibli sont exposés à un risque plus élevé de contracter une pneumonie. Le système immunitaire d’un enfant peut être affaibli par la malnutrition ou la sous-alimentation, notamment pour les nourrissons qui ne sont pas allaités exclusivement au sein.

Des maladies préexistantes, comme une infection à VIH symptomatique ou la rougeole, augmentent également le risque.

Certains facteurs de risque exposent aussi davantage les enfants au risque de pneumonie:

  • la pollution de l’air ambiant due à l’utilisation de la biomasse pour les feux de cuisine ou le chauffage (bois ou bouses);
  • le fait d’habiter dans des logements surpeuplés;
  • le tabagisme des parents.

Traitement

On peut traiter la pneumonie causée par des bactéries avec des antibiotiques. Ils sont prescrits en général dans un dispensaire ou un hôpital, mais la grande majorité des cas de pneumonie chez les enfants peuvent être gérés efficacement à domicile en administrant des antibiotiques oraux peu onéreux. On recommande l’hospitalisation pour les nourrissons âgés de moins de deux mois et pour les cas les plus graves.

Prévention de la pneumonie

C’est un élément essentiel de la stratégie pour réduire la mortalité de l’enfant. Les vaccins contre le Hib, le pneumocoque, la rougeole et la coqueluche sont le moyen le plus efficace de prévention de la pneumonie.

Une bonne alimentation est essentielle pour augmenter les défenses naturelles d’un enfant, à commencer par l’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie. Cette mesure de prévention est également efficace pour réduire la durée de la maladie, si jamais elle survient.

La lutte contre les facteurs environnementaux, comme la pollution de l’air ambiant dans les maisons (en fournissant des fourneaux propres, par exemple) et le respect des règles d’hygiène dans les logements surpeuplés, permet aussi de réduire le nombre d’enfants atteints par cette maladie.

Chez l’enfant infecté par le VIH, on administre quotidiennement le cotrimoxazole pour réduire le risque de contracter une pneumonie.

Coûts économiques

On estime que traiter par antibiothérapie tous les enfants atteints de pneumonie dans 66 des pays du compte à rebours 2015 pour la survie de la mère, du nouveau-né et de l’enfant coûterait environ 109 millions de dollars (US $) par an, ce qui englobe les antibiotiques et le diagnostic en vue d’une prise en charge de la pneumonie.

Action de l’OMS

En 2013, l’OMS et l’UNICEF ont présenté le plan d’action mondial de lutte contre la pneumonie Global action plan for the prevention and control of pneumonia visant à accélérer la lutte contre la pneumonie moyennant une combinaison d’interventions destinées à prévenir et à traiter la pneumonie de l’enfant et à protéger les enfants contre cette maladie. Les mesures préconisées ont pour but de :

  • protéger les enfants de la pneumonie par le biais de l’allaitement au sein exclusif, du lavage des mains et de la réduction de la pollution de l’air intérieur;
  • prévenir la pneumonie à l’aide de la vaccination;
  • traiter la pneumonie en veillant à ce que chaque enfant malade ait accès à des soins adéquats -- dispensés par un agent de santé communautaire ou, dans les cas graves, dans un établissement de santé -- et qu’il prenne des antibiotiques et soit mis sous oxygène si son état l’exige.
Pour plus d'informations:

OMS Centre des médias
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int

Partager