Centre des médias

Nouveau-nés: réduire la mortalité

Aide-mémoire N°333
Mai 2012


Principaux faits

  • Chaque année, près de 40% des décès d’enfants de moins de cinq ans concernent des nouveau-nés, c’est-à-dire les enfants au cours des 28 premiers jours de vie (période néonatale).
  • Les trois quarts des décès de nouveau-nés surviennent pendant la première semaine de vie.
  • Dans les pays en développement, pratiquement la moitié des mères et des nouveau-nés ne reçoivent pas de soins qualifiés pendant l’accouchement et immédiatement après la naissance.
  • Jusqu’aux deux tiers des décès de nouveau-nés pourraient être évités si des mesures sanitaires connues et efficaces étaient prodiguées à la naissance et pendant la première semaine de vie.

La grande majorité des décès de nouveau-nés ont lieu dans les pays en développement où l’accès aux soins est faible. La plupart de ces nouveau nés meurent à la maison, faute de soins qualifiés qui pourraient augmenter considérablement leurs chances de survie.

Des soins de santé qualifiés pendant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale (immédiatement après la naissance) permettent de prévenir les complications à la fois pour la mère et pour le nouveau né, et de déceler et de prendre en charge précocement les problèmes. De plus, l’OMS et l’UNICEF recommandent désormais les visites à domicile d’un agent de santé qualifié au cours de la première semaine suivant la naissance pour améliorer la survie du nouveau-né. Les nouveau-nés en situation particulière, par exemple les enfants de faible poids de naissance, les enfants nés de mère VIH-positive ou les enfants malades, ont besoin de soins supplémentaires et devraient être hospitalisés.

Causes

Les décès de nouveau-nés, ou décès néonatals, représentent 40% de l’ensemble des décès d’enfants de moins de cinq ans. La majorité des décès néonatals (75%) surviennent pendant la première semaine de vie et, parmi ceux-ci, de 25 à 45% surviennent au cours des premières 24 heures.

Les principales causes de décès de nouveau-nés sont la prématurité et l’insuffisance pondérale à la naissance, les infections, l’asphyxie (manque d’oxygène pendant l’accouchement) et les traumatismes obstétricaux. Ces causes représentent pratiquement 80% des décès dans ce groupe d’âge.

Stratégie de prévention: des soins de santé qualifiés à domicile

Jusqu’aux deux tiers des décès de nouveau-nés pourraient être évités si des agents de santé qualifiés appliquaient des mesures sanitaires efficaces lors de l’accouchement et pendant la première semaine de vie.

Les visites à domicile de personnels de santé qualifiés immédiatement après la naissance sont une stratégie sanitaire susceptible d’accroître les taux de survie des nouveau-nés. Cette stratégie a donné des résultats positifs dans des situations où la mortalité était élevée en réduisant les décès de nouveau nés et en améliorant les pratiques essentielles de soins aux nouveau nés. Alors que les accouchements à domicile sont très répandus dans les pays en développement, seulement 13% des femmes de ces pays reçoivent des soins postnatals au cours des 24 premières heures. De nombreuses mères qui accouchent dans des établissements de santé ne peuvent y revenir pour y recevoir des soins postnatals pour des raisons financières, sociales ou autres. Les premières journées de vie sont pourtant les plus décisives pour la survie du nouveau-né.

Des visites à domicile devraient intervenir le premier et troisième jours de vie de l’enfant, et si possible une troisième visite devrait être effectuée avant la fin de la première semaine de vie (septième jour).

Nouveau-nés

Au cours des visites à domicile, les agents de santé qualifiés devraient appliquer les mesures suivantes:

  • encourager et soutenir l’allaitement au sein précoce (dans l’heure suivant la naissance) et exclusif;
  • aider à tenir le nouveau-né au chaud (encourager le contact direct peau contre peau entre la mère et l’enfant);
  • promouvoir les soins du cordon ombilical et l’hygiène de la peau;
  • rechercher chez le nouveau-né des signes de problèmes de santé graves et conseiller aux familles de consulter rapidement un médecin si nécessaire (les signes de danger sont des problèmes d’alimentation ou un manque d’activité, des difficultés respiratoires, de la fièvre, des crises ou convulsions, ou une baisse de la température corporelle);
  • encourager l’enregistrement de la naissance et la vaccination rapide conformément aux calendriers nationaux;
  • répertorier les nouveau-nés ayant besoin de soins supplémentaires (par exemple les enfants d’un poids insuffisant à la naissance, les enfants malades ou nés de mères infectées par le VI; et
  • si possible, traiter à domicile les infections locales et certains problèmes d’alimentation.
Nouveau-nés à plus haut risque

Certains nouveau-nés ont besoin d’une attention et de soins supplémentaires au cours de visites domiciliaires afin de réduire les risques pour la santé.

Enfants d’un poids insuffisant à la naissance:

  • une attention accrue est nécessaire afin de tenir le nouveau-né au chaud, y compris en le plaçant directement contre la peau de la mère immédiatement après la naissance pendant au moins une heure, à moins que ce contact immédiat ne soit contre indiqué pour des raisons médicales;
  • aider à mettre en place l’allaitement au sein dans l’heure qui suit la naissance, en aidant la mère à tirer son lait pour nourrir l’enfant au moyen d’une tasse si nécessaire. (Si l’enfant est incapable de boire à la tasse, il devra être hospitalisé);
  • apporter une attention particulière à l’hygiène, en particulier au lavage des mains;
  • accorder une attention particulière aux signes de danger pour la santé et nécessitant des soins; et
  • apporter un soutien supplémentaire à l’allaitement maternel et au suivi de la croissance.

Nouveau-nés malades:

  • les familles des nouveau-nés gravement malades devraient être orientées vers un hôpital ou un établissement qui prenne soin de leur enfant;
  • les nouveau-nés devraient être traités en cas d’infection (au moyen d’injections d’antibiotiques par exemple) par une infirmière, un médecin ou un agent de santé qualifié.

Nouveau-nés dont la mère est infectée par le VIH:

  • administrer un traitement antirétroviral préventif aux mères et aux nouveau-nés pour prévenir les infections opportunistes;
  • pratiquer un test de dépistage du VIH et prodiguer des soins aux nourrissons exposés; et
  • prodiguer conseils et soutien aux mères pour l’alimentation du nourrisson. (Les agents de santé communautaires devraient connaître les problèmes particuliers que pose l’alimentation des nourrissons. De nombreux nouveau-nés infectés par le VIH sont nés prématurément et sont plus sensibles aux infections.)

Réponse de l’OMS

L’OMS et ses partenaires conviennent que les efforts en faveur de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant reposent sur un principe de base, à savoir l’accès aux soins de santé pendant toute la durée de la vie: une continuité des soins pour la mère dès bien avant la grossesse (pendant l’enfance et l’adolescence), puis pendant la grossesse et l’accouchement. La continuité s’applique à nouveau avec des soins adéquats au nouveau-né. Selon les besoins, les soins peuvent être administrés à la maison ou dans la communauté, mais aussi dans des dispensaires ou à l’hôpital.

Pour plus d'informations:

WHO Media centre
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int

Partager