Centre des médias

La démence

Aide-mémoire N°362
Avril 2012


Principaux faits

  • La démence est un syndrome dans lequel on observe une dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l’aptitude à réaliser les activités quotidiennes.
  • Bien que la démence touche principalement les personnes âgées, elle n’est pas une composante normale du vieillissement.
  • On compte 35,6 millions de personnes atteintes de démence dans le monde et il apparaît chaque année 7,7 millions de nouveaux cas.
  • La maladie d’Alzheimer est la cause la plus courante de démence et serait à l’origine de 60-70% des cas.
  • La démence est l’une des causes principales de handicap et de dépendance parmi les personnes âgées dans le monde.
  • La démence a des conséquences physiques, psychologiques, sociales et économiques pour les personnes chargées des soins, les familles et la société.

La démence est un syndrome, généralement chronique ou évolutif, dans lequel on observe une altération de la fonction cognitive (capacité d’effectuer des opérations de pensée), plus importante que celle que l’on pourrait attendre du vieillissement normal. Elle affecte la mémoire, le raisonnement, l’orientation, la compréhension, le calcul, la capacité d’apprentissage, le langage et le jugement. La conscience n’est pas touchée. Une détérioration du contrôle émotionnel, du comportement social ou de la motivation accompagne souvent, et parfois précède, les troubles de la fonction cognitive.

La démence est causée par un ensemble de maladies et de traumatismes qui affectent principalement ou dans une moindre mesure le cerveau, comme la maladie d’Alzheimer ou l’accident vasculaire cérébral.

La démence est l’une des causes principales de handicap et de dépendance parmi les personnes âgées dans le monde. Elle est particulièrement éprouvante, non seulement pour les malades, mais aussi pour les personnes qui prodiguent les soins et pour les familles. La démence est une réalité méconnue et suscite l’incompréhension, ce qui engendre une stigmatisation et des obstacles au diagnostic et aux soins. La maladie a des conséquences qui peuvent être physiques, psychologiques, sociales ou économiques pour les personnes chargées des soins, les familles et les sociétés.

Signes et symptômes

La démence touche différemment chaque personne atteinte, selon les effets de la maladie et la personnalité d’origine du patient. Les signes et les symptômes liés à la démence peuvent être classés en trois stades:

Stade initial: le stade initial passe souvent inaperçu, la maladie apparaissant graduellement. Les symptômes courants sont notamment:

  • avoir tendance à oublier;
  • perdre conscience du temps;
  • se perdre dans des endroits familiers.

Stade intermédiaire: à mesure que la démence progresse vers le stade intermédiaire, les signes et les symptômes se précisent et deviennent plus visibles. Le malade peut entre autres:

  • oublier les événements récents et le nom des gens;
  • se perdre à la maison;
  • avoir plus de difficulté à communiquer;
  • nécessiter de l’aide pour les soins d’hygiène personnelle;
  • présenter des changements de comportement, par exemple errer ou répéter les mêmes questions.

Dernier stade: le dernier stade de la démence est caractérisé par une dépendance et une inactivité presque totales. Les troubles de la mémoire sont importants et les signes et symptômes physiques deviennent plus évidents. Les symptômes sont notamment:

  • perdre conscience du temps et du lieu;
  • avoir de la difficulté à reconnaître les proches et les amis;
  • nécessiter une aide accrue pour les soins d’hygiène personnelle;
  • avoir de la difficulté à marcher;
  • présenter des changements de comportement, le patient pouvant aller jusqu’à l’agression.

Formes communes

Il existe de nombreuses formes ou causes de démence. La maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune et serait à l’origine de 60-70% des cas. Les autres formes répandues sont notamment la démence vasculaire, la démence à corps de Lewy (accumulation anormale de protéines qui se développent à l’intérieur des cellules nerveuses), et la démence fronto-temporale (dégénérescence des lobes frontaux du cerveau) conséquence de plusieurs maladies. Les frontières entre les différentes formes de démence ne sont pas nettes et les formes mixtes sont fréquentes.

La démence en chiffres

La démence touche dans le monde 35,6 millions de personnes, dont un peu plus de la moitié (58%) vivent dans un pays à revenu faible ou intermédiaire. Chaque année, on dénombre 7,7 millions de nouveaux cas.

On estime dans l’ensemble de la population qu’entre 2 et 8% des personnes âgées de 60 ans et plus sont atteintes de démence à un moment donné.

Le nombre total de personnes atteintes de démence devrait presque doubler tous les 20 ans, pour passer à 65,7 millions en 2030 et à 115,4 millions en 2050. Cette hausse est en grande partie due à l’augmentation du nombre de cas de démence dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Traitement et soins

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement qui permette de guérir de la démence ou d’en modifier l’évolution. De multiples nouveaux traitements sont actuellement testés à différents stades d’essais cliniques.

Cela dit, il est possible de faire beaucoup pour soutenir les personnes atteintes de démence et améliorer leur vie. Les principaux objectifs concernant la prise en charge de la démence sont:

  • le diagnostic précoce;
  • l’optimisation de la santé physique, de la cognition, de l’activité et du bien-être;
  • le dépistage et le traitement des maladies physiques concomitantes;
  • la détection et le traitement des symptômes psychologiques et comportementaux;
  • la fourniture d'informations et de soutien à long terme aux personnes qui prodiguent les soins.

Facteurs de risque et prévention

Les travaux de recherche visant à mettre en évidence les facteurs de risque modifiables de la démence demeurent limités. La prévention est axée sur les objectifs prioritaires qui semblent se dégager des données disponibles, notamment la lutte contre les facteurs de risque de maladie vasculaire, tels le diabète, l’hypertension à mi-vie, l’obésité à mi-vie, la consommation de tabac et l’inactivité physique.

Conséquences sociales et économiques

La démence a des conséquences sociales et économiques importantes en termes de coûts médicaux directs, de dépenses sociales directes et de frais engagés pour les soins informels. En 2010, le coût sociétal total de la démence dans le monde était estimé à 604 milliards de dollars, soit 1% du produit intérieur brut (PIB) mondial ou 0,6% si l’on ne considère que les dépenses directes. Le coût total en pourcentage du PIB variait de 0,24% dans les pays à revenu faible à 1,24% dans les pays à revenu élevé.

Incidences sur les familles et les soignants

La démence est éprouvante pour les familles des personnes touchées et pour les personnes qui prodiguent les soins. Les pressions physiques, psychologiques et économiques peuvent peser lourdement sur les unes comme sur les autres, et l’appui des systèmes sanitaire, social, financier et juridique est nécessaire.

Droits de l’homme

Les personnes atteintes de démence sont souvent privées des libertés et des droits fondamentaux. Dans de nombreux pays, les services de gériatrie et de soins intensifs font largement usage de moyens de contrainte physiques et chimiques, même quand des dispositions réglementaires sont en vigueur pour faire respecter le droit des personnes à la liberté et au choix.

Un environnement législatif favorable et approprié fondé sur les normes en matière de droits de l’homme reconnues à l’échelle internationale est de rigueur pour garantir la meilleure qualité de service aux personnes atteintes de démence et à celles qui leur prodiguent des soins.

L’action de l’OMS

L’OMS considère la démence comme une priorité de santé publique. Le rapport Dementia: a public health priority [La démence: une priorité de santé publique], publié en 2012, vise à fournir des informations sur la démence et à développer une prise de conscience autour de la maladie. Il a aussi pour objectif d’intensifier les efforts publics et privés afin d’améliorer les soins et le soutien aux malades et aux personnes qui s’en occupent.

La démence est l’une des maladies prioritaires du programme d’action Combler les lacunes en santé mentale (mhGAP), mis en place par l’OMS pour élargir les soins disponibles en cas de troubles mentaux, neurologiques ou liés à l’utilisation de substances psychoactives.

Partager