Centre des médias

Maladies à transmission vectorielle


Dengue

Transmise par les moustiques, la dengue est la maladie virale qui se propage le plus vite au monde. À la différence d’autres moustiques, Aedes Aegypti, le principal vecteur de la maladie, se nourrit le jour. Aedes albopictus vecteur secondaire de la dengue, peut survivre dans des régions tempérées plus froides. On distingue quatre sérotypes, étroitement apparentés, du virus responsable de la dengue, l’immunité contre ces sérotypes étant acquise à vie après l’infection.

Au cours des 50 dernières années, l’incidence de la dengue a été multipliée par 30, la maladie se propageant à de nouveaux pays et, durant la décennie en cours, des villes jusqu’aux campagnes.

Plus de 2,5 milliards de personnes, soit plus de 40% de la population mondiale, sont à présent exposées au risque de dengue. L’OMS estime que 50 à 100 millions de personnes par an sont infectées par la dengue dans le monde.

La dengue sévère (également connue sous la dénomination «dengue hémorragique») sévit dans les zones tropicales et subtropicales de la plupart des pays d’Asie et d’Amérique latine. On estime que, chaque année, 500 000 personnes atteintes de dengue sévère, dont une très forte proportion d’enfants, nécessitent une hospitalisation. Environ 2,5% d’entre eux meurent.

La dengue s’accompagne notamment des symptômes suivants: fièvre, céphalées intenses, douleurs rétro-orbitaires, douleurs musculaires et articulaires, adénopathie et éruption cutanée. Il n’existe aucun vaccin ni aucun traitement spécifique contre cette maladie. Les personnes infectées doivent se reposer, boire abondamment et atténuer la fièvre à l’aide de paracétamol.

La dengue sévère se caractérise par de la fièvre, des douleurs abdominales, des vomissements persistants, des saignements et des difficultés à respirer. Il s’agit d’une complication potentiellement mortelle qui touche surtout les enfants.

Pour la dengue sévère, une prise en charge par des médecins et infirmiers expérimentés et connaissant les effets et l’évolution de la maladie peut sauver des vies en ramenant le taux de mortalité de plus de 20% à moins de 1%. Il est essentiel de maintenir les volumes liquidiens du patient dans le traitement de la dengue sévère.

La seule méthode pour réduire la transmission du virus consiste à lutter contre les vecteurs et à se protéger contre les piqûres de moustiques.

Partager