Centre des médias

Le problème du fluor dans l'eau de boisson : nouveau rapport de l'OMS

Des millions de personnes sont exposées à une concentration excessive de fluor dans l’eau, la contamination provenant de sources géologiques naturelles. L'excès de fluor provoque des affections qui vont d’une fluorose dentaire bénigne à une fluorose osseuse invalidante. Le problème n’est pas reconnu et reste négligé et des recommandations s'imposent.

La fluorose dentaire clinique se caractérise par des dents tachetées et piquetées. Dans les cas les plus graves, l’émail peut être endommagé. La fluorose osseuse résulte d'une accumulation progressive du fluor dans le tissu osseux au fil des années et entraîne une raideur et des douleurs articulaires. Dans les cas graves, elle peut entraîner une modification de la structure des os, une calcification des ligaments et avoir des effets invalidants.

Soucieuse de répondre à un besoin urgent, dans son rapport l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) communique les dernières données scientifiques sur la présence du fluor dans l'eau, ses effets sur la santé et les moyens de réduire les niveaux excessifs, ainsi que sur les techniques d'analyse.

Si des recommandations s'imposent, c'est parce que l'eau contient naturellement une certaine quantité de fluor. Les concentrations faibles sont bonnes pour les dents, mais les concentrations excessives peuvent entraîner des affections débilitantes comme la fluorose osseuse qui a des effets dévastateurs sur la santé dans certaines communautés. On estime par exemple qu’en Chine plus de 10 millions de personnes en sont atteintes.

Si la prévalence mondiale de la fluorose dentaire et osseuse n'est pas connue avec précision, on sait que l’eau est la principale source d’exposition au fluor, le régime alimentaire et l’exposition à la combustion de charbon à haute teneur en fluor pouvant également contribuer au problème. On trouve des concentrations élevées de fluor dans de nombreuses parties du monde, notamment en Afrique, en Méditerranée orientale et dans l’Asie du Sud. L’une des zones à forte concentration en fluor les mieux connues s'étend de la Turquie à la Chine, en passant par l’Iraq, l’Iran, l’Afghanistan, l’Inde et le nord de la Thaïlande. Mais il existe de nombreuses autres zones où l’eau très riche en fluor entraîne un risque pour ceux qui la boivent, notamment certaines parties de la vallée du Rift en Afrique. Il s’agit souvent de zones arides où il n’y a pas d’autres sources d’eau.

Les souffrances provoquées par les fortes concentrations en fluor sont évitables. S’il peut être difficile et coûteux d’éliminer l’excès de fluor dans l’eau de boisson, il existe des solutions économiques qui peuvent être utilisées au niveau local. Le rapport présente notamment certaines de ces solutions, comme l’utilisation de terre cuite pilée ou de charbon d'os, la précipitation par contact ou l’utilisation d’alumine activée (filtre absorbant). Il faut que les autorités locales examinent attentivement les causes de la fluorose et déterminent le moyen le plus approprié d’intervention contre l’exposition excessive au fluor compte tenu des conditions et des sensibilités locales.

Le rapport, intitulé Fluoride in Drinking-water, fait partie d’une série de monographies de l’OMS concernant la gestion des produits chimiques dans l’eau tels que l’arsenic ou les cyanotoxines.

Partager