Centre des médias

Profitant de l’élan de la Journée mondiale de la Santé l’Organisation mondiale de la Santé et les autres organismes du système des Nations Unies poursuivent les efforts visant à améliorer la sécurité routière

Profitant de l’élan de la campagne visant à améliorer la sécurité routière qui a fait suite à la Journée mondiale de la Santé du 7 avril 2004, les pays du monde entier ont poursuivi leurs efforts de manière soutenue. Six mois après la Journée mondiale, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) organise une réunion d’une bonne quarantaine d’experts de la sécurité routière* provenant de différents organismes du système des Nations Unies et d’autres organisations internationales qui doivent œuvrer ensemble pour prévenir les accidents de la route et les décès qui en résultent.

Les efforts de la Journée mondiale de la Santé visant à donner plus d’importance à la sécurité routière ont été maintenus ces six derniers mois. Les pays ont lancé de nouvelles campagnes de sécurité routière ou renforcé celles qui existaient déjà (par exemple, l’Australie, la Cambodge, l’Iran et le Pakistan), promulgué de nouvelles lois sur la sécurité routière (par exemple le Costa Rica, la Hongrie et le Nouvelle-Zélande) et annoncé de nouvelles initiatives de recherche, de prévention et de sensibilisation (par exemple, les National Institutes of Health aux Etats-Unis d’Amérique qui ont lancé un appel en vue d’obtenir des propositions concernant la formation à la sécurité routière).

Le 7 avril, la communauté internationale, les gouvernements et des associations locales dans plus de 130 pays ont célébré ensemble la Journée mondiale de la Santé. En outre, l’OMS et la Banque mondiale ont rendu public le Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation, le premier rapport de ce type établi par ces deux organisations contenant des recommandations concrètes aux pays sur la façon d’améliorer la sécurité routière.

Depuis, des milliers d’exemplaires du rapport ont été diffusés en anglais et en français; il a également été traduit dans d’autres langues, notamment l’arabe, le chinois, l’espagnol, le persan, le russe et le vietnamien et fera l'objet de plusieurs lancements au niveau sous-régional. De nombreux pays commencent à définir des moyens d’appliquer les recommandations contenues dans le rapport.

La Journée mondiale de la Santé a permis de mettre davantage l’accent sur ce problème majeur et croissant de santé publique qui, chaque jour, fait plus de 3000 morts et 15 000 blessés graves.

Au niveau international, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution le 14 avril 2004 invitant l’OMS, en collaboration avec les Commissions régionales des Nations Unies, à coordonner les efforts de sécurité routière dans l’ensemble du système des Nations Unies. Cette résolution sur l’amélioration de la sécurité routière mondiale a également pris acte des recommandations du Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation et souligné la nécessité de renforcer encore la coopération internationale dans ce domaine.

Le 22 mai 2004, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution sur la sécurité routière et la santé, la première en 30 ans, acceptant l’invitation de l’Assemblée générale à agir en qualité de coordonnateur et demandant instamment aux Etats Membres de considérer la sécurité routière comme une question de santé publique prioritaire et d’agir pour appliquer les mesures qui ont fait leurs preuves pour réduire les accidents de la circulation.

Comme l’a souligné le Dr Catherine Le Galès-Camus, Sous-Directeur général de l’OMS chargée des maladies transmissibles et de la santé mentale, « Au niveau mondial, il s’agit là d'activités importantes compte tenu de la charge résultant des accidents de la circulation dans les pays du monde entier. Les accidents de la circulation constituent la neuvième cause de décès et la motorisation croissante ne laisse guère entrevoir un avenir meilleur pour la sécurité routière dans de nombreux pays ; il est donc particulièrement urgent que nous agissions tous pour appliquer ces résolutions. »

La réunion d'aujourd'hui à Genève fait suite à une demande initiale de l’Assemblée générale des Nations Unies. La réunion des experts de la sécurité routière permettra d’élaborer des dispositifs visant à appliquer toute une série d’initiatives, par exemple un ensemble de manuels pratiques que peuvent utiliser les pays pour faciliter l’application des programmes de sécurité routière – leur indiquant notamment comment planifier, appliquer et évaluer les lois concernant les limitations de vitesse, le port de la ceinture de sécurité ou du casque ainsi que les lois sur l’alcool au volant, qui figurent parmi les facteurs clés mentionnés dans le Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation. La réunion définira un certain nombre d’autres produits communs qui sont nécessaires pour faire face au problème des accidents de la circulation afin d’obtenir un maximum de résultats et de réduire dans toute la mesure possible les doublons entre les organisations.

Pour le Dr Etienne Krug, Directeur du Département Prévention de la violence et des traumatismes à l’OMS, « Depuis la Journée mondiale de la Santé, l’élan et l’engagement en faveur de la sécurité routière ont notablement progressé à tous les niveaux de la société. Cette réunion donne l’occasion de profiter de cet élan et de cet engagement pour planifier différentes initiatives internationales énergiques qui contribueront à éviter des centaines de milliers de morts et de blessés. »


* Association for Safe International Road Travel, Association mondiale de la Route, Banque mondiale, The Bone and Joint Decade, Centers for Disease Control and Prevention (Etats-Unis d’Amérique), Commission européenne, Commissions régionales des Nations Unies, Fédération européenne des Victimes de la Route, Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, FIA, Foundation for the Automobile and Society, Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, Global Road Safety Partnership, Groupe spécial pour la survie et le développement de l’enfant, Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, Institute of Transport Economics, Mission permanente de la France auprès de l’Organisation des Nations Unies, National Highway Traffic Safety Administration (Etats-Unis d’Amérique), Organisation de Coopération et de Développement économiques, Organisation internationale pour les Migrations, Organisation internationale du Travail, Programme alimentaire mondial, Programme des Nations Unies pour le Développement, Sultanat d’Oman, , Transport Canada, Union internationale des Transports routiers.

Partager

Pour plus d'informations:

Ms Laura Sminkey
Téléphone: +41 22 791 4547
Tél. portable: +41 79 249 3520
Courriel: sminkeyl@who.int