Centre des médias

L'OMS englobe les populations déplacées et les collectivités locales dans son travail sur la grippe aviaire et la préparation a une pandémie

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a organisé cette semaine deux réunions techniques sur la préparation aux répercussions qu'aurait une pandémie de grippe sur les populations de réfugiés et de personnes déplacées, ainsi que sur la mobilisation sociale pour diminuer le risque lié à la grippe aviaire.

Préparation à une pandémie de grippe et atténuation des conséquences pour les populations de réfugiés et de personnes déplacées

L'OMS a rencontré les partenaires du secteur humanitaire, les autres institutions des Nations Unies, les organisations internationales et les ONG, pour mettre la dernière touche aux principes directeurs sur la préparation à une pandémie de grippe dans les populations de réfugiés et de personnes déplacées. La réunion, qui a rassemblé des experts techniques d'ONG, d'autres institutions des Nations Unies et d'organismes donateurs, s'est penchée sur les questions essentielles touchant à la détection, l'action, l'endiguement et l'atténuation des répercussions si une pandémie de grippe venait à se produire. La surpopulation, les taux élevés de malnutrition et l'accès insuffisant aux soins et aux services de santé publique feront probablement augmenter d'une manière spectaculaire la mortalité et la morbidité en cas de pandémie grippale.

De nouveaux principes directeurs, intitulés « Pandemic Influenza Preparedness and Mitigation in Refugee and Displaced Populations – WHO Guidelines for Humanitarian Agencies » (Préparation à une pandémie de grippe et atténuation de ses répercussions pour les populations de réfugiés et de personnes déplacées - principes directeurs de l'OMS à l'intention des organisations humanitaires) en sont au stade final de la mise au point pour une publication fin mars. Les participants ont étudié les problèmes critiques auxquels les organisations humanitaires sont confrontées, notamment la surveillance et l'alerte précoce, la communication sur le risque, la protection du personnel, la lutte anti-infectieuse, la prise en charge clinique et la constitution de réserves.

Après la publication de ces principes, l'OMS continuera de fournir une assistance technique aux organisations humanitaires à mesure que les préparatifs se développeront sur le terrain.

Mobilisation sociale

L'OMS a rencontré l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) et l'UNICEF pour trouver les moyens de mieux aider les Etats Membres et les populations affectées à établir une communication claire de santé publique pour enrayer la propagation de la grippe aviaire chez l'animal et protéger les populations humaines de l'infection.

Les participants de ces trois institutions des Nations Unies ont étudié les comportements les plus importants à adopter pour réduire le risque de transmission et les répercussions au niveau des individus, des communautés et de certains groupes, comme les éleveurs de volailles, et les meilleures méthodes pour diffuser les messages par le biais d'organisations nationales ou locales. Ils ont également déterminé les interventions sur les comportements qui contribueront à réduire le risque de transmission de la grippe aviaire.

Pour plus d'informations:

Dick Thompson
Chargé de communication
Téléphone: +41 79 475 5475
Courriel: thompsond@who.int

Gregory Hartl
Chargé de communication
Téléphone: +41 79 203 6715
Courriel: hartlg@who.int

Partager