Centre des médias

Le point sur la situation au Liban vue par l'Organisation mondiale de la Santé

Toujours pas de carburant pour les hôpitaux et les centres de santé: Le manque de carburant reste un grave sujet de préoccupation. Au début de la semaine l'OMS avait prévenu que de nombreux services de santé ne seraient plus en mesure de fonctionner si du carburant n'était pas livré cette semaine.

L'OMS a acheté suffisamment de carburant pour satisfaire aux besoins des hôpitaux du Sud pendant dix jours et elle est prêtre à le livrer. La situation sur le plan de la sécurité continue toutefois à rendre toute livraison extrêmement difficile. Aujourd'hui, par exemple, un convoi de 15 camions contenant de l'aide humanitaire à destination de Baalbek, notamment des médicaments et des fournitures médicales, à été retenu à Zahle en raison de l'insécurité persistante à Baalbek.

L'OMS continue à appeler toutes les parties à laisser passer l'aide humanitaire, notamment le carburant. A défaut les hôpitaux seront paralysés et tout simplement incapables de procéder à des opérations vitales, de conserver les vaccins au frais, ou de faire fonctionner des incubateurs pour les nouveau-nés. L'OMS continue à surveiller les besoins urgents des hôpitaux, qui font état d'une diminution inquiétante des réserves de carburant, ainsi que de pénuries d'oxygène et de nourriture pour les malades et pour le personnel.

Une campagne de vaccination a été lancée: Les ministères libanais de la santé et de l'éducation ont lancé hier, en collaboration avec l'OMS et l'UNICEF, une campagne de vaccination contre la rougeole et la poliomyélite dans le centre de Beyrouth. Elle a commencé au Parc Sanayeh Park, qui abrite quelque 1000 personnes déplacées par les combats au Sud Liban et dans la banlieue sud de Beyrouth.

Cette campagne vise les enfants qui ont trouvé refuge dans de le parc mais aussi ceux qui vivent dans des écoles et des institutions. Plus de 150 équipes de vaccination constituées par des ONG locales et la Croix-Rouge libanaise vont sillonner la ville cette semaine et au cours des prochaines semaines dans le but de vacciner près de 100,000 enfants dans tout le pays.

"Avec des milliers d'enfants déplacés par les combats et vivant dans la promiscuité, le risque augmente considérablement de voir se déclarer une épidémie d'une maladie évitable grâce à la vaccination, telle que la rougeole." Explique le Dr Jaouad Mahjour, représentant de l'OMS au Liban. Le vaccin contre la rougeole sera administré aux enfants âgés de 9 mois à 15 ans. Le vaccin oral contre la poliomyélite sera administré aux enfants entre cinq mois et cinq ans. Tous recevront un complément de vitamine A.

Pour de plus amples informations, contacter:

Fadéla Chaib
Chargée de communication
OMS/Genève
Téléphone: +41 22 791 3228
Courriel: chaibf@who.int

Rana Sidani
Chargée d'information
OMS/Genève
Téléphone: +41 22 791 5573
Courriel: sidanir@who.int

Partager