Centre des médias

L'OMS et l'UNICEF appellent les donateurs et les états membres à financer et à accroitre l'utilisation des pastilles de contrôle des vaccins pour assurer une vaccination efficace

Deux milliards de pastilles thermosensibles de contrôle des vaccins ont été utilisées au cours de la dernière décennie

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'UNICEF rendent publique aujourd'hui une nouvelle déclaration commune sur le rôle des pastilles de contrôle des vaccins (PCV) dans l'amélioration de l'accès à la vaccination, à l'occasion du 10e anniversaire de l'introduction des PCV dans les programmes de vaccination.

Les PCV sont des dispositifs simples qui permettent de mettre clairement en garde au cas où un vaccin serait susceptible d'avoir été endommagé par la chaleur. Son utilisation depuis une dizaine d'années a permis que davantage d'enfants dans davantage d'endroits aient accès aux vaccins.

Il s'agit d'un indicateur circulaire, imprimé directement sur un flacon de vaccin ou apposé en haut du flacon ou de l'ampoule. La partie intérieure carrée de la pastille est faite d'un matériau thermosensible de couleur pâle mais qui devient plus foncée lorsqu'il est exposé à la chaleur, indiquant aux agents de santé que le vaccin n'est peut-être plus efficace.

"Les vaccins doivent être manipulés avec beaucoup de soin. Tous les vaccins sont sensibles à la chaleur et certains au gel. Les pastilles de contrôle constituent un moyen utile pour détecter si un vaccin a été exposé à une température excessive, contribuant par là-même au succès des programmes de vaccination," a déclaré Mme Daisy Mafubelu, Sous directeur général de l'OMS en charge de la famille et de la santé communautaire.

Par exemple, lors du séisme de mai 2006 à Yogyakarta, en Indonésie, une grande partie de l'infrastructure a été détruite, notamment les installations de réfrigération dans les centres de santé. Normalement des vaccins non réfrigérés devraient être éliminés. Dans ce cas, en observant les pastilles de contrôle sur les flacons de vaccins, les agents de santé ont pu constater que les vaccins étaient encore utilisables. Au total, près de 50 000 doses de divers vaccins ont échappé à la destruction grâce aux pastilles de contrôle.

Depuis leur introduction en 1996, quelque 2 milliards de pastilles de contrôle ont été utilisées sur les flacons de vaccins. L'OMS et l'UNICEF estiment que le recours à ces pastilles permet à la communauté sanitaire mondiale d'économiser au moins US$ 5 millions par an. Au cours des 10 prochaines années, les pastilles permettront aux agents de santé d'identifier et de remplacer plus de 230 millions de doses de vaccin inutilisable.

La nouvelle déclaration commune OMS/UNICEF appelle tous les pays qui produisent eux-mêmes leurs vaccins à mettre les pastilles de contrôle au nombre des conditions minimales que doivent remplir les accords d'achat de vaccins. Elle engage aussi l'ensemble des organismes bailleurs de fonds et des organisations non-gouvernementales à adopter une politique incluant explicitement les pastilles de contrôle comme norme minimale de tout don de vaccin.

A l'occasion du 10e anniversaire de l'Alliance GAVI, son Secrétaire exécutif adjoint Michel Zaffran a déclaré: “Depuis leur introduction il y a dix ans, les pastilles de contrôle des vaccins ont joué un rôle capital en permettant de relever avec succès le défi consistant à administrer des vaccins en toute innocuité, surtout sous des climats chauds où la réfrigération des vaccins est faible ou inexistante. L'Alliance GAVI a soutenu indéfectiblement l'utilisation de pastilles de contrôle pour les vaccins qu'elle finance, et nous appelons tous les fabricants de vaccins à faire en sorte que leurs produits soient livrés avec la technologie de contrôle des flacons par les pastilles. Nous avons la conviction qu'en exigeant que tous les nouveaux vaccins soient accompagnés de pastille de contrôle, GAVI a contribué à faire avancer cette cause importante.”

Le concept de PCV a été élaboré en 1979 par l'OMS et PATH, avec un financement de l'Agence des Etats-Unis pour le Développement international. La société Temptime (anciennement Lifelines Inc.) fournit aujourd'hui des pastilles de contrôle à tous les fabricants de vaccins. En 1996, les premières pastilles ont été appliquées au vaccin contre la poliomyélite, n'augmentant le prix de chaque flacon que de quelques centimes. PATH et l'OMS ont mis au point et expérimenté des matériels de formation à l'intention des agents de santé, pour leur apprendre à manipuler les vaccins et à utiliser les pastilles de contrôle de manière efficace.

Aujourd'hui, plus de 100 représentants de gouvernements, de fabricants de vaccins, d'institutions, d'organisations et d'organismes bailleurs de fonds, ainsi que des médias, participeront à la célébration du 10e anniversaire à l'OMS. En marge de cet événement, une exposition de photos intitulée Les Cinq Sens sera inaugurée dans le hall du bâtiment principal de l'OMS.

Pour plus de renseignements s'adresser à:

Melinda Henry
Département vaccination, vaccins et produits biologiques
OMS, Genève
Tél.: +41 22 791 2535
Portable: + 41 79 477 1738
Courriel: henrym@who.int

Andrei Muchnik
Département vaccination, vaccins et produits biologiques
OMS, Genève
Tél.: +41 22 791 2103
Courriel: muchnika@who.int

Partager

Liens connexes