Centre des médias

L'OMS demande plus d'efforts au niveau mondial en matière de sécurité des injections

S'efforçant d'améliorer la sécurité des injections à l'échelle mondiale, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) organise à partir d'aujourd'hui une réunion de trois jours avec des experts pour examiner les stratégies visant à promouvoir l'utilisation d'aiguilles plus sûres.

La réunion annuelle du réseau mondial pour la sécurité des injections (SIGN : Safe Injection Global Network), qui a lieu au siège de l'OMS du 23 au 25 octobre, rassemble des institutions des Nations Unies, des donateurs, des spécialistes, des pays et le secteur industriel. Elle va étudier comment encourager les pays et les services d'achat à se procurer des aiguilles plus sûres, comment inciter les fabricants à diminuer les prix de ces produits et comment stimuler les capacités locales de fabrication dans les différents pays.

L'OMS estime que, chaque année dans le monde, six milliards d'injections sont administrées avec des seringues et des aiguilles réutilisées sans avoir été stérilisées. Cela représente 40 % des injections administrées dans les pays en développement. Cette proportion peut atteindre 70 % dans certains pays.

Depuis 1999, l'OMS a conseillé à ses États Membres d'utiliser des aiguilles avec des dispositifs de sécurité. Mais la plupart des pays n'ont pas les moyens de faire appel à ces nouvelles technologies. Les aiguilles les plus simples ne coûtent que trois cents aux États-Unis, jusqu'à quinze cents pour des dispositifs de sécurité plus perfectionnés.

"Les nouvelles technologies devraient être à la disposition des pays en développement où l'on a davantage recours aux injections et où les risques de transmission infectieuse sont plus élevés", estime le Dr Howard Zucker, Sous-Directeur général à l'OMS pour le département Technologie de la santé et produits pharmaceutiques.

Selon les statistiques de l'OMS, les injections à risque et les piqûres accidentelles subies par les personnels de santé dans le monde sont à l'origine de 33 % des nouveaux cas d'hépatite B et de deux millions de nouveaux cas d'hépatite C par an. De plus, on estime que les injections dangereuses en milieu médical provoquent 5 % des nouveaux cas d'infection à VIH dans le monde.

L'OMS estime que, par la prévention des infections et des épidémies qui en résultent, l'emploi de seringues munies de dispositifs empêchant leur réutilisation et les piqûres accidentelles permettrait d'éviter 1,3 million de décès à l'échelle mondiale.

Action de l'OMS

Pour promouvoir l'achat des dispositifs d'injection les plus sûrs par les pays et les services d'achat, l'OMS continuera de donner des informations actualisées et des orientations à ceux qui élaborent des politiques et des outils de sensibilisation.

L'OMS étudiera avec les fabricants des moyens pour faire baisser le prix des dispositifs d'injection plus sûrs, y compris en aidant les pays à prévoir leurs besoins. On devrait ainsi obtenir une réduction des prix en augmentant la demande et en aidant l'industrie à prévoir les quantités à fabriquer.

Pour développer les capacités de fabrication dans les pays en développement, l'OMS prévoit de faciliter et de promouvoir des accords entre les sociétés pour des échanges de connaissances et de technologie. L'Organisation facilitera aussi les relations entre les fabricants locaux et les deux grandes organisations-cadres pour les fabricants de dispositifs d'injection: l'International Association for Safe Injection Technology (IASIT) et l' European Medical Technology Industry Association (EUCOMED). Ces organisations pourraient apporter leur contribution en mettant à disposition des informations actualisées et non sensibles de leurs membres sur les options technologiques disponibles.

Réseau SIGN

Le réseau mondial pour la sécurité des injections (SIGN) a été créé en 1999 sous la forme d'une coalition de parties prenantes volontaires collaborant pour un emploi sûr et approprié des injections dans le monde. L'OMS héberge son secrétariat.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Daniela Bagozzi
Chargée de communication
Technologie de la santé et produits pharmaceutiques
OMS, Genève
Tél.: +41 22 791 4544
Portable: +41 22 79 475 5490
Courriel: bagozzid@who.int

Partager