Centre des médias

L'allaitement maternel pour sauver des vies

La semaine mondiale de l’allaitement maternel rappelle les dix conditions du succès de l’allaitement.

Note d'information aux médias

À l’occasion de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, célébrée du 1er au 7 août dans plus de 170 pays, l’OMS réitère son appel aux établissements de santé et aux personnels de santé afin qu’ils mettent en œuvre des mesures pour aider les mères à réussir à allaiter leur enfant et améliorer ainsi la santé et les chances de survie de l’enfant.

Le lait maternel est l’aliment idéal pour les nouveau-nés et les nourrissons. Il est sûr, apporte à l’enfant les éléments nutritifs dont il a besoin pour son développement et contient des anticorps qui aident à le protéger contre les maladies courantes de l’enfance. Si l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de la vie est en augmentation dans de nombreux pays, il est essentiel qu’il progresse encore pour améliorer l’alimentation et la santé des nourrissons et des enfants.

Plus d'1,5 millions d'enfants pourraient être sauvés

Pour diverses raisons, y compris l’insuffisance de conseil en matière d’allaitement, les mères sont encore trop nombreuses à cesser de nourrir exclusivement leur enfant au sein au bout de quelques semaines seulement après l’accouchement.

«On estime que près de 35% des nourrissons de moins de six mois sont exclusivement nourris au sein dans le monde aujourd’hui», a déclaré le Dr Elizabeth Mason, Directeur du Département Santé et développement de l’enfant et de l’adolescent à l’OMS.

«Mais si tous les nourrissons et les jeunes enfants étaient nourris exclusivement au sein pendant les six premiers mois de leur vie et recevaient ensuite des aliments nutritifs en complément de l’allaitement jusqu’à l’âge de deux ans, on pourrait sauver chaque année 1,5 million de vies d’enfants supplémentaires.»

Dix mesures pour assurer le succès

Les dix mesures que les établissements de santé devraient prendre pour garantir le succès de l’allaitement maternel sont les suivantes:

  • Adopter une politique d'allaitement maternel formulée par écrit et systématiquement portée à la connaissance de tous les personnels soignants.
  • Donner à tous les personnels soignants les techniques nécessaires pour mettre en œuvre cette politique.
  • Informer toutes les femmes enceintes des avantages de l'allaitement au sein et de sa pratique.
  • Aider les mères à commencer d'allaiter leur enfant dans la demi-heure suivant la naissance.
  • Indiquer aux mères comment pratiquer l'allaitement au sein et comment entretenir la lactation même si elles se trouvent séparées de leur nourrisson.
  • Ne donner aux nouveau-nés aucun aliment ni aucune boisson autre que le lait maternel, sauf indication médicale.
  • Laisser l'enfant avec sa mère 24 heures par jour.
  • Encourager l'allaitement maternel à la demande de l'enfant.
  • Ne donner aux enfants nourris au sein aucune tétine artificielle ou sucette.
  • Encourager la constitution d'associations de soutien à l'allaitement maternel et leur adresser les mères dès leur sortie de l'hôpital ou de la clinique.

Lutter contre des pratiques alimentaires dangereuses

La malnutrition est responsable d’un tiers des 8,8 millions des décès annuels parmi les enfants de moins de cinq ans. Elle peut être une cause directe de mortalité mais elle est aussi le principal facteur de risque de morbidité chez le jeune enfant. Plus des deux tiers de ces décès, qui sont souvent associés à des pratiques d’alimentation inadaptées, telles que l’alimentation au biberon ou l’apport d’aliments de complément inadéquats, se produisent au cours du premier mois de la vie.

«L’augmentation des taux d’allaitement maternel est un élément clé du plan visant à améliorer l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant», a déclaré Randa Saadeh, Coordonnateur à l’OMS de l’Unité La nutrition tout au long de la vie. Un effort renouvelé pour rendre davantage d’hôpitaux «amis des bébés» pourrait donner à des millions d’enfants supplémentaires une meilleure chance de démarrer leur vie en bonne santé ».

Pour plus d' informations, veuillez prendre contact avec:

Marie-Agnes Heine
Chargée de communication
Département Pour une grossesse à moindre risque, OMS
Téléphone: +41 22 791 2710
Portable: +41 794 495 784
Courriel: heinem@who.int

Partager