Centre des médias

Les pays se reunissent pour mettre la derniere main a un accord historique sur la lutte internationale contre le tabagisme

Nous sommes à la veille d’un moment décisif de l’histoire de la santé publique alors que la sixième et dernière session de négociation de la convention-cadre pour la lutte antitabac s’ouvre la semaine prochaine à Genève. La convention s’inscrit dans une stratégie mondiale visant à réduire la mortalité et la morbidité liées au tabac partout dans le monde.

Une fois entré en vigueur, ce traité international en matière de santé – le premier jamais élaboré sous les auspices de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) – énoncera des règles internationales en matière de taxation du tabac, prévention et traitement du tabagisme, commerce illicite, publicité et promotion, et réglementation des produits.

« L’épidémie de tabagisme tue 4,9 millions de personnes chaque année, chiffre qui est appelé à doubler dans 20 ans si rien n’est fait pour mettre un terme à cette escalade. Nous savons que la solution tient pour une bonne part à la mise en place de programmes de sevrage, à l’augmentation des taxes sur le tabac, à l’éducation, à l’interdiction de la publicité en faveur du tabac et à la lutte contre la contrebande » a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Gro Harlem Brundtland. « Nous sommes maintenant sur le point d’aboutir. La mise au point d’un texte qui favorisera une réduction réelle du tabagisme sera un triomphe pour la santé publique. »

L’organe intergouvernemental de négociation, qui se réunit du 17 au 28 février, examinera le nouveau texte révisé que vient de faire paraître le Président de l’organe intergouvernemental de négociation, l’Ambassadeur du Brésil M. Luis Felipe de Seixas Corrêa. Tant le Dr Brundtland que M.Seixas Corrêa estiment qu’il s’agit là d’une base solide pour un texte susceptible d’être largement accepté tout en conservant un impact important sur la santé publique.

« Le texte que j’ai proposé contient des changements découlant des dernières négociations d’octobre et des réunions qui ont eu lieu avec les pays depuis. Nous avons tenu compte des intérêts régionaux, mais devons surtout garder à l’esprit les intérêts mondiaux afin de rédiger un traité efficace pour protéger la santé publique partout dans le monde » a déclaré M. de Seixas Corrêa.

« Il s’agit en effet de produire un instrument qui ait une véritable substance tout en étant acceptable par le plus grand nombre de pays. Faute de remplir ces deux conditions, nous n’aboutirons pas à une convention efficace. »

Les Etats Membres de l’OMS devraient parvenir à un consensus sur le texte final à soumettre à l’Assemblée mondiale de la Santé pour adoption en mai. L’un des aspects déterminants des négociations est la question de l’interdiction totale de la publicité en faveur du tabac. Le texte prévoit qu’une interdiction totale de la publicité en faveur du tabac devrait être le but ultime pour les signataires de la convention et encourage l’élaboration rapide d’un protocole connexe sur l’élimination de la publicité et de la promotion transfrontières.

« L’OMS est favorable à une interdiction pure et simple de la publicité en faveur du tabac et j’ai bon espoir que le texte ira dans ce sens, » a déclaré le Dr Brundtland.

Au cours des négociations, les discussions porteront aussi sur les futurs protocoles à la convention-cadre, qui auront pour but de renforcer encore la réglementation de la publicité et la lutte contre le commerce illicite.

Le processus d’élaboration de la convention-cadre a entraîné un développement des activités de lutte antitabac dans le monde, et encourage l’adoption de politiques nationales fermes parallèlement à une réglementation mondiale. Des projets de renforcement des capacités ont été mis en place dans de nombreux pays pour les aider à adopter une législation antitabac plus stricte.

En outre, les enquêtes sur la consommation de tabac sont actuellement normalisées pour faciliter l’analyse comparée. L’enquête mondiale sur le tabagisme chez les jeunes, commencée en 1998, continue de recueillir des données dans des pays de plus en plus nombreux. Ces informations aident les pays à mettre en oeuvre des programmes de prévention et de lutte efficaces.

Partager

Pour plus d'informations:

Ms Julie Archer
Téléphone: (+41 22) 791 1426
Courriel: archerj@who.int