Centre des médias

Confirmation d’une flambée due au virus Ebola en République du Congo - des équipes d’experts de l’OMS et de partenaires envoyées sur place

Il a été confirmé en laboratoire que la flambée de fièvre hémorragique au nord-ouest de la République du Congo est bien due au virus Ebola. Jusqu’au mardi 18 février, 80 cas dont 64 mortels ont été signalés, la plupart – 72 dont 59 mortels – dans le district de Kellé.

Les autorités de la République du Congo, à Brazzaville, ont demandé l’aide de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Une équipe d’évaluation commune du Ministère de la Santé et de l’OMS s’est rendue de Brazzaville sur les lieux de la flambée il y a deux semaines. L’OMS apporte également un appui du Siège à Genève et du réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie qui est coordonné par l’Organisation.

La fièvre hémorragique à virus Ebola, l’une des maladies virales les plus virulentes affectant l’homme, provoque la mort dans 50 à 90 % des cas cliniques. Le virus Ebola est transmis par contact direct avec le sang, les liquides organiques et les tissus des sujets infectés. Lors de précédentes flambées, des agents de santé ont été infectés après avoir été en contact avec des liquides organiques de malades qu’ils soignaient.

Plusieurs experts de la prise en charge des cas cliniques, de l’épidémiologie et de la mobilisation sociale du réseau mondial d’alerte et d’action de l’OMS sont déjà arrivés en République du Congo ou se rendent sur les lieux de la flambée pour aider les autorités à prendre les mesures de lutte qui s’imposent.

Les experts de la prise en charge des cas aideront les agents de santé et assureront une formation aux soins en isolement. Du matériel supplémentaire pour les soins en isolement – masques, gants, combinaisons et visières notamment – a été envoyé dans le pays et est acheminé vers la zone touchée.

Des anthropologues médicaux arriveront avec l’équipe de l’OMS. Leur rôle consistera à montrer aux gens comment éviter la propagation de l’infection . Il s’agira notamment d’identifier les pratiques concernant les sépultures qui sont sans danger et celles qui ne le sont pas.

C’est la deuxième fois en 15 mois que cette région est touchée par la fièvre à virus Ebola. La précédente flambée qui a commencé dans un pays voisin en décembre 2001 s’était étendue à la République du Congo où l’on avait recensé 59 cas, dont 50 mortels.

Au début du mois, des décès de gorilles ont également été signalés au nord de Mbomo, le deuxième foyer de la flambée. En décembre, le virus Ebola a été mis en évidence lors de tests effectués sur des primates morts que l’on avait trouvés dans la zone.

Depuis, les responsables de la santé qui cherchent à obtenir des prélèvements sanguins humains se heurtent au refus des malades ou de leur entourage pour des raisons culturelles. Les échantillons actuels ont été obtenus à Kellé le 13 février et le virus Ebola a été mis en évidence dans toutes les analyses effectuées.

Partager

Pour plus d'informations:

Mr Iain Simpson
Téléphone: +41 22 791 3215
Tél. portable: +41 79 475 5534
Courriel: simpsoni@who.int