Centre des médias

Face à l’aggravation de la situation sanitaire au Liberia, l’OMS appelle à la mobilisation d’urgence de fournitures et de fonds

Une flambée de choléra menace des milliers de personnes

Le Dr Gro Harlem Brundtland, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, demande des fournitures et des fonds pour apporter une aide sanitaire d’urgence à la population du Liberia, en proie à une crise sanitaire due à la guerre qui déchire le pays. Sans ressources supplémentaires fournies au Liberia, on ne pourra éviter que la crise s’étende.

« Si le calme est maintenant revenu dans la capitale libérienne, des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants déplacés par les récents combats vivent encore dans des abris rudimentaires, plongés dans la désolation et essentiellement privés de soins de santé. Faute de mesures pour remédier à cette situation, la crise humanitaire au Liberia s’aggravera, mettant en danger la vie de milliers d’habitants, » a déclaré le Dr Brundtland.

Plus de 97 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays sont rassemblées dans des camps provisoires à Monrovia et aux environs de la capitale où l’accès à de l’eau propre, les installations sanitaires de base, l’alimentation et les soins de santé sont au mieux rudimentaires. Plusieurs camps sont totalement privés de services de santé. Les quelques hôpitaux qui ont accepté de soigner gratuitement les personnes ayant trouvé refuge dans les camps manqueront bientôt de fournitures et de médicaments essentiels.

Le choléra et autres maladies diarrhéiques, la rougeole et le paludisme gagnent du terrain. Seulement depuis le 17 juin, au moins 455 malades ont été hospitalisés pour le choléra dans le centre médical JFK de Monrovia. L'eau contaminée dans la ville et aux alentours expose des milliers d'autres personnes à la maladie, souvent mortelle si elle n'est pas soignée.

L’OMS a fourni 650 kilos de chlore au Ministère de la Santé et à des organisations non gouvernementales (Merlin, MSF Belgique, SOS) pour assurer la chloration massive de l’eau qui approvisionne les environs de Monrovia. Elle a également livré des trousses de soins de santé de base en quantité suffisante pour couvrir les besoins de 7000 personnes pendant trois mois, ainsi que 4000 sachets de sels de réhydratation et 156 litres de solution de Ringer lactate contre le choléra.

Le bureau de l’OMS au Liberia, qui comprend 4 médecins, note toutefois que le stock de chlore s’amenuise et que, s’il n’est pas renouvelé, l’eau contaminée provoquera de nouveaux cas de maladie. La malnutrition pose aussi un grave problème car la nourriture manque dans la capitale. Associée à d’autres maladies telles que la rougeole, la malnutrition peut être mortelle, en particulier chez les enfants.

La crise est aggravée par le manque de sécurité qui rend les déplacements autour de Monrovia dangereux, menaçant la vie du personnel de santé qui essaye de secourir les personnes nécessitant des soins médicaux.

« Dès lors que les choses vont mal, elles s’aggravent rapidement » a dit le Dr Brundtland. Je rends hommage aux personnels de santé qui s’efforcent de travailler dans ces conditions difficiles et dangereuses. La communauté internationale doit apporter son aide de toute urgence. Le cessez-le-feu doit être mis à profit pour approvisionner le pays en fournitures médicales et en denrées alimentaires.»


Pour plus d’information veuillez contacter Rebecca Harding, Attachée de presse, OMS, tél. : (+41) 22 791 3982, Mél. : hardingr@who.int, Dr Luzitu Simão, tél. : (+41) 22 791 2720, Mél. : simaol@who.int, ou V. Pressley-Guillot, tél. : (+41) 22 791 2510, Mél. : pressleyguillotv@who.int

Partager