Centre des médias

Lancement d’une campagne de vaccination de masse destinée a protéger 15 millions d’enfants a la suite de la propagation en Afrique de l’ouest de la flambée de poliomyélite au Nigeria

Les experts considèrent la flambée comme une grave menace pour la santé publique

Quinze millions d’enfants sont exposés au risque de poliomyélite à la suite d’une nouvelle flambée qui se propage du Nigéria aux pays voisins, nécessitant une campagne de vaccination de masse dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale. A partir d’aujourd’hui, des centaines de milliers de volontaires et d’agents de santé au Bénin, au Burkina Faso, au Ghana, au Niger et au Togo vont chercher à vacciner tous les enfants de ces pays en trois jours à peine.

La campagne, d’un coût de plus de 10 millions de US $, est lancée alors que près d’une douzaine d’enfants sont atteints de paralysie au Burkina Faso, au Ghana, au Niger et au Togo à cause d’un poliovirus génétiquement lié à celui qui sévit au Nord du Nigéria. Un autre cas, récemment signalé au Tchad, a entraîné la planification de campagnes du même type qui auront lieu dans ce pays et au Cameroun à la mi-novembre. Les Etats du Nigéria infectés par la poliomyélite, situés autour de l’Etat de Kano, ont réinfecté d’autres zones du pays et en particulier la ville de Lagos, peuplée de 10 millions d’habitants, ce qui est particulièrement préoccupant.

Comme l’a déclaré le Dr David Heymann, Représentant du Directeur général de l’OMS chargé de l’éradication de la poliomyélite, « Le Nigéria est maintenant le pays qui compte le plus de cas de poliomyélite dans le monde. La maladie continue de se propager à l’intérieur du pays à des zones qui en étaient exemptes, ainsi qu’aux pays voisins. La poliomyélite et les autres maladies infectieuses ignorent les frontières nationales. Nous devons faire face à une grave menace pour la santé publique et le but d’un monde exempt de poliomyélite est en danger. »

Les principaux épidémiologistes de l’initiative Pour l’éradication mondiale de la poliomyélite ont tenu une réunion de haut niveau en compagnie du Ministre nigérian de la Santé, à la fin septembre, et le Ministre s’est engagé à éradiquer la poliomyélite dans le pays à fin 2004. Pour atteindre ce but, un appui politique très ferme s’impose au niveau infranational. Les responsables politiques et communautaires doivent faciliter l’organisation logistique des campagnes de vaccination et veiller à ce que tous les enfants reçoivent le vaccin.

Comme l’a fait valoir Carol Bellamy, Directeur général de l’UNICEF, « Le Nigéria est le pays le plus peuplé de la région et, à bien des égards, il s’est avéré un voisin bienveillant qui a contribué au maintien de la paix en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, le Nigéria a un autre rôle crucial à jouer dans la région, qui consiste à se débarrasser une fois pour toute de la poliomyélite. Il faut que tous les Nigérians, et en particulier les responsables communautaires, s’associent au mouvement pour mettre fin à la poliomyélite. »

Ainsi que l’a souligné le Dr Bruce Aylward, Coordonnateur mondial de l’initiative Pour l’éradication de la poliomyélite à l’OMS, la situation au Nigéria représente le dernier gros obstacle sur le chemin de l’éradication mondiale. « En raison des énormes progrès enregistrés en 2002, » a-t-il ajouté, « les tactiques et les ressources vouées à l’éradication ont été réorientées en 2003 pour mettre l’accent sur les derniers pays d’endémie. Mais la situation au Nigéria nous contraint maintenant de nous préoccuper à nouveau de pays qui avaient déjà éliminé la maladie. On ne peut tout simplement pas laisser les virus isolés paralyser d’autres enfants dans des zones qui avaient auparavant été libérées de la poliomyélite. C’est pour cela que cette campagne massive revêt une telle importance. »

Les épidémiologistes attribuent l’augmentation marquée du nombre de cas au Nigéria, autour de l’Etat de Kano, à une couverture vaccinale insuffisante obtenue aussi bien au cours des campagnes de vaccination que par les services de vaccination systématique. Les données issues de la surveillance font apparaître que, dans un Etat au moins, la proportion des enfants vaccinés de manière appropriée n’a pas dépassé 16 %. Une situation difficile a sérieusement compromis la qualité des campagnes antipoliomyélitiques et contribué à la propagation de rumeurs concernant le sécurité du vaccin antipoliomyélitique oral.

Malgré cet accident de parcours, les épidémiologistes sont convaincus de la possibilité de vaincre le fléau au Nigéria. « Il est possible d’éradiquer la poliomyélite au Nigéria », a déclaré le Dr Walter Orenstein, Directeur du Programme national de Vaccination aux Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis (CDC). « Une grande partie du pays était déjà exempte de poliomyélite depuis plus de deux ans, y compris la ville de Lagos. Il s’agit maintenant d’accroître la qualité des campagnes antipoliomyélitiques dans les zones clés d’endémie du pays et de veiller à ce que tous les enfants soient vaccinés. »

Rotary International a fait de la victoire contre la poliomyélite son principal but philanthropique depuis 1985. « Rotary est résolu a faire disparaître cette terrible maladie et a consenti un effort de plus de US $500 millions pour y parvenir », a déclaré Jonathan Majiyagbe, Président de Rotary International. « Aujourd’hui, je lance à la communauté internationale un appel pour qu’elle fournisse d’urgence les fonds nécessaires aussi rapidement que possible pour les enfants de toute l’Afrique de l’Ouest ».

De nouvelles ressources sont nécessaires pour mener cette campagne imprévue. La flambée du Nigéria ne constitue qu’un risque mondial parmi d’autres auquel il faudra faire face pour arriver à un monde exempt de poliomyélite, car au niveau mondial il manque US $210 millions à l’initiative pour mener à bien ses activités jusqu’en 2005.

L’initiative Pour l’éradication mondiale de la poliomyélite est dirigée par l’OMS, Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis et l’UNICEF. Le poliovirus ne circule plus désormais que dans 7 pays, alors qu’il était présent dans 125 pays au moment du lancement de l’initiative en 1988. Les 7 pays où le poliovirus sauvage autochtone est présent sont le Nigéria, l’Inde, le Pakistan, l’Egypte, l’Afghanistan, le Niger et la Somalie. En outre, en 2003, des poliovirus ont été importés de pays d’endémie, vers le Burkina Faso, le Ghana, le Liban, le Niger et le Togo.

La coalition de l’éradication de la poliomyélite associe les gouvernements des pays touchés par la maladie, des fondations privées (par exemple, la Fondation des Nations Unies et la Fondation Bill & Melinda Gates), des banques de développement (comme la Banque mondiale), les gouvernements de pays donateurs (par exemple, l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, les Etats-Unis d’Amérique, la Finlande, l’Irlande, l’Italie, le Japon, le Luxembourg, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, les Pays-Bas et le Royaume-Uni), la Commission européenne, des organisations humanitaires et non gouvernementales (par exemple, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge) et des partenaires du secteur privé (par exemple, Aventis Pasteur et De Beers). Les volontaires dans les pays en développement jouent également un rôle clé et 20 millions d’entre eux ont participé aux campagnes de vaccination de masse.


Pour plus de renseignements, s’adresser à : Melissa Corkum, OMS/Genève, tél. +41 22 791 2765, corkumm@who.int ; Oliver Rosenbauer, OMS/Genève, tél. : +41 22 791 3832, rosenbauero@who.int ; Vivian Fiore, Rotary International/Chicago, tél. : +1 847 866 3234, fiorev@rotaryintl.org ; Steve Stewart, CDC/Atlanta, tél. : +1 404 639 8327, znc4@cdc.gov ; Claire Hajaj, UNICEF/New York, (1-212) 326-7566, chajaj@unicef.org ; Kate Donovan, UNICEF/New York (1-212) 326 7452, kdonovan@unicef.org. Pour plus de renseignements sur l’initiative Pour l’éradication mondiale de la poliomyélite, voir www.polioeradication.org, le site PolioPlus de Rotary International http://www.rotary.org/foundation/polioplus/, www.cdc.gov, ou le site de la poliomyélite www.unicef.org/polio

Partager