Centre des médias

l’Organisation mondiale de la Santé annonce une nouvelle initiative public-privé de surveillance des maladies et d’action

L’Organisation mondiale de la Santé annonce aujourd’hui la création d’une nouvelle initiative public-privé dont l’objectif est de combattre le SRAS et de renforcer le potentiel de surveillance, les moyens épidémiologiques et les installations de laboratoire de santé publique en Chine et dans la région.

« Malgré la rapidité et l’efficacité de la riposte de nos partenaires dans le monde entier, le SRAS fait ressortir les faiblesses fondamentales des infrastructures sanitaires mondiales, » a déclaré le Dr Jong-Wook Lee, Directeur général désigné de l’OMS. « L’épidémie souligne notamment la nécessité d’établir des mécanismes locaux et nationaux de surveillance et d’action. Ce nouveau fonds et d’autres initiatives novatrices de ce type aideront le monde à se préparer à faire face aux maladies émergentes futures. »

Consciente des incidences sociales et économiques du SRAS, la communauté internationale des affaires a promis d’aider à mobiliser les ressources initiales nécessaires pour mener cette tâche à bien en créant un fonds spécial.

L’Initiative mondiale en faveur de la santé du Forum économique mondial et l’OMS collaboreront à l’établissement d’une coalition de dirigeants d’entreprises et de personnes motivées qui travailleront à la mise en place du fonds et mobiliseront les ressources nécessaires à son fonctionnement.

Le but initial est de recueillir US$100 millions d’ici au mois de septembre auprès des milieux d’affaires, en particulier les entreprises qui opèrent ou ont des marchés en Asie.

L’OMS s’emploiera aussi à recueillir rapidement US$100 millions supplémentaires auprès de donateurs bilatéraux pour aider à étendre la surveillance et l’action dans le monde entier. Ces fonds ne sont que la première étape de l’engagement mondial actuel à faire barrage à la menace que constituent les maladies infectieuses.

« L’argent sera versé rapidement, pour que les régions qui en ont le plus besoin puissent en disposer dès que possible, » a déclaré le Dr David Heyman, Directeur exécutif pour les programmes de lutte contre les maladies transmissibles de l’OMS. « Notre hâte vient de notre certitude qu’il est encore temps d’endiguer le SRAS et d’éliminer définitivement la menace qu’il fait peser sur le monde. »

A la suite d’entretiens avec Madame Wu Yi, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Santé de Chine, l’Organisation mondiale de la Santé est convenue d’intensifier sa collaboration avec la Chine. Ce pays a également souhaité voir l’OMS coordonner les programmes bilatéraux qui pourraient compléter ces activités.

« Face au SRAS, les milieux d’affaires et les gouvernements sont confrontés à des exigences très claires, » a dit le Dr Kate Taylor, Directeur de l’Initiative mondiale en faveur de la santé du Forum économique mondial. « Le renforcement des infrastructures de santé publique ne servira pas seulement à lutter contre la menace immédiate qu’est le SRAS mais il aidera à instaurer pour l’avenir un filet de sécurité qui protégera le monde des épidémies, voire des menaces bioterroristes. »

« Nous pensons que la collaboration entre l’OMS et le Forum économique mondial, de même que la contribution du monde des affaires à la lutte contre cette menace mondiale témoignent de l’importance des partenariats public-privé, » a ajouté le Dr Lee.

Partager

Pour plus d'informations:

Mr Iain Simpson
Téléphone: +41 22 791 3215
Tél. portable: +41 79 475 5534
Courriel: simpsoni@who.int