Centre des médias

Effort mondial pour amplifier la riposte à la violence

L'Assemblée mondiale de la sante s'engage a s'attaquer aux repercussions sur la sante publique

Aujourd’hui, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté à l’unanimité une résolution qui recommande une action urgente pour mettre fin à l’impact de la violence sur la santé publique à l’échelle mondiale. Au cours des délibérations sur cette résolution, les représentants des 192 Etats Membres de l’OMS ont réfléchi aux conséquences dévastatrices de la violence sur la santé physique, mentale et génésique, et à l’ampleur des ressources humaines et financières nécessaires pour y faire face.

« En adoptant cette résolution sur la violence et la santé, le monde rejette l’idée que la violence est inévitable » a déclaré le Dr Gro Harlem Brundtland, Directeur général de l’OMS.

Chaque jour, environ 2200 personnes dans le monde se suicident, 1400 meurent à la suite d’un homicide et 850 sont tuées dans le cadre d’un conflit armé. Des milliers d’autres restent handicapées à vie à la suite d’actes de violence n’ayant pas entraîné la mort. Après avoir examiné ces aspects et d’autres constatations faites dans le Rapport mondial sur la violence et la santé de l’OMS, qui ouvre à cet égard des perspectives novatrices, les délégués ont affirmé leur engagement à amplifier la riposte mondiale à la violence.

Dans la résolution adoptée ce jour par l’Assemblée mondiale de la Santé, les pays sont invités à élaborer des plans nationaux pour mettre en oeuvre une action plus ciblée et plus coordonnée de prévention de la violence dans tous les secteurs de la société. Ils sont aussi invités à améliorer leur collecte de données afin d’avoir une idée plus précise des dimensions du problème et de savoir qui sont ceux qui sont le plus touchés par ce phénomène ; à améliorer les services fournis aux victimes de la violence pour faire en sorte que, lorsque celles-ci contactent les services de santé, elles ne reçoivent pas seulement un traitement contre les traumatismes et la maladie, mais aussi un soutien psychologique, social et juridique ; enfin, à se focaliser davantage sur les causes qui sont à la base de la violence.

« Nous devons à nos enfants – qui sont les plus vulnérables – une vie à l’abri de la violence et de la peur » a déclaré Nelson Mandela dans l’avant-propos au Rapport mondial sur la violence et la santé. « Il nous faut extirper les racines de la violence – seul moyen de faire du fardeau écrasant légué par le siècle passé une mise en garde pour l’avenir. »

Au cours du débat, les pays ont décrit les premières mesures qu’ils avaient prises dans le contexte de la campagne mondiale de l’OMS de prévention de la violence lancée à l’occasion de la parution de ce rapport. Depuis le mois d’octobre, quelque 30 pays ont organisé des discussions nationales de politique générale pour planifier la mise en oeuvre des recommandations du rapport.

L’Afrique du Sud, la Belgique, le Costa Rica, la Fédération de Russie, la France et la Jordanie préparent des rapports nationaux qui serviront de base pour élaborer leur politique nationale. D’autres pays ont commencé à mettre au point des plans nationaux d’action pour la prévention de la violence ou à créer des réseaux de prévention de la violence. La résolution fournit une base internationale pour compléter ces mesures initiales par des actions additionnelles.

« La santé publique a enregistré de remarquables progrès ces dernières décennies, notamment le recul de nombreuses maladies de l’enfant » a déclaré le Dr Brundtland. « Mais protéger nos enfants de ces maladies pour les laisser ensuite aux prises avec la violence, de faits de guerre ou de conflit, ou encore d’automutilations ou de suicide, serait un échec de la santé publique. »

L’OMS offrira aux Etats Membres son entier soutien pour mettre en oeuvre la résolution. Dans cette optique, elle parachève actuellement des lignes directrices sur les moyens de prévenir la violence et de renforcer les services destinés aux victimes.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Affiches de l’OMS sur la prévention de la violence. Deux séries d’affiches – présentant chacune des images relatives à diverses formes de violence – ont été présentées aux délégués au cours de la Cinquante-Sixième Assemblée mondiale de la Santé. La série « Violence en rouge » présente en gros plan différentes parties du corps humain teintées de rouge pour symboliser l’impact de la violence sur le corps et la santé en général. La série « La violence dissimulée » présente des victimes de violences et les raisons qu’elles donnent pour expliquer les traces de traumatismes dont elles sont porteuses afin d’évoquer la honte et le tabou qui entourent la violence dans de nombreuses cultures. Actuellement imprimées en anglais, en français et en espagnol, ces affiches seront mises sur demande à la disposition des ministères de la santé, des ONG et des autres organisations qui souhaiteraient lancer des campagnes de prévention de la violence, afin de les aider dans cette entreprise.

Partager

Pour plus d'informations:

Ms Laura Sminkey
Téléphone: +41 22 791 4547
Tél. portable: +41 79 249 3520
Courriel: sminkeyl@who.int