Centre des médias

Nouvelle alliance mondiale contre la violence

Les ministres de la santé et d’autres hauts responsables de pays du monde entier établissent aujourd’hui les bases de l’Alliance mondiale pour la prévention de la violence interpersonnelle. L’Alliance réunira des gouvernements, des institutions des Nations Unies, des établissements universitaires, des groupes représentant la société civile ainsi que des fondations philanthropiques et privées pour mieux prévenir la violence et atténuer ses conséquences sanitaires et sociales.

« La violence interpersonnelle tue plus de 1400 personnes chaque jour et cause des traumatismes et des souffrances innombrables, » précise le Dr LEE Jong-wook, Directeur général de l’OMS. « L’Alliance rassemble plusieurs organisations et Etats Membres autour de principes et politiques de prévention communs et elle nous aidera à mieux lutter contre ce problème. »

L’Alliance voit le jour 15 mois après la publication par l’OMS du Rapport mondial sur la violence et la santé, premier bilan complet de la violence en tant que problème de santé publique (1,6 million de morts par an).

Plus d’une quarantaine de gouvernements de par le monde ont déjà pris des mesures en application du rapport. Au moins 10 pays ont entrepris de dresser un bilan des problèmes de violence à l’échelle nationale. Plus de 15 gouvernements se sont engagés à élaborer un plan d’action pour prévenir ce fléau.

Par ailleurs, dans le cadre de grandes réunions internationales, l’OMS, l’Union africaine, la Commission des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies, l’Association médicale mondiale et d’autres encore ont adopté d’importantes résolutions sur la question et ont débattu de la politique à mener.

Le Dr Etienne Krug, Directeur du Département de l’OMS Prévention de la violence et des traumatismes, estime « indispensable de mettre en commun nos connaissances sur les causes complexes de la violence pour trouver des solutions qui empêcheront les uns de devenir des victimes et les autres des bourreaux. L’Alliance regroupera des partenaires influents au sein de programmes de recherche, de collecte de données, de formation, de sensibilisation et de prévention. Il est impossible de faire reculer le problème persistant de la violence si l’on ne prend pas ce type d’engagement à coopérer et à investir dans la prévention. »

Réunis aujourd’hui à l’invitation des autorités de la République et Canton de Genève et de l’OMS, les hauts responsables venus d’Afrique du Sud, d’Allemagne, de Belgique, du Canada, de Colombie, du Costa Rica, des Etats-Unis d’Amérique, de Jordanie, de l’ex-République yougoslave de Macédoine, du Mozambique et du Royaume-Uni feront le point sur les progrès réalisés en matière de prévention de la violence au cours de l’année écoulée et détermineront quelle action mener pour continuer à donner suite aux recommandations du rapport.

Partager

Pour plus d'informations:

Ms Laura Sminkey
Téléphone: +41 22 791 4547
Tél. portable: +41 79 249 3520
Courriel: sminkeyl@who.int