Centre des médias

La forte augmentation de la demande entraîne une pénurie des associations médicamenteuses à base d'artémisinine pour traiter le paludisme

En raison d'une forte augmentation de la demande, il va y avoir probablement une pénurie d'artemether-lumefantrine, une association médicamenteuse comportant de l'artémisinine, jusqu'en mars 2005 au moins. Les associations de ce type sont à l'heure actuelle les médicaments les plus efficaces pour traiter le paludisme à P. falciparum, la forme la plus dangereuse de cette maladie.

Depuis 2001, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a recommandé aux pays où le paludisme est devenu résistant aux traitements traditionnels, comme la chloroquine, de passer à ces associations. Celles que recommande actuellement l'OMS sont au nombre de quatre : artemether-lumefantrine, artesunate-méfloquine, artesunate-amodiaquine et artesunate-sulfadoxyne/pyriméthamine.

Depuis 2001, 40 pays (dont 20 en Afrique) ont officiellement adopté ces médicaments pour traiter le paludisme. En 2004 seulement, 18 pays ont pris cette mesure. Quatorze pays ont retenu l'association artemether-lumefantrine pour les traitements antipaludiques de première intention. En 2001, l'OMS a passé avec Novartis Pharma AG un accord aux termes duquel Novartis fournit à l'OMS sa spécialité à base d'artemether-lumefantrine (Coartem®) à prix coûtant pour approvisionner les secteurs publics des pays en développement où le paludisme est endémique.

Coartem® est actuellement la seule association médicamenteuse de ce type présélectionnée par l'OMS. Cela signifie qu'après avoir évalué le dossier et les procédés de fabrication du produit, l'OMS a estimé que ce médicament convenait en principe à l'approvisionnement des institutions des Nations Unies.

Les commandes d'artemether-lumefantrine ont augmenté rapidement depuis 2001, date à laquelle l'OMS avait demandé 220 000 traitements pour le secteur public. On prévoyait qu'en 2004, la demande allait être de 10 millions de traitement et elle devait passer, selon les projections de l'Organisation, à 60 millions de traitements en 2005.

Les fournisseurs chinois n'arrivant pas à approvisionner suffisamment Norvartis en artemether, le laboratoire vient d'informer l'OMS qu'il se trouvait en situation de pénurie pour l'artemether-lumefantrine. Il en résulte que l'Organisation ne sera sans doute pas en mesure de fournir dans les prochains mois les quantités requises pour ce médicament.

L'arthemeter dérive de l'artémisinine, extraite d'une plante, Artemisia annua. La culture de cette plante demande au minimum six mois auxquels se rajoutent trois à cinq mois pour extraire, traiter le principe actif et fabriquer le produit final. La forte augmentation récente de la demande en artémisinine a donc créé une tension provisoire sur le marché. Cette pénurie devrait vraisemblablement se prolonger jusqu'en mars 2005 au moins.

Pour cette période, les pays et les ONG passent commande de 4,5 millions de traitements d'artemether-lumefantrine mais on ne connaît pas actuellement avec certitude les quantités qui pourront être effectivement livrées.

L'OMS recommande à tous les pays menacés de pénurie d'augmenter l'achat de médicaments antipaludiques de deuxième intention, en général la quinine. La quinine est produite à partir de l'écorce de quinquina et elle était auparavant la composante essentielle du traitement antipaludique. A la différence de la chloroquine, elle reste efficace contre le paludisme à P. falciparum mais, comme le traitement dure plus longtemps, elle est d'un usage plus difficile.

L'OMS proposera son assistance technique à tout pays confronté à l'interruption de son approvisionnement en artemether-lumefantrine. Elle donnera aussi à tout pays ayant passé des commandes de ce produit des informations sur les quantités disponibles et les délais de livraison.

L'OMS s'est engagée à renforcer la prévention du paludisme et travaille avec ses partenaires à la distribution rapide de moustiquaires imprégnées d'insecticides gratuites ou fortement subventionnées à ceux qui sont le plus vulnérable au paludisme : les jeunes enfants et les femmes enceintes.

En raison de cette pénurie, l'OMS va établir un système pour attribuer aux demandes en Coartem® des priorités en fonction d'un certain nombre de critères spécifiques (s'ajoutant à ceux existant déjà).

L'OMS publiera de nouvelles informations sur la situation de l'approvisionnement fin novembre 2004.

Partager

Pour plus d'informations:

Judith Mandelbaum-Schmid
Téléphone: +41 22 791 2967
Courriel: schmidj@who.int

Liens connexes