Centre des médias

Le Conseil exécutif de l’OMS réaffirme le role de chef de file de l’Organisation dans les domaines cles de la santé publique

A sa cent treizième session qui a pris fin aujourd’hui, le Conseil exécutif de l’OMS a souligné l’importance d’une orientation bien définie de l’Organisation mondiale de la Santé en ce qui concerne le traitement des personnes vivant avec le VIH/SIDA, l’alimentation et l’exercice physique, l’éradication de la poliomyélite, l’amélioration des services de santé génésique et de la santé de la famille, la réduction des accidents de la route, ainsi que la coordination de la riposte face aux maladies émergentes et aux autres problèmes de santé.

Dans son rapport au Conseil, le Directeur général de l’OMS, le Dr LEE Jong-wook, a fait le point des principaux problèmes de santé actuels, notamment la nécessité de coordonner des ripostes rapides et concertées aux situations d’urgence provoquées par les conflits ou les catastrophes naturelles et par les nouvelles maladies transmissibles comme le SRAS et la grippe aviaire et la nécessité de faire reculer les menaces que constituent le VIH/SIDA, le paludisme, la tuberculose et les maladies non transmissibles pour la santé mondiale.

Les ravages causés par ces types de crise - a déclaré le Dr Lee – « peuvent être réduits d’abord par des mesures de prévention, puis, si celles ci échouent, par une riposte bien préparée. Même si l’attention est focalisée sur les besoins les plus immédiats, il faut à la longue s’atteler à la réparation et à la remise en état des systèmes nécessaires. Nous sommes en train de recentrer notre action pour devenir plus efficaces en aidant les communautés et les pays à faire face aux crises sanitaires. »

Le Dr Lee a également souligné combien il était important de renforcer les systèmes de santé au niveau des pays, notant que « dans de nombreux pays, ceux-ci pâtissent des effets combinés de l’instabilité, des conflits et du sous financement dû, en partie, au poids de la dette extérieure. Le résultat, notamment en ce qui concerne les plus pauvres, est un accès restreint aux services essentiels, des frais exorbitants et une exposition accrue aux maladies de la pauvreté. Cela perpétue le cycle de la pauvreté ». Pour atteindre les buts de la santé publique, et notamment les objectifs du Millénaire pour le développement, il est impératif de pouvoir compter sur des systèmes de santé solides dans les pays.

Le Conseil exécutif, composé de représentants de 32 Etats Membres de l’OMS, a pour principales fonctions d’appliquer les décisions et les directives de l’Assemblée de la Santé, de conseiller l’Assemblée et de faciliter ses travaux d’une manière générale. Le Conseil se réunit au moins deux fois l’an et la cent treizième session constitue sa principale réunion de 2004. Parmi les dossiers importants traités par le Conseil, dont beaucoup seront transmis à la Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé en mai prochain, on peut notamment mentionner les suivants :

Lutte contre le VIH/SIDA : Le Conseil exécutif a pleinement appuyé la stratégie de l’OMS tendant à garantir l’accès aux antirétroviraux à 3 millions de personnes d’ici 2005 (la stratégie « 3 millions d’ici 2005 »). Le Conseil a reconnu que le traitement fait partie intégrante d’un plan d’ensemble de lutte contre le VIH/SIDA qui englobe la prévention et les soins. Pour faire reculer l’épidémie de VIH/SIDA, il faut que toutes les parties prenantes, notamment les organisations internationales, la société civile, les donateurs publics et privés, le secteur privé, ainsi que les pays et les personnes touchés par le VIH/SIDA prennent d’urgence des mesures concertées.

Règlement sanitaire international : Le Règlement sanitaire international qui régit les mesures à prendre pour éviter la propagation internationale des maladies, notamment en matière de voyages et d’échanges commerciaux, doit être révisé afin de refléter les réalités sanitaires actuelles. La révision proposée a été diffusée aux Etats Membres sous la forme d’un document de travail ; celui-ci contient des dispositions visant à réagir rapidement au niveau international à de nouvelles maladies comme le SRAS. Les membres du Conseil exécutif ont appuyé avec force le processus de révision et approuvé le calendrier des travaux : des consultations régionales se tiendront de mars à juin 2004 et un groupe de travail intergouvernemental se réunira en novembre, après quoi un projet final sera soumis à l’adoption de l’Assemblée mondiale de la Santé en 2005.

Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé : Le Conseil exécutif a accepté que la stratégie mondiale de l’OMS pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé figure à l’ordre du jour de l’Assemblée mondiale de la Santé en 2004. A la demande des délégués, le Conseil a décidé d’autoriser les Etats Membres à formuler des observations sur le projet de document jusqu’au 29 février 2004, observations dont le Secrétariat tiendra compte dans le projet définitif qui sera présenté à l’ensemble des Etats Membres lors de l’Assemblée de la Santé. Les membres du Conseil se sont également entendus sur le texte du projet de résolution qui accompagnera le document de stratégie et auquel certains délégués avaient demandé des amendements.

Lutte contre les maladies et éradication : Conscients de l’occasion unique qui s’offre aujourd’hui d’éradiquer la poliomyélite, les membres du Conseil exécutif et Rotary International, principal partenaire de l’initiative pour l’éradication mondiale de la poliomyélite, se sont engagés à aider les six derniers pays d’endémie (Afghanistan, Egypte, Inde, Niger, Nigéria et Pakistan) à vacciner plus de 250 millions d’enfants au cours des six prochains mois. Compte tenu de la nécessité d’intensifier les activités de vaccination antipoliomyélitique, il est plus urgent que jamais de combler le déficit de financement de 2004-2005, qui se monte désormais à US$ 150 millions. En mai, l’Assemblée mondiale de la Santé, puis en septembre, l’Assemblée générale des Nations Unies feront officiellement le point sur les progrès réalisés en vue d’interrompre la transmission du poliovirus partout dans le monde d’ici la fin de 2004.

Le Conseil a pris note en outre de la réduction de la mortalité par rougeole et a souligné qu’il fallait impérativement appliquer le plan stratégique pour diminuer de moitié d’ici 2005 le nombre de décès par rougeole enregistré en 1999. Il a également insisté pour que soit maintenue l’aide apportée à la lutte et au traitement contre la trypanosomiase (maladie du sommeil) ainsi qu’au dépistage précoce et au traitement de l’infection à Mycobacterium ulcerans (ulcère de Buruli), maladie débilitante qui frappe en particulier les enfants des zones rurales déshéritées d’Afrique subsaharienne.

L’accident de la route n’est pas une fatalité : Reconnaissant que les routes et les autoroutes font chaque année 1,2 million de victimes dans le monde, le Conseil exécutif a adopté un projet de résolution sur la Sécurité routière et la santé qui sera transmis à l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2004. Ce texte encourage clairement et invite les organismes du secteur de la santé publique à renforcer leurs activités dans le domaine de la prévention des accidents de la route. La résolution sera examinée dans le cadre de la Journée mondiale de la Santé consacrée cette année à la sécurité routière et de la publication du Rapport mondial sur la prévention des accidents de la circulation.

Transplantation d’organes et de tissus humains : Reconnaissant l’augmentation du nombre d’allogreffes d’organes et de tissus, le manque de matériels humains destinés à la transplantation, les risques que présentent les transplantations du point de vue de l’éthique et de la sécurité, et notamment le trafic d’organes, ainsi que les possibilités et les risques associés aux matériels xénogéniques, le Conseil exécutif a accepté une résolution qui sera examinée par la Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé et qui contient des recommandations relatives à l’harmonisation des pratiques mondiales et à la collecte de données sur la transplantation d’organes et de tissus humains dans le monde.

Santé génésique et Santé de la famille : Le Conseil exécutif a accepté que la stratégie de l’OMS sur la santé génésique soit inscrite à l’ordre du jour de la Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé au mois de mai. La stratégie avait été élaborée à la demande de la Cinquante-Cinquième Assemblée mondiale de la Santé pour guider la réalisation des trois objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé génésique – réduction de la mortalité infantile, amélioration de la santé maternelle et lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies. Le Conseil exécutif a également accepté une résolution soulignant l'importance du rôle de la famille dans la protection de la santé, qui sera transmise pour examen à la Cinquante-Septième Assemblée mondiale de la Santé.

Nomination de deux Directeurs régionaux de l’OMS
Le Dr Samlee Plianbangchang a été nommé Directeur régional pour l’Asie du Sud-Est (OMS/SEARO). Son mandat, qui prend effet le 1er mars 2004, est de cinq ans. Le Conseil exécutif a pris acte de l’importante contribution du Dr Uton Muchtar Rafei, qui a effectué deux mandats en tant que Directeur régional pour l’Asie du Sud-Est, de 1994 à 2004. De plus, le Dr Shigeru Omi a été reconduit au poste de Directeur régional pour le Pacifique occidental (OMS/WPRO). Son second mandat prend effet le 1er février 2004.

Partager

Pour plus d'informations:

Ms Christine McNab
Téléphone: +41 22 791 4688
Tél. portable: +41 79 254 6815
Courriel: mcnabc@who.int

Mr Iain Simpson
Téléphone: +41 22 791 3215
Tél. portable: +41 79 475 5534
Courriel: simpsoni@who.int

Fadéla Chaib
Téléphone: +41 22 791 3228
Télécopie : +41 22 791 4181
Courriel: chaibf@who.int