Centre des médias

Les hauts responsables pensent qu'avec de nouvelles armes et plus de fonds, on vaincra le paludisme

Communiqué de presse du Partenariat Faire reculer le paludisme

Les nouveaux moyens de prévention et de traitement du paludisme, conjugués à un surcroît de fonds, donnent bon espoir de vaincre le paludisme. Les hauts responsables réunis à Arucha pour le lancement de la moustiquaire Olyset® à l'usine A to Z Textile Mills, première entreprise africaine à fabriquer ce modèle de moustiquaire insecticide longue durée, sont convenus que les conditions étaient réunies pour combattre massivement cette maladie dont plus d'un million de personnes meurent chaque année et qui entrave le développement, surtout en Afrique.

Le Président de la République-Unie de Tanzanie, M. Benjamin W. Mkapa, a communiqué un message d'espoir aux personnalités présentes, parmi lesquelles M. Tommy Thompson, Secretary of Health and Human Services des Etats-Unis d'Amérique, Mme Awa Marie Coll-Seck, Secrétaire exécutif du partenariat Faire reculer le paludisme, M. Richard Feachem, Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, ainsi que des représentants des partenaires de l'initiative Faire reculer le paludisme, sans qui le transfert de technologie à A to Z Textile Mills n'aurait pas été possible.

"Les moustiquaires longue durée sont le plus grand espoir qu'a l'Afrique de prévenir le paludisme et nous sommes très fiers que la première usine africaine à les fabriquer se trouve en Tanzanie, s'est félicité le Président Mkapa. Nous espérons que ce remarquable exemple de transfert de technologie et de développement de l'industrie locale inspirera des initiatives semblables afin que les millions d'Africains qui en ont besoin puissent se procurer ces moustiquaires pour moins cher."

Le procédé de fabrication des moustiquaires insecticides longue durée, qui consiste à faire pénétrer l'insecticide dans la fibre même de la moustiquaire afin qu'elle reste efficace pendant cinq ans sans réimprégnation, a été transféré en Tanzanie l'année dernière grâce à une collaboration inédite entre des acteurs du secteur privé et du secteur public, dont Acumen Fund, Sumitomo Chemical, l'Organisation mondiale de la Santé, l'UNICEF, ExxonMobil et Population Services International. A to Z Textiles Mills produit désormais près d'un demi million de moustiquaires de ce type par an et espère dépasser un million en 2005.

La résistance du parasite aux traitements antipaludiques hautement efficaces de dernière génération – les associations médicamenteuses contenant de l'artémisinine (ACT) – est minime jusqu'à présent. Dérivés de la plante Artemisia annua (armoise annuelle) traditionnellement utilisée pour soigner le paludisme en Chine, ces médicaments sont devenus le traitement de choix dans plus de 40 pays (dont 20 en Afrique) et la demande augmente rapidement.

La visite de la fabrique a été organisée parallèlement au neuvième conseil d'administration du Fonds mondial, qui se déroule du 17 au 19 novembre à Arusha. "Le Fonds mondial a engagé près de US $ 1 milliard pour les deux prochaines années et compte augmenter considérablement le financement de la lutte antipaludique, précise le Directeur exécutif du Fonds mondial. Les pays utiliseront ces fonds pour acheter des moyens de prévention et de traitement, notamment des moustiquaires longue durée, des ACT et, le cas échéant, des insecticides, pour combattre le plus efficacement possible la maladie." Le Fonds mondial collabore également avec les membres du partenariat Faire reculer le paludisme pour prendre les mesures d'incitation financière indispensables à la mise sur le marché d'un nouveau vaccin antipaludique.

"La lutte antipaludique entre dans une nouvelle phase, a déclaré le Secrétaire exécutif du partenariat Faire reculer le paludisme. La demande de produits antipaludiques de dernière génération augmente rapidement, et le financement aussi. Si nous parvenons à reproduire ailleurs l'expérience de A to Z Textiles Mills pour que l'offre de moustiquaires longue durée soit suffisante, et à collaborer avec les entreprises pharmaceutiques pour assurer l'approvisionnement en ACT, nous réduirons considérablement la mortalité par paludisme et ferons ainsi la preuve de l'efficacité des partenariats public-privé."

Partager

Pour plus d'informations:

Pru Smith
Téléphone: +41 22 791 4586
Courriel: smithp@who.int

Lauren Ptito Anderson
Téléphone: +41 22 791 2167
Courriel: ptitol@who.int

Mr Jon Lidén
Téléphone: +41 (22) 791 3982
Tél. portable: (+41) 79 244 6006
Courriel: lidenj@who.int

Jim Palmer
Téléphone: +1 202 262 9823
Courriel: jamesv.palmer@verizon.net

Patrick Bertrand
Téléphone: +33 66 004 0442
Courriel: p.bertrand@noos.fr

Lyndon Barends
Téléphone: +27 82 990 1057

Gavin White
Téléphone: +1 212 566 8821 ext. 106
Courriel: gwhite@acumenfund.org

Binesh Haria
Téléphone: + 255 27 2548888 / 2548895 / 2508139
Courriel: azpfl@habari.co.tz

Victor Chinyama
Téléphone: +254 2 62 22 18
Courriel: vchinyama@unicef,org

Judith Mandelbaum-Schmid
Téléphone: +41 22 791 2967
Courriel: schmidj@who.int

Hideaki Kumagai
Téléphone: + 81 66 220 3753
Courriel: kumagai@sc.sumitomo-chem.co.jp

Jane E. Miller
Téléphone: +255 74 457 2611